Les syndicats réclament la « liberté pour les 19 étudiants arrêtés »

Publié le 15/02/2017 - 14:28
Mis à jour le 15/02/2017 - 15:50

Suite au blocage du Conseil d’administration, hier, 14 février 2017, au siège de l’université de Franche-Comté par des étudiants, 19 d’entre eux ont été interpellés et placés en garde à vue. L’intersyndicale "exige leur libération immédiate et l’arrêt des poursuites à leur encontre."

squestrationblocageCAuniversit2.JPG
squestrationblocageCAuniversit2.JPG
PUBLICITÉ

Ce mardi 14 février, le syndicat Ameb (Association multiculturelle des étudiants de Besançon) Solidaires Étudiants a appelé à une « occupation pacifique » du Conseil d’administration de l’Université « pour surseoir à la décision d’appliquer la sélection en master ». Vers 14h30, une vingtaine d’étudiants a ainsi pénétré dans la Maison de l’Université rue Goudimel. « Il n’y a eu aucune violence, tout s’est déroulé dans le calme. Jusqu’à l’intervention de la police, l’atmosphère était bon enfant, les étudiants avaient confectionné des masques en papier à l’effigie du président de l’Université », relate l’intersyndicale.

« Les dégradations sont le fait des forces de l’ordre« 

« Au lieu de négocier et d’engager le dialogue, la présidence a choisi la force en faisant appel à l’intervention des forces de police. Les étudiants ont été violemment empoignés, frappés, écrasés, plaqués au sol puis menottés les mains dans le dos par une vingtaine de policiers en tenue anti-émeute. » Les syndicats ajoutent que « toutes les dégradations sont le fait des forces de l’ordre » et estiment que l’équipe de direction de l’Université « ne sait pas gérer les moments de crise (…) ne connaît pas le dialogue ni la concertation et s’assoit sur les règles démocratiques. » La convocation en conseil de discipline est dénoncée par les syndicats « comme un abus d’autorité.« 

Les 19 étudiants sont toujours en garde à vue

Ce mercredi 15 février, les 19 étudiants arrêtés étaient toujours en garde à vue. Les syndicats condamnent la « criminalisation de l’action syndicale et revendicative« . Ils exigent « la libération immédiate de tous les étudiants et l’arrêt des poursuites à leur encontre. »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

blocage université février 2017

« 14 février 2017, on n’oublie pas » : les mots marqués au sol par les étudiants devant le tribunal de Besançon

Une soixantaine d'étudiants s'est retrouvée ce 8 mars 2018 à 9h00 devant le Tribunal de Grande Instance de Besançon pour attendre la sortie des étudiants convoqués suite à l'interruption du conseil d'administration de l'université Franche-Comté le 14 février 2017. Ils protestaient contre la sélection en master. Les forces de l'ordre étaient intervenues et avaient expulsé les étudiants. Certains avaient été placés en garde à vue.

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté en 2017 : les 19 étudiants réfutent l’ensemble des chefs d’accusation

Le 14 février 2017, 19 étudiants avaient perturbé le conseil d'administration du l'Université de Franche-Comté qui se déroulait au siège à Besançon. La police était intervenue avec force pour les expulser. Plusieurs étudiants avaient été placés en garde à vue. Un an plus tard, dans un communiqué du 6 mars 2018, les jeunes réfutent l'ensemble des chefs d'accusation portés contre eux et organisent un rassemblement jeudi 8 mars.

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté : « une épée de Damoclès plane au-dessus des étudiants »

L'intersyndicale universitaire CGT-FO-FSU-SUD ainsi que l'AMEB et l'UNEF ont reçu Jacques Bahi, président de l'Université de Franche-Comté ce mercredi 5 avril 201. Objectif : connaître les éventuelles poursuites judiciaires, mais aussi devant les instances disciplinaires de l'université envers les personnes qui ont été gardées à vue suite au blocage du conseil d'administration de l'Université survenu le 14 février dernier. 

CA de l’Université de Franche-Comté : une volonté de « renouer le dialogue » semble se dessiner…

Un nouveau conseil d'administration de l'Université de Franche-Comté s'est déroulé lundi 27 février 2017 au Rectorat à Besançon, suite au blocage du dernier conseil le 14 février dernier. Les représentants syndicaux ont exprimé leurs revendications à travers un discours lu au président de l'université Jacques Bahi. 

Blocages du CA de l’Université de Franche-Comté : « On est envahi violemment, ils sont tre?s nerveux »

Si l'intersyndicale dénonce des "violences policières" et une "ambiance calme" le 14 février 2017 au siège de l'Université de Franche-Comté lors du CA sur l'accès aux masters, l'université parle d'"événements graves" et de violences de la part des 19 étudiants qui sont intervenus...

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté : « J’ai trouvé l’interpellation choquante »

Suite au blocage du conseil d'administration au siège de l'Université de Franche-Comté à Besançon mardi 14 février 2017, de nombreuses accusations ont été diffusées tout azimut. Un témoignage démonte les "violences physiques" qui auraient été faites en vers les membres du CA. Les syndicats organisent un rassemblement pacifique lors du prochain CA le 27 février au Rectorat à Besançon. 

Dans la catégorie

Jean-Marc Mormeck à l’Université de Franche-Comté pour parler « Culture, Sport et Éducation »

À l'occasion de la seconde édition de Culture, Sport et Éducation à l'Université de Franche-Comté, l'ancien champion de boxe et actuel délégué ministériel à l'égalité des chances des Français d'outre-mer et parrain de l'événement Jean-Marc Mormeck était à Besançon jeudi 11 avril 2019. Près de 400 lycéens de l'Académie étaient réunis autour de 12 ateliers thématiques…

La future métamorphose du campus de la Bouloie à Besançon

Synergie campus • Réuni ce lundi 8 avril 2019, le comité de pilotage de la rénovation du campus de la Bouloie a acté les grands axes du projet, synonyme du top départ de la transformation du site avec les premières réalisations : un nouveau site pour l’école d’ingénieurs en biomédical (ISIFC), le nouveau campus AREA Sport, le Jardin des Sciences ainsi que des nouveaux espaces de vie et de circulation. Des projets visibles dès 2021.

Ecole de la confiance : « Un certain nombre d’inexactitudes grossières ont été véhiculées » selon F. Charvier

La députée exprime son mécontentement dans un communiqué de presse ce jeudi 4 avril 2019 concernant un "certain nombre d’inexactitudes grossières" véhiculées sur les réseaux sociaux ainsi que dans "dans certains médias d’opinion, aux abords des établissements scolaires, voire même dans les carnets de correspondance des élèves". Ce matin, 250 personnes étaient mobilisées dans les rues de Besançon contre le projet de loi.

Éducation : nouvelle mobilisation jeudi contre les réformes Blanquer

Opposés aux réformes du ministre de l'Éducation, des syndicats enseignants entendent battre le fer tant qu'il est chaud: après des manifestations samedi, ils appellent à une nouvelle journée de mobilisation ce  jeudi 4 avril 2019. À Besançon , une manifestation est prévue place Granvelle à partir de 10h30. Dans le Doubs plusieurs écoles annoncent 100% de grévistes...

Réplique en vidéos du collectif interlycée : le droit de réponse du rectorat

Réponse à la réponse... • Il s'agit du droit de réponse aux réponses du collectif interlycées. Suite aux vidéos de Jean-François Chanet expliquant la réforme du lycée, les membres du collectif interlycée ont décidé durant la semaine du 25 au 25 mars 2019 d'apporter en vidéos leurs visions de la réforme . Le rectorat tient à apporter de nouveaux éléments... 

Contre le projet de loi Blanquer, une manifestation et un pique-nique samedi 30 mars à Besançon

Plusieurs syndicats CGT éduc'action, FO, FU, SGEN/CFDT, SUD éduc et UNSA éducation appelle à manifester samedi 30 mars 2019 à 13h30 devant le rectorat de Besançon contre le projet de loi Blanquer, mais aussi contre la réforme du lycée. Un pique-nique organisé par les syndicats d'enseignants du premier et second degré est également prévu à Granvelle à partir de midi.

Agression d’un proviseur adjoint au lycée Pergaud de Besançon : les réactions des élus

Dans la matinée de jeudi 28 mars 2019, un élève de seconde du lycée Pergaud à Besançon a agressé un proviseur adjoint de l'établissement. Une enquête est ouverte. Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté (dont l'une des compétences est la gestion des lycées), Jean-François Chanet, recteur de l'académie de Besançon et Jean-Marie Renault, inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’éducation nationale du Doubs réagissent vendredi 29 mars.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 8.91
couvert
le 22/04 à 3h00
Vent
0.95 m/s
Pression
1010.602 hPa
Humidité
78 %

Sondage