Masques de la Région "réquisitionnés" : les explications de Castaner

Publié le 10/04/2020 - 12:24
Mis à jour le 10/04/2020 - 12:24

Dimanche 5 avril dernier, 2 millions de masques commandés par la Bourgogne Franche-Comté étaient « donnés en priorité » à la région Grand-Est. Le Ministre de l’Intérieur a fourni, au Sénat, les explications à cette apparente réquisition… 

C. Castaner au Sénat, ce mercredi 8 avril 2020 ©Twitter Sénat ©
C. Castaner au Sénat, ce mercredi 8 avril 2020 ©Twitter Sénat ©

On fulminait, côtés élus de Bourgogne Franche-Comté.

Dans un contexte sanitaire très difficile, la Région avait commandé, pour début avril, 1,3 millions de masques. Masques qui n'étaient jamais parvenu chez nous : ils avaient été réquisitionnés dès leur arrivée à l'aéroport Bâle-Mulhouse par l'ARS et la région Grand Est.

Et dimanche 5 avril dernier, rebelote. Une nouvelle cargaison de deux millions de masques à destination de la BFC avait de nouveau été saisie, par l'Etat, pour être délivrée dans le Grand Est, région très touchée par l'épidémie.

Mais la pilule passait mal du côté de Dijon et Besançon : partout, on fusillait cette répartition ; Marie-Guite Dufay, la présidente de Région, qui avait refusé de s'en offusquer la première fois, avait même demandé une "répartition plus solidaire" à l'Etat.

Castaner au créneau

Face à l'ampleur de la polémique, le Ministre de l'Intérieur est intervenu, ce mercredi 8 avril 2020 au Sénat, pour expliquer la situation, suite à une question posée par un sénateur de Saône-et-Loire.

"Il n'y a pas eu de réquisition, ni par l'armée ni par qui que ce soit. Un importateur devait livrer 4 millions de masques à l'ARS du Grand Est. Mais cet importateur avait aussi pris des commandes de la Bourgogne Franche-Comté. (...) Au moment de la livraison, il n'y avait que 3,4 millions de masques, qui ont été donnés en priorité au personnel soignant du Grand Est" a détaillé Christophe Castaner.

"Il n'est pas question qu'il y ait une guerre de masques  entre les collectivités et l'Etat, nous devons travailler main dans la main" a-t-il conclu.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Politique

Des familles de l’Adapei du Doubs demandent l’exclusion de la secrétaire de l’association, Floriane Jeandenand-Guinchard

C'est à travers un courrier adressé à la présidente de l'Adapei (Association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), Nicole Gauthier, que les familles ont alerté sur la candidature de la secrétaire Floriane Jeandenand-Guinchard pour le rassemblement national aux prochaines législatives.

Législatives : le vice-président de GBM Gabriel Baulieu soutient Laurent Croizier

Le maire de la commune de Serre-les-Sapins et vice-président de Grand Besançon Métropole en charge des finances a publié un communiqué le 18 juin dernier dans lequel il annonce publiquement soutenir la candidature de Laurent Croizier, député sortant de la 1ere circonscription du Doubs. Dans celui-ci, il explique les raisons d’une telle "première". 

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Amiante à l'école : "pas de danger pour les enfants" affirme la Ville

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.91
partiellement nuageux
le 24/06 à 0h00
Vent
2.2 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
94 %