Dr Péchier laissé libre : colère, déception, incrédulité et fatigue des familles des victimes

Publié le 12/06/2019 - 17:23
Mis à jour le 12/06/2019 - 17:23

La décision de la cour d’appel de Besançon de laisser libre l’anesthésiste mis en examen pour 24 empoisonnements a provoqué résignation, colère et lassitude chez certaines familles de victimes.

La cour d'appel a donc confirmé le jugement du juge des libertés de ne pas placer en détention provisoire le Dr Frédéric Péchier soupçonné de 24 empoisonnements, dont neuf mortels. La chambre de l'instruction de la cour d'appel laisse l'anesthésiste libre, comme il l'est depuis sa première mise en examen dans cette affaire, prononcée en mars 2017 pour sept premiers cas d'empoisonnement.

L'anesthésiste de 47 ans reste  sous le coup d'une interdiction d'exercer et de se rendre à Besançon et dans la commune voisine où il résidait.

Une petite trentaine de victimes présumées ou de proches des victimes étaient présents à l'audience, dont la famille de la plus jeune d'entre elles : un enfant opéré en 2016 à l'âge de 4 ans des amygdales et qui avait survécu à deux arrêts cardiaques. "Inadmissible !", s'est emporté Georges Horter, le grand-père de Teddy.

Fatigue, colère et déception

Sur le parvis du palais de justice bisontin, les victimes présumées ne cachaient pas leur déception. Amandine Lehlen, fille de Damien Lehlen décédé en 2008 et présidente de l'association Avapolvi regroupant les victimes et leurs familles, ne masque pas sa lassitude.  "Ca fait déjà 11 ans pour ma famille et moi. 11 ans que l'on attend et là on va encore devoir attendre un moment. On n'en peu plus, nous sommes fatigués. À chaque fois que l'on vient au tribunal, on se dit qu'il va y avoir du nouveau et qu'on va franchir une marche et là on est toujours sur la même marche..." déplore-t-elle.

"On attend maintenant la suite, mais c'est long, c’est trop long", a également regretté Bénédicte Boussard, 50 ans, victime présumée du médecin en 2009.

Éprouvée, Sandra Simard, qui avait survécu à cinq jours de coma en 2017 après une opération du dos, s'est dite "déçue" et "en colère", mais pour elle le combat continue avec l'association Avapolvi (association des victimes des anesthésies à la clinique St Vincent et polyclinique de Franche-Comté). "Nous allons continuer à faire front commun et à essayer de réunir des victimes, celles qui ne nous ont pas contactées... "

Une collecte en ligne pour financer les frais de justice et aider les victimes et leurs familles a été mise en ligne sur le site Leetchi : "Victimes des Empoisonnements de Besançon - besoin de votre soutien"

Péchier "ira aux assises"

"Je comprends le désarroi des victimes qui voient que pour une personne ayant commis 24 empoisonnements ou tentatives d'empoisonnements, il n'y a pas une décision autre", a réagi Me Frédéric Douchez, avocat de la clinique Saint-Vincent, où exerçait l'anesthésiste et qui s'est également constituée partie civile. Mais l'avocat a une certitude: Frédéric Péchier "ira aux assises", un procès qui, s'il a bien lieu, ne devrait pas se tenir avant plusieurs années.

Me Lionel Béthune de Moro, troisième avocat du médecin, a parlé d'une "audience dense", mais d'un "débat assez loyal" entre l'accusation qui réclamait le placement en détention de l'anesthésiste, soutenue par les parties civiles, et les conseils du médecin. Il n'y avait "aucune preuve" que les événements indésirables graves (EIG) survenus lors des interventions chirurgicales incriminées étaient "criminels" Il était "difficile et douloureux (pour le Dr Péchier, NDLR) de revenir à Besançon, de voir les victimes" de ces EIG, a-t-il observé.

L'anesthésiste est soupçonné d'avoir pollué, entre 2008 et 2017, des poches de perfusion de 24 patients âgés de 4 à 80 ans pour provoquer des arrêts cardiaques, démontrer ses talents de réanimateur et discréditer ses collègues de la clinique, avec lesquels il était en conflit.

Pour le procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux, il est "le dénominateur commun" de tous ces événements indésirables graves. Parmi ses victimes présumées, neuf sont décédées. D'autres sont restées plusieurs jours dans le coma après avoir subi des arrêts cardiaques à l'occasion d'opérations qui ne présentaient pas de difficultés particulières et en portent encore les séquelles.

1 Commentaire

c'est une hônte de le laisser en liberté après tous ces décès qu'il a provoqué
Publié le 13 juin 2019 à 08h23 par Pascal Carry • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Affaire Péchier : l’anesthésiste conteste sa mise en examen dans trois cas supposés d’empoisonnement

Les avocats de Frédéric Péchier, médecin-anesthésiste soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels mais qui clame son innocence, ont contesté le 9 février dernier à Besançon sa mise en examen dans trois cas. La justice rend sa décision ce mercredi 30 mars 2022.

Tentative de suicide de Frédéric Péchier, l’anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements

Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, « a tenté de mettre fin à ses jours » dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021 ont annoncé ce mardi 5 octobre ses avocats, selon qui « son état est critique » et son « pronostic réservé« .

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas “les traits d’un tueur en série” selon une contre-expertise psychiatrique

D’après les conclusions d’un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d’avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas « les traits d’un tueur en série » dans sa personnalité.

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.28
nuageux
le 18/06 à 6h00
Vent
0.64 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %