Nuñez défend LBD et grenades de désencerclement, leur usage reste "proportionné"

Publié le 28/01/2019 - 14:44
Mis à jour le 28/01/2019 - 14:45

Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nuñez, a affirmé lundi 28 janvier 2019 lors d'un déplacement en Bourgogne-Franche-Comté que les forces de l'ordre allaient "continuer à utiliser" le controversé lanceur de balles de défense (LBD), assurant que l'usage des "armes intermédiaires" est "proportionné".

gilets jaunes police besancon
illustration (8/12/19 - Besançon) © d poirier

"Nous allons continuer à utiliser ces armes intermédiaires de défense qui ne sont utilisées que quand nous sommes confrontés à des individus violents, des casseurs", a indiqué M. Nuñez, interrogé sur les LBD et les grenades de désencerclement lors d'un point-presse organisé dans l'Yonne.

"C'était encore le cas à Paris hier (dimanche) sur la place de la Bastille, où un groupe de quelques centaines d'individus, qui étaient manifestement des casseurs, se sont détachés de la manifestation des +gilets jaunes+ pour aller attaquer les forces de l'ordre sur la place de la Bastille", a-t-il poursuivi. "Il ne faut pas laisser penser qu'il y a une généralisation des armes intermédiaires, c'est totalement inexact. Mais sans leur utilisation, il y aurait des policiers et des gendarmes qui auraient été sévèrement pris à partie, voire même tués", a encore affirmé M. Nuñez.

L'usage du LBD a été dénoncé une nouvelle fois avec la blessure à l'oeil d'une figure du mouvement des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues, samedi à Paris. Dimanche, le secrétaire d'Etat a affirmé qu'aucun élément ne permettait de mettre en cause un tir de balle de défense.

Lundi, M. Nuñez a apporté son soutien aux forces de police et de gendarmerie lors d'une visite au commissariat de Sens. "Je tiens à vous remercier pour votre engagement et vous dire que nous attendons que ça continue, mais je sais votre courage et votre détermination pour y faire face." Une trentaine de +gilets jaunes+ manifestaient à son arrivée, un peu plus tard, à la mairie de Sens, où il a abordé avec la maire (LR) Marie Louise-Fort les questions de la coopération entre police nationale et police municipale, de la vidéosurveillance ou encore de la police de sécurité du quotidien. "Ce n'est pas parce que nous sommes mobilisés toutes et tous sur le mouvement des +gilets jaunes+ que la vie et que la politique de sécurité ne continuent pas", a dit le secrétaire d'Etat.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l'ont à nouveau chanté. Moins d'une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d'après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux "premiers de corvée"

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d'Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s'est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les "Livres dans le Boucle". La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu'un bilan, c'est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Politique

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.97
ciel dégagé
le 29/11 à 21h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
98 %

Sondage