Parricide : 20 ans de prison pour le Bisontin de 35 ans qui avait tué son père en 2012

Publié le 20/12/2013 - 14:43
Mis à jour le 20/12/2013 - 18:23

L’homme de 35 ans accusé d'avoir tué son propre père à mains nues, en 2012 à Besançon, a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle, ce vendredi 20 décembre 2013 par la cour d'assises du Doubs.

2013-12-20-palais_justice.jpg
©miss dom
PUBLICITÉ
Il est également condamné a 15 ans de suivi socio-judiciaire avec obligation de suivre des soins médicaux. S’il ne respectait pas ce suivi à l’issue de sa peine, il serait soumis à 5 ans d’emprisonnement supplémentaires.
 
L’avocate générale Karine Renaud avait requis 15 ans de réclusion criminelle pour meurtre sur ascendant, au terme de trois jours d’audience.
 
Le 31 juillet 2012, Sébastien Volet s’était rendu au domicile de ses parents et avait violemment frappé la tête de son père sur le carrelage de la cuisine, lui fracturant le crâne, devant sa mère impuissante. Le fils, fortement alcoolisé au moment des faits, avait également tenté d’étrangler l’homme de 66 ans placé sous assistance respiratoire.
 
« Il a frappé son père pour le tuer. Il a dit  « crève » », infligeant des violences pendant au moins sept minutes, a souligné Karine Renaud. « Peu importe l’ordre des coups, leur violence et leur nombre ne pouvait que porter au décès de Michel Volet« .
 
Pour l’avocate générale, « il n’y a pas d’explication rationnelle » au passage à l’acte de cet homme alcoolique et violent, « mis à l’écart de sa famille » car « son père en avait peur« . « Il a commis cet acte car il a cette personnalité pathologique, borderline (trouble bipolaire, NDLR)« .
 
Me Alexandre Liard, avocat de l’accusé, pense au contraire que le parricide s’explique par « un sentiment permanent d’abandon et des appels au secours incessants » de la part de cet homme qui a été violé dans son enfance, dans une institution où ses parents l’avaient placé. « En se retrouvant face à son père, Sébastien n’a pas pu contenir toute sa souffrance. Il a tué son père, celui qu’il considérait comme responsable de toute cette souffrance« , a plaidé l’avocat.
 
Chez Sébastien Volet, hospitalisé à 168 reprises principalement pour des problèmes d’alcoolisme. Les experts ont relevé une « altération » mais pas une « abolition » du discernement au moment des faits.
 
« La famille de l’accusé a peur, elle est terrorisée par l’idée de sa sortie car il est encore plein de haine« , a estimé l’avocate de la famille, Me Catherine Bresson.
(source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Un homme de 22 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire lundi 26 août 2019 pour avoir mortellement frappé son demi-frère aîné âgé de 33 ans samedi matin à Fuans dans le Haut-Doubs. Il était en permission de sortie au moment des faits, purgeant une peine dans la Meuse après des actes de violence. 

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.28
couvert
le 22/09 à 3h00
Vent
1.5 m/s
Pression
1012.81 hPa
Humidité
82 %

Sondage