Police municipale : "On estime que dans le contexte actuel, les policiers municipaux doivent porter une arme"

Publié le 16/11/2016 - 16:39
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:11

Suite à un appel des syndicats à la grève national, une trentaine de policiers municipaux s'est rassemblée devant la Préfecture du Doubs à Besançon ce mercredi 16 novembre en milieu de journée. Objectif : interpeller l'État sur leurs conditions de travail et leur volonté de porter une arme de service.

PUBLICITÉ

D’une part, « on estime que dans le contexte actuel, les policiers municipaux doivent porter une arme », nous précise un policier municipal, « la proposition qui a été faite par le gouvernement de récupérer les anciennes armes de la police nationale n’a pas été souscrite par le maire de Besançon ».

D’autre part, les policiers municipaux en grève observent qu’à Besançon, « le système de primes est le plus bas de France » et dénoncent « des sous-effectifs chroniques : il y a eu un engagement d’effectuer 20 recrutements. Actuellement nous sommes à moins 4 de l’effectif théorique, il y plus de départs que d’arrivées », nous informe-t-on. 

Le secrétaire général de la préfecture a reçu deux policiers cet après-midi.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

arme police municipale

La question de l’armement de la police municipale à nouveau sur la table à Besançon…

La question de l’armement de la police municipale à nouveau sur la table à Besançon…

Suite à la fusillade de Strasbourg, L’État a porté le plan Vigipirate au niveau "urgence attentat". Ce 13 décembre 2018, Jean-François Longaretti, secrétaire départemental mairie et CAGB Force ouvrière, adresse une lettre à Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon, pour lui parler de l'armement de la police municipale.  

Armement de la police municipale à Besançon  : la note de service qui met le feu aux poudres

Armement de la police municipale à Besançon  : la note de service qui met le feu aux poudres

Une note de service de la direction générale des services de la Ville rappelant les règles de sécurité aux policiers municipaux vient de relancer le débat de l'armement de la police municipale de Besançon. L'élu d'opposition Jacques Grosperrin (LR) estime que la police municipale n'est plus en mesure de protéger les Bisontins. Le syndicat CFTC Unsa a lancé un appel à la grève pour le lundi 29 octobre.

Armer la police municipale : Jacques Grosperrin estime que  le maire de Besançon « ne peut plus reculer »

Armer la police municipale : Jacques Grosperrin estime que  le maire de Besançon « ne peut plus reculer »

Ce samedi 6 octobre 2018, des policiers municipaux sont intervenus dans le quartier Planoise suite à un coup de feu. Pour le président du groupe LR  au conseil municipal de Besançon, le maire En Marche  "ne peut plus reculer" et indique que "le port d’armes à feu est une revendication de 95 % des policiers municipaux de Besançon".

Armer la police municipale : pour ou contre ?

Armer la police municipale : pour ou contre ?

sondage • Depuis 2015, la question fait débat et rejaillit régulièrement lors de sessions du conseil municipal de Besançon. Elle refait surface après la remise au Premier ministre le 11 septembre 2018 d'un rapport de deux députés LREM proposant de rendre l’armement des policiers municipaux obligatoire, « sauf décision motivée du maire »

« La police municipale et la police nationale n’ont pas les mêmes missions » : le syndicat national de la police municipale réagit

« La police municipale et la police nationale n’ont pas les mêmes missions » : le syndicat national de la police municipale réagit

Dans un communiqué signé par les 13 élus de l'intergroupe au conseil municipal de Besançon publié sur maCommune.info le 13 septembre 2018, il est précisé que "la police municipale et la police nationale n’ont pas les mêmes missions. Que la police municipale n’a pas à être envoyée sur des missions dangereuses qui relèvent de la police nationale et cela dans l’intérêt des agents de police municipaux". Le syndicat national des policiers municipaux souhaite réagir dans une lettre ouverte adressée à l'intergroupe.

Police municipale armée : l’intergoupe au conseil municipal de Besançon demande au maire de maintenir sa position

Police municipale armée : l’intergoupe au conseil municipal de Besançon demande au maire de maintenir sa position

Le débat sur l'armement de la police municipale est relancé suite au rapport parlementaire remis au Premier ministre le 11 septembre 2018 proposant de rendre l'armement des policiers municipaux obligatoire. Dans un communiqué du 13 septembre, les 13 élus de l'intergroupe au conseil municipal de Besançon demande au maire de maintenir sa position contre cette mesure.

Dans la catégorie

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

Les "Licra" (ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) de Besançon et Dijon ont annoncé qu’elles accompagneraient la mère voilée dans ses démarches en estimant qu’elle ne méritait pas le bruit et la fureur alors qu’« elle accomplissait un paisible devoir civique » en accompagnant la classe de son fils au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. 

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

La mère voilée originaire de Belfort qui a déclenché malgré elle la sortie du RN  Julien Odoul au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté s'exprime dans un entretien au site islamophobie.net du collectif contre l'islamophobie en France. Elle souhaite que son fils "passe à autre chose" mais semble garder un goût amer de cette expérience... 

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Ce mardi 15 octobre 2019, un collectif de 90 personnalités, dont l'acteur Omar Sy, demande "urgemment" à Emmanuel Macron de condamner "l'agression" dont a été victime la femme voilée prise à partie par un élu RN alors qu'elle accompagnait une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12
légère pluie
le 18/10 à 0h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1014.45 hPa
Humidité
96 %

Sondage