Meurtre d'une prostituée roumaine en 2016 : l'accusé se heurte à ses incohérences

Publié le 23/09/2021 - 16:22
Mis à jour le 23/09/2021 - 17:18

« Pouvez-vous expliquer vos multiples mensonges ? »: Alexandre Verdure, accusé du meurtre d’une jeune prostituée roumaine qu’il a toujours contesté, s’est heurté à ses mensonges et ses incohérences, jeudi 23 septembre au deuxième jour de son procès en appel à Lons-le-Saunier.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Cheveux noirs coupés ras et visage anguleux, l'accusé de 34 ans, qui a été condamné à 20 ans de réclusion en première instance, est revenu avec moult détails sur la nuit du 29 au 30 novembre 2016, où il a rencontré Mihaela Miloiu, Roumaine de 18 ans prostituée en Suisse par l'homme dont elle était tombée amoureuse à l'adolescence.

Il a expliqué qu'il avait proposé à la jeune femme de monter dans sa voiture alors qu'elle venait de se faire agresser et qu'elle était affolée. Elle lui aurait proposé une relation sexuelle tarifée, qu'ils ont eu au bord d'une route, à Sullens (Suisse).

D'après son récit, deux hommes ont alors surgi dans une voiture : l'un l'a menacé pendant que l'autre tuait la jeune femme, avant de lui ordonner de "faire le nécessaire" s'il ne voulait pas qu'ils s'en prennent à sa famille. Cet ancien gendarme réserviste raconte avoir chargé le corps dans sa voiture et être parti, poursuivi par les tueurs jusqu'à ce qu'il abandonne le cadavre dans la forêt communale du Frasnois (Jura), en France.

"A chaque fois que vous racontez les faits, vous rajoutez des détails, certains venant d'ailleurs du dossier d'instruction", relève le président de la cour d'assises du Jura, Matthieu Husson. Pendant près d'un an, jusqu'à son interpellation, l'agent de sécurité, qui travaillait en Suisse et habitait Mouthe avec sa compagne et son fils, ne dira rien de cette nuit.

"J'ai été con d'enlever ses vêtements dans le bois"

L'avocat général, Lionel Pascal, l'a confronté à chacune de ses incohérences : M. Verdure se décrit comme "un bon Samaritain" mais n'appelle pas les secours. Il veut se "tirer au plus vite" mais reste 40 minutes près du corps. Ou encore, il a peur des proxénètes mais il revient vers eux au lieu de fuir dans la forêt. "J'étais paniqué, tétanisé, j'étais à bout, je voulais juste que ça s'arrête", tente de justifier Alexandre Verdure. "Avez-vous une explication sur le fait qu'il n'y a que votre ADN sur le corps ? C'est curieux qu'il n'y ait pas celui de ceux qui l'ont frappée et tuée", interroge encore le président de la cour. "J'ai été con d'enlever ses vêtements dans le bois", rétorque l'accusé.

Le corps nu de Mihaela Miloiu, a été découvert par des bûcherons le 15 décembre 2016. Tous les os de son visage étaient brisés par les coups, la rendant méconnaissable. Les enquêteurs ont confondu Alexandre Verdure en vérifiant les entrées dans les hôpitaux du secteur. Il s'était en effet rendu le 30 novembre 2016 à l'hôpital de Pontarlier (Doubs) pour faire soigner une blessure à une main.

La cour d'assises rendra son verdict vendredi.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Inconnue du Frasnois

Meurtre d'une prostituée roumaine au Frasnois : le travailleur frontalier clame toujours son innocence

Verdict attendu vendredi • L’ombre du violent réseau de proxénétisme roumain qui exploitait Mihaela Miloiu, retrouvée morte, le visage méconnaissable, dans une forêt jurassienne en 2016, a plané mercredi sur les assises du Jura, au premier jour du procès en appel du travailleur frontalier accusé de l’avoir tuée.

Corps d’une inconnue retrouvé au Frasnois : un travailleur frontalier de 30 ans écroué

Le corps d’une jeune femme rousse, défigurée, avait été découvert par des bûcherons le 15 décembre 2016, dans un bois de la commune du Frasnois près de la cascade du Hérisson, dans le Jura. Un suspect a été interpellé mardi. L’assassin présumé est un homme de 30 ans, originaire du Doubs. Il a été inculpé pour meurtre et placé en détention. Ce travailleur frontalier confondu par son ADN nie être l’auteur du crime. Il sera jugé en France.

Inconnue tuée dans la forêt du Frasnois : un suspect interpellé

Une jeune femme rousse d’une vingtaine d’années avait été découverte par des bûcherons, le 15 décembre 2016, dans un bois de la commune du Frasnois près de la cascade du Hérisson, dans le Jura. L’homme soupçonné de l’avoir tuée, sur fond de prostitution, a été interpellé au terme de près d’un an d’enquête en collaboration avec la police suisse.

Corps retrouvé au Frasnois : la piste des bénévoles des Restos du Coeur écartée

Suite à l’appel à témoins et à la diffusion du portrait-robot de la victime retrouvée morte le 15 décembre 2016 dans un bois du Frasnois, des bénévoles des Restos du Cœur de Besançon était convaincus avoir reconnu la jeune femme. Après vérification, les gendarmes précisent que l’identification émanant l’association n’est pas concluante.

Corps d’une jeune femme retrouvé au Frasnois : un appel à témoins national

La gendarmerie du Jura a diffusé jeudi un portrait-robot en 3D pour tenter d’identifier une jeune femme découverte morte dans un bois le 15 décembrela sur la commune de « Le Frasnois » , le visage très mutilé et le corps nu lacéré de 26 coups de couteau, dont aucun n’était mortel, mais destiné « à faire souffrir » .

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.61
nuageux
le 17/08 à 12h00
Vent
2.88 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
54 %

Sondage