Maire et ministre : Darmanin "autorisé" par Macron et Philippe à cumuler "pendant un temps" (JDD)

Publié le 24/05/2020 - 09:25
Mis à jour le 24/05/2020 - 09:25

Le ministre Gérald Darmanin, élu samedi 23 mai 2020 maire de Tourcoing (Nord), assure avoir été "autorisé" par Emmanuel Macron et Edouard Philippe à cumuler "pendant un temps" ces deux fonctions, dans un entretien au Journal du Dimanche.

"Le président de la République et le Premier ministre m'avaient autorisé à être ministre et candidat. Ils m'ont autorisé, pendant un temps et vu les circonstances exceptionnelles" liées à l'épidémie de Covid-19, "à exercer ces deux fonctions. Mais sans cumuler les rémunérations: je ne toucherai pas l'indemnité de maire", déclare le ministre de l'Action et des Comptes publics.

Il a annoncé samedi matin dans la foulée de son élection par le conseil municipal à la tête de la deuxième ville du Nord qu'il ne toucherait "évidemment pas" ses indemnités municipales, qu'il reversera à la Société
protectrice des animaux.

Soulignant à deux reprises dans l'interview qu'il a été "élu au premier tour" des municipales, le 15 mars, là où le chef du gouvernement doit affronter un second tour délicat le 28 juin, Gérald Darmanin assure tenir
ainsi sa "parole" car il s'était "engagé auprès des Tourquennois à être leur
maire s'(il) était élu".

Se revendiquant du gaullisme social -il s'est engagé en politique "pour Philippe Séguin" et "a voté pour Jean-Pierre Chevènement" au premier tour de la présidentielle de 2002, un point commun avec Emmanuel Macron- l'ex-élu LR passé à LREM croit en "une troisième voie" entre "le capitalisme débridé et l'économie administrée". Il plaide pour "une généralisation de l'actionnariat salarié" et appelle à "mener une politique pour le peuple".

"On ne peut rien faire sans le peuple", martèle le "petit-fils d'immigré" et "fils de femme de ménage", qui avait voté "non" au référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen. Interrogé sur ses ambitions dans le cadre du futur remaniement gouvernemental, Gérald Darmanin assure ne pas être "un enfant gâté" avant de reconnaître aussitôt -"Oui, je veux peser davantage sur nos choix, défendre mes convictions"- et de rappeler que "le président a encouragé les ministres à +faire de la politique+, à prendre leurs risques".

"Je ferai ce que le président me dira de faire. Je veux continuer à travailler avec lui pour réparer notre pays. En tout cas, mon engagement auprès du président de la République restera entier, quelles que soient mes fonctions au sein du gouvernement ou en dehors", souligne-t-il en proclamant sa loyauté à Emmanuel Macron.

Il se montre moins disert sur le chef du gouvernement -"c'est une chance de travailler en confiance avec Edouard Philippe, qui est un grand Premier ministre", dit-il sobrement- tout en disant ne "croire pas un mot" de l'éventuelle détérioration des relations au sein du duo exécutif.

Même sobriété pour évoquer ses liens avec le président de la région des Haut-de-France, Xavier Bertrand, qu'il avait invité à son conseil municipal d'installation samedi. "Xavier Bertrand est un bon président de région et je n'oublie pas que nous avons battu ensemble Marine Le Pen dans notre belle terre du Nord. Il a toute mon amitié personnelle mais nous avons fait des choix politiques nationaux différents", lâche-t-il.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Politique

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

La loi Recherche définitivement adoptée au Parlement

Face au risque de "décrochage" de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté ce vendredi 20 novembre 2020 le projet de loi de programmation (LPR), "un investissement historique" selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Fannette Charvier, députée du Doubs se félicite de cette décision (elle avait été désignée responsable de ce texte pour le groupe LaREM).
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.91
ciel dégagé
le 28/11 à 18h00
Vent
4.33 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
56 %

Sondage