Jean-Louis Fousseret : ‘Oui, on peut boire de l’eau du robinet à Besançon’

Publié le 10/04/2018 - 16:25
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:43

Après avoir été interpellées par l'association l'UFC-Que-Choisir sur sa qualité de l'eau, la Ville de Besançon, la préfecture du Doubs et l'agence de l'eau ont tenu à "rétablir certaines vérités" et rassurer les consommateurs mardi 10 avril 2018. 

Le point sur la qualité de l'eau à Besançon from maCommune.info on Vimeo.

PUBLICITÉ

C’est un vidéo projecteur qui attend les journalistes en conférence de presse ce 10 avril 2018. Raphaël Bartolt, le préfet du Doubs, tient à montrer que les données, relatives à la qualité de l’eau, sont disponibles et consultables « sur le site www.eaupotable.sante.gouv.fr« , précise-t-il en réponse aux propos de l’UFC Que Choisir qui épinglait  » l’absence de communication sur la qualité de l’eau distribuée ». 

« La source d’Arcier n’est pas menacée de fermeture »

« A Besançon, nous sommes fiers de la qualité de notre eau », affirme Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon. « Je suis choqué quand je vois neuf sources prioritaires menacées de fermetures », poursuit -t-il en se tournant vers Nicole Appery, ingénieure d’étude sanitaire à l’Agence Régionale de la Santé (ARS). « Est-ce que la source d’Arcier (Ndlr : alimentant Besançon) est-elle menacée de fermeture ? », lui demande-t-il.

À l’ingénieur de répondre : « Non, elle n’est pas menacée de fermeture ». Au maire de répondre : « C’est très grave, quand on parle du manque de transparence, ce n’est pas vrai, nous avons les chiffres en ligne commune par commune. Alors, oui, on peut boire de l’eau du robinet à Besançon ».

Un rapport annuel effectué

« Chaque année, la CCSPL (commission consultative des services publics locaux) dont fait partie l’UFC Que Choisir, donne un rapport annuel sur la qualité et le prix de l’eau. L’UFC Que Choisir connaît donc ces éléments et il n’y a jamais eu aucune remarque », s’insurge le maire de Besançon. 

Aucun dépassement effectué depuis 10 ans

Selon l’ingénieure d’étude sanitaire de l’ARS, aucun dépassement n’a été fait dans l’eau distribuée depuis 10 ans excepté en 2008 à Luxiol. Christophe Eggenschwiller, de l’agence de l’eau, ajoute que les captages sont « très suivies » et qu’un dé à coudre en glyphosate polluerait une piscine entière selon les exigences suivies. 

Info +

Des plans d’actions ont notamment été mis en place pour sensibiliser à l’utilisation du glyphosate. Des journées d’action sont organisées pour aider les agriculteurs à se passer de ce produit. 

Dans le Doubs, l’ensemble des neuf captages prioritaires font l’objet d’un plan d’action (à l’exception des deux captages de Hyémondans, nouvellement inscrit au SDAGE 2016/2021 et qui en est au stade des études). Les voici :

captage

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.36
ciel dégagé
le 22/05 à 18h00
Vent
2.83 m/s
Pression
1019.37 hPa
Humidité
78 %

Sondage