Alerte Témoin

Coronavirus: après les airs, évacuation par le rail pour soulager les hôpitaux du Grand Est

Publié le 26/03/2020 - 15:30
Mis à jour le 26/03/2020 - 15:30

Des civières et du personnel médical protégé de pied en cap s'affairant dans une gare interdite d'accès : vingt malades du coronavirus en réanimation ont quitté ce jeudi 26 mars 2020 Strasbourg à bord d'un TGV médicalisé à destination des Pays-de-la-Loire, une opération sans précédent visant à soulager les hôpitaux alsaciens pris à la gorge par l'épidémie.

rail
©MonsterKoi via Pixabay

Le train est parti comme prévu vers 11H00, en direction de l'ouest, où les hôpitaux d'Angers, Le Mans, Nantes et la Roche-sur-Yon prendront en charge ces patients gravement atteints mais pour lesquels le transport par train ne représente pas un risque excessif, a expliqué l'Agence régionale de Santé (ARS) des Pays-de-la-Loire.

Les moments les plus critiques du trajet seront toutefois ceux pendant lesquels ils seront débarqués en gare d'Angers et de Nantes, selon l'ARS.

Dix patients seront débarqués dans la première gare et autant dans la seconde, le Samu assurant par la route le reste du trajet vers les hôpitaux, afin de ne pas ralentir le train par de multiples arrêts.

Avec 506 morts recensés mercredi dans les établissements sanitaires du Grand Est, sur les 1.331 décomptés dans les hôpitaux français, la région reste un des points noirs de l'épidémie en France.

Des civières portées à bout de bras

Jeudi matin, un long cortège d'ambulances s'est formé devant la verrière de la gare de Strasbourg tandis que le personnel médical, masqué et portant blouse blanche, surblouse bleue ou gilet jaune s'affairait sur le quai 1 où stationnait depuis mercredi soir le TGV Duplex médicalisé pour cette évacuation "inédite en Europe" selon le ministre de la Santé Olivier Véran.

Les premiers patients ont été hissés dès 08H30 à bord du TGV sur des civières portées à bout de bras.

Les civières ont ensuite été installées avec précaution au-dessus des dossiers des sièges, peut-on voir sur des images diffusées par la SNCF.

Les patients ont été répartis dans cinq voitures du TGV, à raison de quatre par salle basse, celles du haut étant dévolues à la circulation des matériels et des personnels soignants, selon des précisions communiquées par la Direction générale de la Santé (DGS).

Une équipe médicale constituée d'un médecin anesthésiste-réanimateur, d'un interne, d'un infirmier anesthésiste et de trois infirmiers est présente dans chaque voiture.

Ce personnel est issu des CHU de Nantes et d'Angers ainsi que de l'AP-HP Paris, tandis que le Samu de Paris coordonne la manoeuvre. Environ 50 soignants et logisticiens participent au voyage.

Précaution supplémentaire : une rame classique a été accolée à la rame médicalisée afin de faire face à de possibles aléas, comme une collision avec du gibier. En revanche, le train roule à la vitesse habituelle des TGV lorsqu'il se trouve sur la ligne à grande vitesse.

Rupture 

Selon la préfecture de région du Grand Est, sur les 20 malades évacués, 14 étaient soignés à Strasbourg, quatre à Colmar et deux à Mulhouse.

"On est au point de rupture en ce qui concerne les lits d'hospitalisation Covid en réanimation, on a beaucoup de mal à suivre, toutes les unités sont pleines, les transferts se font de plus en plus loin", a confié vendredi à l'AFP le chef du service des urgences de l'hôpital de Colmar, Yannick Gottwalles.

Pour son confrère le Dr Marc Noizet, de l'hôpital Emile-Muller de Mulhouse, en première ligne face à l'épidémie, "la situation est inédite, c'est du jamais vu, le système est submergé, c'est très inquiétant".

Afin de soulager les hôpitaux du Grand Est, plusieurs opérations d'évacuation de patients avaient déjà été conduites par un Airbus de l'Armée de l'air vers d'autres établissements de soins en France, ce qui constituait également une première.

Des évacuations ont aussi été organisées par hélicoptère vers des hôpitaux français moins sollicités. Et depuis le week-end dernier, les pays frontaliers sont eux aussi venus à la rescousse du Grand Est, accueillant plusieurs malades.

Une quarantaine de lits de réanimation ont ainsi été mis à disposition des patients alsaciens mais aussi lorrains par l'Allemagne, la Suisse et le Luxembourg.

Autre première, à Mulhouse : un hôpital militaire de campagne, visité mercredi par le président Emmanuel Macron, a été déployé cette semaine au pied de l'hôpital civil afin de prendre en charge une trentaine de ses patients.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Difficultés économiques rencontrées par les entreprises : Michel Raison écrit à Bruno Le Maire

Michel Raison, sénateur de la Haute-Saône, et ses collègues de la commission des affaires économiques du Sénat, ont saisi le 27 mars 2020 Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, afin de relayer les témoignages locaux exprimant les difficultés économiques rencontrées par les entreprises. Plusieurs points ont été relevés

Crise économique du coronavirus : BGE Franche-Comté s’engage auprès des Travailleurs indépendants

Dans le contexte sanitaire actuel et au vu des conséquences sur les petites entreprises suite au confinement entamé depuis le 17 mars 2020, le réseau BGE en lien avec Le Ministère du Travail a missionné les BGE sur les territoires pour qu’elles apportent aide et conseils aux travailleurs indépendants les plus fragiles.

La playlist #5 anti-bourdon de maCommune pendant le confinement !

Tous les moyens sont bons pour garder le moral et lutter contre l'ennui pendant le confinement ! L'équipe de maCommune.info vous propose sa playlist #5 à mettre chez vous, à fond ou en fond, pour danser, chanter seul-e ou avec toute la famille… Pop, rock, metal, r&b... il y en a pour tous les goûts !

Grand Besançon : voici une liste de producteurs locaux où il est possible de se réapprovisionner…

Comme nous vous l'indiquions dans un précédent article, il peut être compliqué de passer commande au drive des grandes enseignes depuis le début du confinement. Ce 29 mars 2020, nous vous proposons pour ceux qui doivent se réapprovisionner, la liste des producteurs locaux du Grand Besançon.

Santé

Coronavirus : 40 patients de Bourgogne-Franche-Comté transférés vers des hôpitaux d’Auvergne-Rhône-Alpes

Quarante malades du coronavirus qui étaient hospitalisés dans les services de réanimation d'hôpitaux de Bourgogne-Franche-Comté sont en cours de transfert vers ceux de trois départements de la région Rhône-Alpes-Auvergne, a indiqué ce samedi 28 mars 2020 l'Agence régionale de santé (ARS) de cette région dans un communiqué.

Une plateforme régionale pour mettre en lien les fabricants de matériel médical et les hôpitaux

stopcovid19.fr •

L’Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté et les services de l’État ont donc pris la décision de lancer ce 27 mars 2020 une plate-forme régionale contributive en ligne permettant d’identifier la disponibilité de matériel médical nécessaire à la prise en charge des personnes atteintes du COVID19.

covid-moi-un-lit.com : une application pour trouver des lits de réanimation

Créée à l’initiative de deux médecins bisontins, Romain Léger et Vincent Bailly en six jours seulement et en parallèle de leurs activités médicales, cette application propose aux médecins de gagner un temps précieux dans leur recherche de lits de réanimation, avec une plateforme diffusant les disponibilités en temps réel, apprend-on ce 28 mars 2020.

Covid-19 : « Nous sommes confrontés à une croissance continue du nombre de cas graves » (ARS)

16 décès en 24h en Bourgogne Franche-Comté • Alors qu'Édouard Philippe, le Premier ministre, vient d'annoncer ce 27 mars 2020 le prolongement du confinement jusqu'au 15 avril prochain, l'Agence Régionale de la Santé de Bourgogne Franche-Comté accompagnée de Bernard Schmeltz, préfet de la Cote d'Or a donné une audioconférence ce vendredi.

Essai Discovery : le CHU de Besançon testera des traitements sur les formes graves de Covid-19

Dès lundi 30 mars 2020, les patients hospitalisés dans les services de réanimation et maladies infectieuses du CHU pourront être inclus dans cette étude après recueil de leur consentement ou de celui de leurs représentants légaux. Ils seront répartis de manière aléatoire dans l’un des cinq groupes de traitement.

Coronavirus : 21 décès supplémentaires en Bourgogne Franche-Comté

123 décès • Le Covid-19 est responsable de 123  décès dans les établissements de santé de Bourgogne Franche-Comté depuis le début de l'épidémie. Plus de 600 patients sont hospitalisés. Dans son dernier point de situation, l'agence régionale de santé précise que les hôpitaux de Besançon et de Dijon participent à la recherche clinique autour du virus, dont l'étude Discovery qui teste actuellement plusieurs molécules dont l’hydroxychloroquine. 
Offre d'emploi
 -0.11
couvert
le 30/03 à 6h00
Vent
5.56 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
79 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune