Mission Pokémon : l'Église de tous les Saints et de tous les… Pokémons

Publié le 21/09/2016 - 09:50
Mis à jour le 18/04/2019 - 09:49

Dans ce coin de France encore baigné de douceur estivale, le quidam est intrigué par une religieuse en trottinette. Elle est accompagnée par un homme d'église, bien identifiable à sa tenue, une soutane. Les deux sont fort occupés à la lecture des informations reçues sur une tablette, la pomme qui y figure ne doit rien à la Génèse, mais plus à la Silicon Valley. À sa grande surprise, le quidam comprend qu'ils sont à la chasse aux Pokémon. Encore plus surpris d'apprendre que ces membres de l'Église catholique sont ainsi en mission. Ils oeuvrent !

 ©
©

Go !

"Oui" précisent-ils. "Nous sommes en charge des petits et des adolescents dans notre diocèse. Alors pour mieux coller à leurs codes, pour mieux les comprendre et communiquer avec eux, il nous faut bien nous intéresser à ce qui les fédère, à leur culture."

Le tout dit, narre le quidam, avec une gentillesse désarmante, une bonne volonté évidente et l'envie de bien faire. Voilà donc une subtile alchimie qui fait se rencontrer le 'Virtuel' du numérique planétaire et l'invisible' du dogme catholique. Les 721 Pokémon (oui, ils sont nombreux! Donc pas de place pour les citer.) Comme voies vers Jésus, il fallait y penser. Il est vrai que dans les années soixante un certain rocker national chantait bien que Jésus était un hippie et l'Église n'avait pas alors protesté.

Soit. Soit. Ainsi donc, et ce ne sera pas une nouveauté, l'Église et l'Éducation nationale sont, là encore, à fronts renversés. En effet, quand l'Église cherche à capter les plus jeunes, en s'installant dans leurs codes, et joue la partition du "laissez venir à moi les petits enfants, même avec Pokémon", beaucoup de directeurs d'établissements scolaires tentent d'interdire la chasse au(x) Pokémon(s) dans les lieux dont ils ont la responsabilité.

Il ne nous a pas été possible de savoir ce qu'en pense l'évêché de Besançon*, mais gageons que nous le saurons bientôt. Nous vous tiendrons au courant. Mais, nous sommes curieux de savoir si, finalement, les 721 Pokémon ont leurs prie-Dieu dans les églises de notre région....

Albert Ziri

* Nous avons bien sûr contacté le service de communication de l'évêché, mais las, trop occupé, il n'a pu répondre à nos questions....

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Pokemon

Pikachu, Mewtwo et Mew sont les Pokemons les plus recherchés en Franche-Comté

Encore et toujours nos chers Pokemons ! De puis la sortie du jeu Pokemon Go devenu viral, ils sont partout. D’après le Huffington Post, plus de 75 millions de chasseurs ont déjà téléchargés l’application pour se lancer à la recherche de créatures fantastiques dans le monde réel : les Pokemons ! Face à ce phénomène, le HuffPost a demandé à Google lesquels intéressaient le plus chaque (ancienne) région. Pikachu est en tête partout ! 

Religion

Épandage des pesticides près d’habitations : « le gouvernement obligé de revoir sa copie »

À la suite des recours déposés par 8 organisations, le Conseil d’État vient de rendre une décision majeure dans la lutte contre les pesticides, en annulant, car insuffisamment protectrices, plusieurs dispositions encadrant leur épandage près des habitations, se réjouit l'association de consommateurs l'UFC Que choisir.

Confinement et absence de quêtes : une perte de plusieurs milliers d’euros pour le Diocèse de Besançon

Fermées lors du premier confinement et une grande partie du second, les églises ont subi de lourdes pertes financières suite à l'absence de quêtes. En France, on estime à plus de 60 millions d'euros de préjudice cette année. Le Diocèse de Besançon, malgré plusieurs généreux donateurs, a lui aussi été impacté à hauteur de plusieurs milliers d'euros, explique Monseigneur Jean-Luc Bouilleret ce mardi 22 décembre.

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.13
partiellement nuageux
le 30/07 à 6h00
Vent
1.14 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
96 %

Sondage