Halloween à Besançon : "Il n'y a pas le même état d'esprit que d'habitude" (Boîte à Rire)

Publié le 28/10/2020 - 16:05
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:40

Cette année, les fans d’Halloween le 31 octobre 2020, n’ont pas le même engouement que les années précédentes en raison de l’épidémie de covid-19. On en parle avec Florence Cote, gérante de la Boîte à Rire à Besançon…

La tendance des déguisements pour Halloween suit principalement l'actualité cinématographique et particulièrement celle des films d'horreur. En raison de la crise de la Covid-19, la sortie de nombreux films a été compromise. Malgré tout, à la Boîte à Rire, rue de la Madeleine à Besançon, les idées ne manquent pas !

Au cas où nous soyons en confinement le 31 octobre, la fête d'Halloween pourra quand même se faire en très petit comité, en famille avec les enfants et grands enfants. "Cette année, à cause de la crise sanitaire, les clients se tournent plutôt vers des accessoires de déguisement plutôt que les déguisements entiers et les décorations pour la maison", nous informe Florence Cote. Chapeaux de sorcière, fausses cicatrices, maquillage de Calaveras et serre-têtes fleuris (têtes de mort mexicaines) ont le vent en poupe en ce moment, ainsi que la traditionnelle toile d'araignée à mettre un peu partout dans la maison, des guirlandes citrouille, des personnages horrifiques ainsi que des sets de table à l'effigie de Jack'O'Lantern pour le goûter d'Halloween.

©

Le masque "Coronavirus" en stock

Autre accessoire, et pas des moindres : le masque "Coronavirus" ! Florence Cote a bondi sur l'occasion pour en proposer un dans sa boutique. Avec son teint jaune, ses pustules dégoutantes, ses yeux globuleux et ses dents à faire grincer le grand requin blanc, ce masque devrait remporter un franc succès auprès d'un public adepte de l'humour et du cynisme en ces temps difficiles… "Ce masque n'aura peut-être pas de succès cette année, mais je pense qu'il en aura une fois que la crise sera passée", suppose Florence.

Le masque "Coronavirus" ©

"Les gens ne savent pas ce qu'ils peuvent faire ou organiser, les enfants ne pourront pas défiler et demander des bonbons, personne ne sait comment se positionner" Florence Cote

Si elle comptait sur la grande soirée d'Halloween organisée par la Citadelle pour vider son stock d'accessoires, les prochaines annonces du président de la République ce mercredi soir devrait une fois de plus plomber l'engouement des fans d'Halloween. "De toute façon, cette année, il n'y a pas le même état d'esprit que d'habitude, les gens ne savent pas ce qu'ils peuvent faire ou organiser, les enfants ne pourront pas défiler et demander des bonbons, personne ne sait comment se positionner", nous confie Florence Cote.

"Nous sommes très sinistrés"

Comme de nombreux secteurs d'activités, la Boîte à Rire n'est pas épargnée par la crise économique, conséquence de l'épidémie de coronavirus. Après 34 ans d'existence rue de la Madeleine, la boutique vit également des temps difficiles : "nous sommes complètement sinistrés, cette année il n'y a pas eu de mariages, pas d'anniversaires, pas de soirées étudiantes, pas de feu d'artifice – nous sommes artificiers professionnels – il n'y aura pas de marché de Noël, on est très sinistrés", s'insurge la gérante de la Boîte à Rire qui parvient à garder le sourire sous son masque. Heureusement pour elle et son moral, "mes clients sont restés très proches et solidaires, ils n'hésitent pas à venir", se réjouit-elle.

Tenter de "garder la tête hors de l'eau"

Ce qui devrait permettre à Florence de "garder la tête hors de l'eau", ce sont des évènements ponctuels prévus cette fin d'année si un confinement ne venait pas les saboter notamment à la Galerie Chateaufarine pour le Black Friday par exemple : "heureusement qu'on a ce genre d'évènement".

©

Par ailleurs, Florence admet que les particuliers restent fidèles à son magasin de farces et attrapes (et plus) y compris pour de petites soirées. Au-delà de louer de la vaisselle pour de grandes occasions, "nous louons par exemple de la vaisselle pour trois, quatre, dix personnes afin de satisfaire tout le monde", précise la gérante. En ces temps difficiles aussi bien d'un point de vue psychologique qu'économique, Florence Cote tente de garder le moral et sait qu'elle se battra pour garder son commerce en vie : "La Boîte à Rire, c'est mon cœur, il y a mon âme ici".

Infos +

La Boîte à Rire a ouvert pour la première fois le 1er septembre 1986 au 3, rue de la Madeleine par Michel Cote, le père de Florence. Cette dernière a fait ses premiers pas dans le commerce à l'âge de 16 ans pendant les vacances scolaires et les samedis alors que ce secteur d'activité ne l'intéressait pas du tout. "Finalement, je suis tombée dedans quand j'étais petite et j'y suis restée", nous confie-t-elle.

©

 La Boîte à Rire, devenue une véritable institution à Besançon, compte pas moins de 3.000 déguisements en location, de la préhistoire aux années 90 en passant par de nombreux thèmes tels que les super-héros, la Reine des Neiges, Alice au Pays des Merveilles, Bécassine, les animaux, les costumes d'époque, etc.

Le magasin s'est agrandi il y a quelques années pour créer une annexe juste à côté de la boutique où on y trouve des décorations de mariage, des jouets humoristiques et des jouets pour enfants et où Florence créé ses propres décors de ballons.

Infos pratiques

  • La Boîte à Rire
  • 3 et 5 rue de la Madeleine - 25 000 Besançon
  • Ouvert du mardi au samedi de 09h45 à 19h00
  • Tél. : 03 81 81 18 81
  • Mail : boitearire.25000@gmail.com
  • Suivre sur Facebook : www.facebook.com/BOITE-A-RIRE

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Economie

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Quatorze PME intègrent la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté 

La Région Bourgogne-Franche-Comté et Bpifrance ont donné le coup d’envoi de la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 septembre à la Tonnellerie Rousseau à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Ce programme d'accompagnement personnalisé d’une durée de 24 mois compte 14 nouvelles PME à fort potentiel cette année.

Yann Le Guilloux nommé au directoire de la Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté

Le Conseil d’orientation et de surveillance (COS) de la Caisse d'Épargne de Bourgogne Franche-Comté a nommé, sur proposition de Jérôme Ballet, président du directoire, et Eric Fougère, président du COS, Yann Le Guilloux, en qualité de membre du directoire en charge du Pôle Banque de Détail (BDD). 

Burger King ouvre à Valdahon

Le fast-food ouvrira ses portes et ses grills jeudi 29 septembre 2022 dans la commune de Valdahon. Malgré des difficulté d’embauche de son personnel, Burger King est finalement parvenu à trouver du personnel "nombreux issus de la ville et des communes alentour".

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Considérez-vous votre emploi comme un « travail-plaisir » ou comme un « travail alimentaire » ?

À la suite du premier confinement en raison de la crise de la Covid-19, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se sont posés des questions sur leur vie professionnelle. En France, la pandémie a bouleversé le marché de l’emploi. Les démissions, y compris de postes en CDI, ont été particulièrement nombreuses ces derniers mois pour un changement de vie, d'activité, etc. Et vous, comment considérez-vous votre emploi comme un "travail plaisir" ou comme un "travail alimentaire" ?

Crise énergétique : la Ville de Besançon va devoir faire des coupes budgétaires, mais lesquelles ?

La maire de Besançon, accompagnée de 11 membres de la majorité municipales, a convié les médias locaux à une conférence de presse sur la forte augmentation du prix de l’énergie et ses conséquences sur le service public. À ce jour, la Ville de Besançon doit trouver des solutions pour économiser 8 millions d’euros sur sa facture de 2023. Quoi qu’il en soit, comme dans d’autres communes, des coupes budgétaires seront envisagées, mais lesquelles ? Fermeture des musées plusieurs jours par semaine ? Un marché de Noël annulé ou plus sobre ? Des extinctions de l’éclairage des équipements sportifs ?

Salon Cap vers l’Emploi le 30 septembre à Besançon : plus de 1.000 postes à pourvoir !

PUBLI-INFO • Grand Besançon Métropole organise depuis plusieurs années, des évènements en faveur de l’emploi tels que les Rendez-vous de l’emploi au Palais des Sports. Cette année, l’événement change de nom et de lieu et se déroulera vendredi 30 septembre à Microplis : Cap vers l’emploi.  À cette occasion, les personnes en recherche d’emploi pourront rencontrer des entreprises qui recrutent sur le territoire. Plus de 1.000 offres d’emploi seront proposées.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.42
légère pluie
le 29/09 à 12h00
Vent
1.09 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
88 %

Sondage