"La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise"

Publié le 26/05/2020 - 08:18
Mis à jour le 25/05/2020 - 16:33

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".

Guillaume-RC-5 © UIMM-Agence IMAGISTA-Aure?lien Audy
©UIMM - Agence IMAGISTA - Aurélien Audy

Depuis le début de la pandémie, les entreprises ont fait un travail considérable sur leurs sites pour maintenir un peu d’activité, en toute sécurité pour leurs salariés et dans le strict respect des conditions sanitaires. Elles disposent d’un guide des mesures de prévention du Covid-19 - régulièrement mis à jour en fonction des décisions gouvernementales - et de l’appui au quotidien de l’UIMM Franche-Comté. Un dialogue social constructif a pu, en général, être maintenu. Au niveau national, il a en particulier permis de signer le 3 avril un accord de branche avec la CFDT, la CFE-CGC et FO sur les modalités d'organisation du travail pour faire face à l'épidémie de COVID-19 dans la métallurgie. Au cours des prochains mois, ce dialogue social au niveau national, de l’UIMM régionale et dans l’entreprise sera particulièrement important pour l’avenir de l’industrie.

Pour le président du Pôle formation de l’UIMM, Michel Goetz, "l’industrie franc-comtoise doit, malgré les difficultés, pouvoir se projeter et se mobiliser sur les compétences dont elle aura besoin au moment de la reprise". Pendant la période de confinement, la continuité pédagogique a été assurée par les équipes du Pôle Formation et les maîtres professionnels de l’Ecole de Production de Besançon qui ont assuré le suivi des jeunes, à distance. Cette situation inédite a boosté le développement de la digitalisation des pratiques et des Formations Ouvertes à Distance (FOAD).  Pour les salariés des entreprises, le FNE formation mis en place par l’Etat  permet aujourd’hui de proposer des formations en s’adaptant aux conditions de travail particulières. "La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise" selon Michel Goetz.

Pendant la période de confinement, 70 % l’activité du Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification dans l’Industrie (le GEIQ de la métallurgie) a pu être maintenue. Etienne Boyer, son président, souligne de son côté "face au risque accru de précarité, la nécessité absolue de contribuer à la sécurisation des parcours professionnels sur des métiers qui resteront en tension dans l’avenir".

L’UIMM Franche-Comté et l’ensemble des structures de son réseau vont poursuivre de façon dynamique, agile et opérationnelle leur accompagnement auprès des entreprises. Jean-Luc Quivogne le reconnait : "la période qui s’engage comporte des risques élevés pour notre économie. Il conviendra de garder une vigilance maximale sur la situation individuelle de chaque entreprise pour l’aider à passer ce cap".

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Covid-19 : "Être plus vigilant en Bourgogne-Franche-Comté qu’ailleurs"

Point de situation • Le préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté a établit un nouveau point de situation ce vendredi 27 novembre 2020 après l’allocution d’Emanuel Macron sur le déconfinement progressif en trois étapes et conditionné par la situation épémiologique en France. La circulation du virus reste cependant très intense en Bourgogne-Franche-Comté est la deuxième région la plus touchée par la Covid derrière Auvergne-Rhône-Alpes. Les départements de l’Yonne et du Doubs (notamment le secteur de Pontarlier) sont aujourd’hui le plus impactés par la circulation du virus.

Economie

GE Belfort : "Une énième fois, je demande au président de la République de s'emparer du dossier" (MG Dufay)

La présidente socialiste de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay en appelle "une énième fois" à Emmanuel Macron pour qu'il s'empare du dossier de General Electric (GE), le groupe américain qui s'apprête à supprimer 300 nouveaux postes en France, dont 240 à Belfort.

Les commerces rouvrent ce samedi : quelles sont les nouvelles règles sanitaires à connaître ?

Suite à un allègement des mesures de confinement annoncé par le président de la République et le Premier ministre, les commerces (exceptés les restaurants, les bars et les discothèques) peuvent rouvrir dès ce samedi 28 novembre. Toutefois, un protocole sanitaire renforcé s'impose aux commerçants comme aux consommateurs… Quelles sont les mesures?
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.49
ciel dégagé
le 28/11 à 18h00
Vent
4.33 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
56 %

Sondage