Macron en Bourgogne: Emmannuelle Wargon rencontre des « gilets jaunes » 

Publié le 07/02/2019 - 16:38
Mis à jour le 07/02/2019 - 16:38

Train de vie des élus, justice fiscale ou encore pouvoir d'achat: la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon a écouté  jeudi à Autun une délégation de six "gilets jaunes" en marge du déplacement d'Emmanuel Macron en Saône-et-Loire.

wagron gilets jaunes autun
Train de vie des élus, justice fiscale ou encore pouvoir d'achat: la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon a écouté jeudi à Autun une délégation de six "gilets jaunes" en marge du déplacement d'Emmanuel Macron en Saône-et-Loire.
PUBLICITÉ

Dans une salle de réunion du parc des expositions de la ville, Mme Wargon a échangé pendant plus d’une demi heure avec ces « gilets jaunes » venus d’Autun, Montceau-les-Mines ou encore Paray-le-Monial, qui souhaitaient rencontrer M. Macron.

Certains ont demandé « plus de contrôle des salaire des politiques », estimant qu’il faut « revoir les salaires des hauts fonctionnaires » ou encore « remettre le citoyen au coeur de la vie politique », dénonçant « les ors de la république ».

Emmanuelle Wargon écoute, prend des notes, et répond à la délégation. « Votre question est vraiment légitime. Je sens une vraie remise en cause, une vraie défiance des Français envers leurs dirigeants »« C’est surtout la hausse des taxes. Et il y a beaucoup de gens qui n’ont plus rien après le 15 du mois, on s’endette », lance Anthony Dirand, un chauffeur routier de 27 ans.

Elsa Mercier, 33 ans, traductrice libérale, raconte les « drames personnels des parents qui ne peuvent pas aider leurs enfants dans le besoin », ou de ceux qui voient « parents ou grands-parents dépérir dans des Ehpad où les pauvres aides-soignantes sont deux par service et payées au SMIC »« Et puis il y a la catégorie qui est tout juste au dessus, qui s’en sort mais qui est à la merci du moindre accident de la vie », ajoute Pierre-Henri Janin, un retraité.

« On a un système assez redistributif en France mais ça ne veut pas dire qu’il résout toutes les situations individuelles », reconnaît Mme Wargon. « On essaie de trouver le bon équilibre » entre « ceux qui n’ont pas de revenus du travail », ceux qui gagnent « à peu près le SMIC » et les tranches « où toutes les aides s’arrêtent ».

« Vous nous l’avez bien mise sur la tête », reprend Bernard Nicolaou, un retraité de 74 ans, à propos de la CSG. « On a compris que ça n’allait pas, du coup on a fait un retour en arrière », répond la ministre. « Cette crise il va falloir qu’elle se termine », lance finalement l’un des participants à Mme Wargon, qui promet, avant de prendre congé, de « faire part au président » de leur discussion.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Acte 14 à Besançon : les Gilets jaunes ont manifesté du centre-ville à Chateaufarine en passant par la maison d’arrêt

Mise à jour à 19h20 • Les Gilets jaunes se sont donnés rendez-vous en début d'après-midi ce samedi 16 février 2019 place de la Révolution à Besançon. Ils ont marché en direction de Chateaufarine en effectuant un crocher par la maison d'arrêt dans le quartier de la Butte . Ils étaient 450 selon la Préfecture du Doubs, 500 selon d'autres sources.

Manifestation devant le commissariat et soutien à Frédéric Vuillaume ce mercredi à Besançon

Alors qu'une cinquantaine de personnes s'est mobilisée ce mercredi 13 février 2019 devant le commissariat de Besançon en soutien à deux Gilets jaunes en garde à vue, l'intersyndicale Solidaires-FSU- CGT-FO a tenu à adresser ce mercredi 13 février 2019 un communiqué en soutien à Fréderic Vuillaume, membre du syndicat Force Ouvrière et Gilet Jaune.      

Loi « anticasseurs » :  large vote de l’Assemblée. Comment ont voté les députés de Franche-Comté ?

50 dissidents LREM • Par une très large majorité, l'Assemblée nationale a adopté mardi la proposition de loi LR controversée "anticasseurs" remaniée par la majorité, mais 50 députés LREM - un record - ont marqué en s'abstenant leur refus des interdictions préventives de manifester. Parmi eux, les députés francs-comtois Éric Alauzet, Fanette Charvier, Barbara Bessot-Ballot, Denis Sommer et Christophe Lejeune.

Dans la catégorie

Le Rassemblement national lance une campagne visuelle contre la carte scolaire

Le groupe rassemblement national a lancé une campagne visuelle en réponse aux mesures prises par le gouvernement pour la rentrée 2019 suite à  la fermeture de plusieurs écoles en France. Dans le Doubs, l'inspection académique prévoit  51 fermetures pour 46 ouvertures pour une baisse d'effectif de 594 élèves.

Gilets jaunes : « une fracture sociale » et européenne « qui vient de loin » selon J-P Chevènement

La crise "des gilets jaunes" met en lumière "une fracture sociale, territoriale, démocratique, institutionnelle et européenne qui vient de loin", estime samedi 16 février 2019 l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, dans un entretien au journal Le Monde.

Centrale cogénération biomasse de Novillars « ce projet est exemplaire » (Emmanuelle Wargon)

La centrale de cogénération biomasse, développée par Akuo Energy pour la papèterie Gemdoubs, a été inaugurée ce 15 février 2019 à Novillars en présence d'Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire. Le premier coup de pioche avait été donné en octobre 2016…

Le ministre de la Culture reçoit Jean-Louis Fousseret

Le maire a rencontré jeudi 14 février 2019 dans la matinée Franck Riester à Paris pour aborder les dossiers culturels de Besançon. Jean-Louis Fousseret a appris que la future exposition "Une des provinces du Rococo, la Chine rêvée" de François Boucher (Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon - 8 novembre 2019 au 27 février 2020)  a reçu le label "exposition d’intérêt national".

La campagne publicitaire sur l’université de Bourgogne à Besançon qui « sonne comme une avertissement politique » pour L. Croizier

Polémique • Dans le cadre de la polémique suite à la diffusion de panneaux publicitaires notamment à Besançon incitant les étudiants à rejoindre l'université de Bourgogne, Laurent Croizier, conseiller municipal MoDem à Besançon, réagit à son tour. Pour lui, cette campagne "sonne comme un avertissement politique".

Fonctionnaires : « modernisation » pour Bercy, « mise à mort » du statut pour les syndicats

Recours élargi aux contractuels et pont élargi entre public et privé, harmonisation du temps de travail en particulier dans la fonction publique territoriale, rémunération au mérite, refonte des instances de dialogue social : le projet de loi sur la fonction publique pour moderniser le statut des fonctionnaires a du mal à passer. Après un an de concertations sur le texte qui s’accompagne d’une coupe de 120.000 agents d’ici 2022, sept syndicats de fonctionnaires sur neuf ont "claqué la porte" et dénoncent une "mise à mort" du statut de la fonction publique

L’instruction obligatoire établie dès l’âge de 3 ans à partir de la rentrée 2019

L'Assemblée nationale a voté mercredi soir (13 février 2019) l'abaissement de l'âge de l'instruction obligatoire de 6 à 3 ans, mesure phare du projet de loi "pour une école de la confiance" vantée par le ministre de l'Education comme "un marqueur républicain". Entrée en vigueur à la rentrée de septembre 2019

Université Bourgogne-Franche-Comté : « un véritable désastre » pour Jean-Philippe Allenbach

Après la polémique née de la campagne de publicité de "Just Dijon" pour promouvoir l'université de Bourgogne jusqu'à Besançon, le président du Mouvement Franche-Comté et candidat à l'élection municipale de Besançon déclare ne pas être surpris par ce nouveau "coup de force" de François Rebsamen et souhaite une université de Franche-Comté "libre et autonome".

Alexandra Cordier n’est pas encore « En Marche » pour les municipales

"Le temps est au Grand Débat et aux Européennes" • Pour la référente "En Marche" dans le Doubs, l'heure n'est pas aux municipales. Et encore moins à Besançon.  Après la récente annonce de 25 soutiens du mouvement en faveur d'Éric Alauzet pour les municipales de 2020 à Besançon, Alexandra Cordier  tient à rappeler que le temps est au Grand Débat national. Elle souhaite d'abord s'attacher "aux idées", au renouvellement de la classe politique plutôt qu'aux individualités.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.39
ciel dégagé
le 21/02 à 9h00
Vent
1.32 m/s
Pression
1005.34 hPa
Humidité
84 %

Sondage