Communauté urbaine de Besançon: ne pas laisser trop de temps au temps

Publié le 19/04/2016 - 09:14
Mis à jour le 27/04/2016 - 09:52

Tous les regards et les attentions sont encore braqués sur  notre nouvelle grande région. Elle unit désormais, pour le meilleur (et le pire), la Franche-Comté et la Bourgogne. Terres voisines longtemps antagonistes, elles vont devoir conjuguer un futur commun. Beaucoup d’informations, qu’il faut bien sûr recouper, laissent entrevoir tous les obstacles à franchir. Et il y en a ! Nous sommes focalisés sur ces difficultés, au risque de perdre de vue une autre donnée territoriale, tout aussi importante, tout aussi proche sinon plus, celle d’une possible Communauté urbaine de Besançon. Une véritable opportunité pour l’ex-capitale régionale.

dsc_5534.jpg
Albert Ziri © damien poirier
PUBLICITÉ

Même si la taille requise des 250.000 habitants n’est pas atteinte, Besançon peut y prétendre. En effet un amendement, que certains appellent « l’amendement Fousseret », mais présenté à l’initiative de la  députée-maire de Rennes, offre cette possibilité aux capitales régionales ayant perdu ce statut lors des fusions de régions. C’est bien le cas de Besançon.

Il reste néanmoins des conditions à remplir, des compétences communales qu’il faudra transférer à la communauté urbaine. La fameuse loi NOTRe ! Parmi elles, l’adoption d’un PLUI – Plan local d’Urbanisme intercommunal, la voirie et la mutualisation de moyens de son entretien, la gestion des eaux pluviales (eau et assainissement déjà actés) et aussi les cimetières.

À la clef de ce regroupement, l’attribution de dotations de l’État. Ces dernières compenseraient en partie, mais en partie seulement, l’absence de moyens financiers supplémentaires accompagnant les transferts de  compétences de l’État vers les collectivités locales, les communes entre autres…Un baume fiscal apaisant en quelque sorte, car, si ces dotations ne sont pas attribuées, la fiscalité locale risque de s’en ressentir…surtout le contribuable, c’est à dire vous et moi !

Certains cercles bisontins se disaient inquiets encore récemment de ce qu’ils qualifiaient « de lenteurs » et qu’ils attribuaient, non pas à des clivages politiques, mais plutôt aux craintes de certains élus, quel que soit le parti politique, de voir leurs attributions, dossiers et champs d’action leur échapper.

Pour aller de l’avant, à la Communauté d’Agglo du Grand Besançon, la CAGB, une commission de 14 membres vient d’être constituée,  chapeautée par un comité de pilotage. Tout doit être bouclé pour la fin 2016, date butoir. Il reste donc huit petits mois pour tout mettre en place et ne pas être retoqué.

Bien sûr les enjeux géopolitiques locaux pèsent lourds en la matière. Il s’agit bien évidemment de la place de Besançon face à Dijon.Des prétentions jugées hégémoniques de cette dernière et vérifiables, dans les faits. La preuve, la dernière volte-face de l’État déshabillant Besançon de son tribunal de commerce spécialisé au profit de Dijon.

Sans user de rhétorique guerrière, les élus francs-comtois, de tous bords  et quelles que soient leurs responsabilités, doivent prendre conscience de l’urgence de l’union dans la rapidité des prises de décisions. Les administrés et donc électeurs ne comprendraient pas qu’il en soit autrement !

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Le programme de la visite présidentielle • Le président de la République sera bien à Ornans ce  lundi 10 juin 2019  le jour même du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet (10 juin 1819) pour l'inauguration de la nouvelle exposition "Yan Pei-Ming face à Courbet". Cette dernière fait partie des 15 en France ayant reçu cette année le label "Exposition d’intérêt national" du ministère de la Culture. Le Président de la République sera accompagné par Franck Riester, ministre de la Culture, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Dans le cadre du projet de loi Organisation du système de santé e, débat actuellement au Sénat, le PS Martial Bourquin a déposé des amendements visant à lutter contre les déserts médicaux et propose le conventionnement sélectif  ou "territorialisé" des médecins libéraux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.84
légère pluie
le 19/06 à 18h00
Vent
3.23 m/s
Pression
1011.15 hPa
Humidité
81 %

Sondage