15 nouvelles communes intègrent le Grand Besançon

Publié le 30/12/2016 - 18:13
Mis à jour le 01/01/2017 - 12:49

A compter du 1er janvier 2017, le périmètre du Grand Besançon va passer de 55 à 70 communes et de 178.655 à 192.042 habitants. C’est 13 387 habitants supplémentaires. 

Le Préfet du Doubs a, par arrêté préfectoral du 22 septembre 2016 a prononcé l'extension du périmètre de la communauté d'agglomération du Grand Besançon (CAGB) au territoire de ces 15 communes : 

Le secteur Saint-Vitois (ou communauté de communes du Val Saint Vitois, au sud-ouest de l'agglomération) :

  1. Byand-sur-Doubs (516 habitants)
  2. Pouilley-Français (830 habitants)
  3. Roset-Fluans (484 habitants)
  4. Saint-Vit (4 830 habitants)
  5. Velesmes-Essart (330 habitants)
  6. Villars-Saint-Georges (254 habitants)

"Pour nous, le développement économique local sera encore plus important d'autant plus que nous sommes sur l'axe Besançon – Dole – Dijon" estime Pascal Routhier, maire de Saint-Vit qui estime que sa commune "a la chance de travailler et d'avoir entretenu de bonnes relations avec le Grand Besançon depuis une quinzaine d'années.". 

Le secteur de Devecey (ou communauté de communes de Dame Blanche Bussière, au nord de l'agglomération) :

  1. Bonnay (852 habitants)
  2. Chevroz (112 habitants)
  3. Cussey-sur-l'Orgnon (979 habitants)
  4. Geneuille (1 358 habitants)
  5. Devecey (1 374 habitants)
  6. Merey-Vieilley (125 habitants)
  7. Palise (139 habitants)
  8. Venise (506 habitants)
  9. Vieilley (698 habitants)

 Michel Jassey,  maire de Devecey se déclare "très heureux" de cette unification. "C'est une décision unanime du conseil municipal qui coulait de source (…) Il reste des chantiers à réaliser et terminer. On doit raisonner en terme de territoire et plus en terme de commune". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

loi notré

Communauté urbaine de Besançon: ne pas laisser trop de temps au temps

Tous les regards et les attentions sont encore braqués sur  notre nouvelle grande région. Elle unit désormais, pour le meilleur (et le pire), la Franche-Comté et la Bourgogne. Terres voisines longtemps antagonistes, elles vont devoir conjuguer un futur commun. Beaucoup d’informations, qu’il faut bien sûr recouper, laissent entrevoir tous les obstacles à franchir. Et il y en a ! Nous sommes focalisés sur ces difficultés, au risque de perdre de vue une autre donnée territoriale, tout aussi importante, tout aussi proche sinon plus, celle d’une possible Communauté urbaine de Besançon. Une véritable opportunité pour l’ex-capitale régionale.

Pourquoi vous devriez vraiment vous intéresser à la loi Notre…

Elle paraît lointaine, mais elle pourtant si proche. En redéfinissant le rôle des collectivités, la loi Notre est plus concrète qu’il n’y paraît : gestion des déchets, organisation des transports scolaires ou développement économique, etc. Autant de sujets qui peuvent toucher le quotidien des habitants de Bourgogne Franche-Comté. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de la conférence territoriale de l’action publique (CTAP) du 28 avril et qui est actuellement en préparation sous la houlette de la présidente Marie-Guite Dufay.

Loi Notre : un report d’un an possible pour les nouvelles intercommunalités

Après un long débat, le Sénat a adopté contre « l’avis du gouvernement » une proposition de loi permettant de différer la mise en oeuvre des nouvelles intercommunalités au 1er janvier 2018 contre le 1er janvier 2017. Le sénateur LR Alain Joyandet avait déposé un amendement pour un report à 2020, mais il se dit satisfait.

Loi NOTRe : les principales mesures territoriales pour l’arrondissement de Montbéliard

Dans le cadre de la loi NOTRe, un nouveau schéma départemental de coopération intercommunal (SDCI) doit être élaboré et mis en œuvre au 1er janvier 2017 y compris dans le Doubs. Chaque nouveau territoire doit suivre certaines mesures, notamment dans l’arrondissement de Montbéliard qui deviendra la troisième communauté d’agglomération de Bourgogne Franche-Comté (après Dijon et Besançon).

Politique

Emmanuel Macron enjoint les oppositions réticentes à s’inscrire dans la voie de « compromis »

Les oppositions ont fraîchement accueilli l'allocution d'Emmanuel Macron ce mercredi 22 juin 2022 qui, avant d'entamer ce jeudi un marathon international, les a enjointes à "clarifier" dans les 48 heures la manière de "bâtir des compromis" pour résoudre la crise politique née des élections législatives.

Un groupe Nupes à l’Assemblée ? le PS, EELV et le PCF refusent la proposition de J-L Mélenchon

Mise à jour • "La Nouvelle union populaire écologique et sociale devrait se constituer comme un seul groupe" à l'Assemblée nationale, a "proposé" ce lundi 20 juin 2022 Jean-Luc Mélenchon, inquiet que l'obtention de 89 députés par le RN remette en cause son "statut" de première opposition à Emmanuel Macron. La proposition a été déclinée par le PS, EELV et le PCF...

Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.5
partiellement nuageux
le 25/06 à 9h00
Vent
1.42 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
84 %

Sondage