Un travailleur frontalier jugé en appel pour le meurtre de "l'inconnue du Frasnois"

Publié le 22/09/2021 - 13:55
Mis à jour le 23/09/2021 - 08:20

Verdict attendu vendredi • L’ombre du violent réseau de proxénétisme roumain qui exploitait Mihaela Miloiu, retrouvée morte, le visage méconnaissable, dans une forêt jurassienne en 2016, a plané mercredi sur les assises du Jura, au premier jour du procès en appel du travailleur frontalier accusé de l’avoir tuée.

Mihaela Miloiu, adolescente roumaine tombée sous la coupe d'un
Mihaela Miloiu, adolescente roumaine tombée sous la coupe d'un "lover boy" qui l'avait séduite puis prostituée sur les trottoirs en Suisse, est longtemps restée "l'inconnue du Frasnois". © DR

Alexandre Verdure, 34 ans, a réaffirmé sa position dès le début de l’audience devant la cour d’assises du Jura: « elle est toujours la même, non coupable ». La cour rendra son verdict vendredi.

Condamné en décembre dernier à 20 ans de réclusion criminelle en première instance pour le meurtre sauvage de cette jeune Roumaine de 18 ans, Alexandre Verdure a réaffirmé sa position dès le début de l'audience : "elle est toujours la même, non coupable".

Aujourd'hui âgé de 34 ans, cet ancien agent de sécurité travaillait en Suisse et habitait à Mouthe (Doubs) avec sa femme et son fils au moment des faits.

Il a toujours contesté avoir tué la jeune femme.

Il a en revanche admis avoir transporté et abandonné son corps dans la forêt communale du Frasnois (Jura), en France. Seul son ADN a été retrouvé sur la victime.

D'après sa version, deux inconnus auraient surgis alors qu'il venait d'avoir une relation tarifées avec Mihaela Miloiu dans la nuit du 29 au 30 novembre 2016 à Sullens (Suisse). L'un l'aurait menacé pendant que l'autre tuait la jeune femme. Les deux hommes l'auraient ensuite obligé à se débarrasser du corps sous la menace.

"Alexandre n'est pas du tout violent, ni agressif", ont soutenu ses parents mercredi, décrivant un homme "honnête, sympathique et doux". "Je suis son papa, c'est moi qui le connais le mieux. Ce n'est pas lui. Il en est incapable", a affirmé son père.

L'avocat de la défense, Me Sylvain Cormier, a estimé que les enquêteurs avaient rapidement été "persuadés qu'Alexandre Verdure était coupable", délaissant la piste du réseau de prostitution "ultra-violent". Il plaidera l'acquittement. "On est quasiment certains que les proxénètes savaient que cette pauvre fille voulait fuguer", elle en avait parlé avec sa mère "précisément le jour où elle est morte", a-t-il relevé.

"En 20 ans, je n'ai jamais vu de victime tuée par le client, mais j'ai eu des victimes tuées par les trafiquants (d'être humains) parce qu'elles essayaient de quitter le réseau", a abondé Iana Matei, présidente de l'ONG de protection des femmes victimes de trafics humains Reaching Out Romania, conviée par la défense pour témoigner sur le fonctionnement et la violence de ces réseaux.

Une version rejetée par le directeur d'enquête de la gendarmerie : "on ne s'est pas focalisé sur Alexandre Verdure, les éléments qui mènent à lui sont particulièrement concordants".

Au moment du meurtre, les proxénètes de la jeune femme étaient sur écoutes dans le cadre d'une enquête pour proxénétisme menée par les autorités suisses. Or, lors de sa disparition, les écoutes montrent que "le clan la cherche" et veut "savoir où elle est partie", renchérit de son côté l'enquêteur suisse.

Mihaela Miloiu, adolescente roumaine tombée sous la coupe d'un "lover boy" qui l'avait séduite puis prostituée, est longtemps restée "l'inconnue du Frasnois".

Son corps nu avait été découvert le 15 décembre 2016. Tous les os de son visage étaient brisés par les coups, la rendant méconnaissable. Une reconstitution faciale avait été nécessaire pour établir son portrait-robot en 3D.

"Jusqu'au moment où (elle) a perdu connaissance, elle a dû beaucoup souffrir", a déclaré à la barre le médecin légiste.

C'est presque par hasard que des gendarmes français et suisse avaient découvert son identité. Les enquêteurs avaient ensuite confondu Alexandre Verdure, venu le 30 novembre 2016 à l'hôpital de Pontarlier (Doubs) pour faire soigner une blessure à une main.

La cour rendra son verdict vendredi.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Inconnue du Frasnois

Corps d’une inconnue retrouvé au Frasnois : un travailleur frontalier de 30 ans écroué

Le corps d’une jeune femme rousse, défigurée, avait été découvert par des bûcherons le 15 décembre 2016, dans un bois de la commune du Frasnois près de la cascade du Hérisson, dans le Jura. Un suspect a été interpellé mardi. L’assassin présumé est un homme de 30 ans, originaire du Doubs. Il a été inculpé pour meurtre et placé en détention. Ce travailleur frontalier confondu par son ADN nie être l’auteur du crime. Il sera jugé en France.

Inconnue tuée dans la forêt du Frasnois : un suspect interpellé

Une jeune femme rousse d’une vingtaine d’années avait été découverte par des bûcherons, le 15 décembre 2016, dans un bois de la commune du Frasnois près de la cascade du Hérisson, dans le Jura. L’homme soupçonné de l’avoir tuée, sur fond de prostitution, a été interpellé au terme de près d’un an d’enquête en collaboration avec la police suisse.

Corps retrouvé au Frasnois : la piste des bénévoles des Restos du Coeur écartée

Suite à l’appel à témoins et à la diffusion du portrait-robot de la victime retrouvée morte le 15 décembre 2016 dans un bois du Frasnois, des bénévoles des Restos du Cœur de Besançon était convaincus avoir reconnu la jeune femme. Après vérification, les gendarmes précisent que l’identification émanant l’association n’est pas concluante.

Corps d’une jeune femme retrouvé au Frasnois : un appel à témoins national

La gendarmerie du Jura a diffusé jeudi un portrait-robot en 3D pour tenter d’identifier une jeune femme découverte morte dans un bois le 15 décembrela sur la commune de « Le Frasnois » , le visage très mutilé et le corps nu lacéré de 26 coups de couteau, dont aucun n’était mortel, mais destiné « à faire souffrir » .

Justice

Camaïeu ferme définitivement ses portes ce soir

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.11
nuageux
le 04/10 à 3h00
Vent
0.96 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
95 %

Sondage