La Maison des familles : un lieu de repos et de sérénité

Publié le 31/12/2015 - 06:30
Mis à jour le 15/04/2019 - 14:41

Aujourd'hui, les enfants et les adultes confrontés à la maladie d'un proche ont leur maison à Besançon. Ce lieu, porté par l'association Semons l'espoir, a ouvert ses portes il y a presque un an déjà (le 5 janvier 2015) et a permis d'accueillir 1.200 personnes.

À proximité du CHU bisontin

PUBLICITÉ

À l’entrée, un chaleureux salon avec de confortables canapés rouges, une horloge comtoise et quelques livres, surmonté d’un grand tableau mexicain dépeignant une scène de jeux d’enfants avec une pinata, donnent d’emblée le ton : « ici on est comme à la maison ».

De quoi nous faire presque oublier que se trouvent juste à côté les bureaux d’accueil. Drôle de contraste avec le milieu hospitalier et les bâtiments austères alentours… Les effluves qui remontent de la cuisine collective à l’étage en dessous nous rappellent aussi qu’on est proche de midi.

La Maison des familles, c’est ça. « Un lieu vraiment accueillant et familial », « un havre de paix », si l’on en croit le livre d’or. C’est aussi « une structure qui montre que les bénévoles existent encore. »

Les bénévoles sont les bienvenus

Ils sont une dizaine à donner régulièrement de leur temps ici, comme Anne-Marie, qui a suivi très tôt l’association Semons l’espoir qui a créé cette maison.

Affairée à l’organisation d’une bibliothèque à l’étage du dessus autour des nombreux livres et DVD qui ont été offerts, elle aime joindre « l’utile à l’agréable » et rappelle que « toutes les bonnes volontés sont les bienvenues ! »

Être proche pour faciliter la guérison

Ouverte le 5 janvier 2015, la maison a déjà accueilli 1.200 personnes. Principalement de la région, venues au chevet d’un proche malade ou elles-mêmes hospitalisées de jour, pour des traitements réguliers voire un don d’organes. « Cela évite les voyages quand vous venez de Lons-le-Saunier par exemple », explique Charlyne Dornier, co-fondatrice de Semons l’espoir.

Les familles y trouvent aussi « une façon de se ressourcer ». « Je peux m’y reposer tout en étant proche de ma fille handicapée hospitalisée », confie Marie-Andrée qui a fréquenté auparavant la Maison des parents (à côté de l’hôpital Saint Jacques en centre-ville) et qui vient régulièrement faire des séjours. « C’est devenu ma seconde famille ».

Une capacité d’accueil de 70 personnes

33 chambres pouvant accueillir jusqu’à 68 personnes sont ici à disposition, avec des tarifs variant de 9,50 à 34 euros la nuitée (avec petit-déjeuner) selon les prises en charge. Chacune avec son propre univers et certaines pouvant héberger une famille entière avec lits bébé. La décoration a été pensée avec soin autour des quatre éléments (feu, eau, terre, air) « pour que ça ne fasse ni chambre d’hôpital, ni chambre d’hôtel ».

Cet univers familial de 2000 m2 se compose au final d’une partie nuit avec buanderie à disposition, d’une partie jour avec cuisine, salons, bibliothèque, salle de relaxation… et d’un lien vers l’extérieur avec un patio et un jardin.  Un espace « groupe de paroles » et un lieu dédié à des activités avec le réseau Oncolie ouvriront également au premier trimestre 2016. C’est sûr, ce magnifique projet a trouvé son écho et prouvé définitivement tout son intérêt en Franche-Comté !

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.63
ciel dégagé
le 22/05 à 3h00
Vent
1.24 m/s
Pression
1019.91 hPa
Humidité
97 %

Sondage