Pollution à l’ozone : petit cours de rattrapage

Publié le 28/06/2019 - 13:30
Mis à jour le 28/06/2019 - 17:45

Avec la canicule qui sévit actuellement, les concentrations en ozone relevées depuis le début de la semaine en Bourgogne-Franche-Comté ont tendance à fortement augmenter. En plein épisode de pollution à l’ozone, quelques recommandations s’imposent…

L’ATMO Bourgogne Franche-Comté, chargée de la surveillance de la qualité de l’air, nous offre un petit cours de rattrapage sur la pollution à l’ozone.

Un polluant typiquement estival

L’ozone n’est pas un polluant émis directement. C’est un polluant dit « secondaire », qui résulte de l’action du rayonnement solaire sur certains composés « précurseurs » tels les oxydes d’azote (NO et NO 2 ) et les composés organiques volatils (COV), d’origine industrielle et automobile pour l’essentiel.

La météorologie est un facteur qui influe fortement sur la formation de l’ozone : en général, plus il y a de soleil et de chaleur, plus la formation d’ozone dans l’air que nous respirons est importante ! En somme, la pollution par l’ozone apparaît surtout l’été, lorsque l’ensoleillement est intense.

Les plus fortes concentrations sont le plus souvent mesurées en milieu ou fin d’après-midi (forte intensité solaire favorisant les réactions chimiques) et par vent faible (stagnation des polluants dans l’atmosphère), en périphérie des zones émettrices des polluants primaires puis transportées sur de longues distances.

L’ozone : « bon » ou « mauvais » ?

Bien que de nature chimique identique, il convient de distinguer l’ozone « stratosphérique » de l’ozone « troposphérique » :

  • l’ozone stratosphérique, qualifié de « bon ozone », forme une couche qui nous protège de certaines radiations nuisibles du soleil (rayons UV-B et UV-C en particulier)
  • l’ozone troposphérique, le « mauvais ozone », est un polluant très toxique car il est en contact direct avec l’homme et les écosystèmes.

Le « trou dans la couche d’ozone » est une disparition partielle de ce « bon ozone », liée à l’effet destructeur d’ozone de certains polluants émis dans la troposphère (couche atmosphérique dans laquelle nous vivons) et qui migrent lentement dans la stratosphère (10 à 60 km d’altitude).

Des effets sur la santé et sur l’environnement

L’ozone est un gaz irritant qui pénètre facilement jusqu’aux voies respiratoires les plus fines et peut provoquer chez certaines personnes (notamment les jeunes enfants, personnes âgées, asthmatiques, allergiques ou souffrant d’insuffisance cardiaque et respiratoire) des irritations respiratoires mais aussi oculaires.

L’ozone a un effet néfaste sur la végétation (processus physiologiques des plantes perturbés), sur les cultures agricoles (baisse des rendements) et sur le patrimoine bâti (fragilisation/altération de matériaux tels métaux, pierres, cuir, caoutchouc, plastiques…).

2018 et 2003 déjà touchés

Les étés 2018 et 2003 avaient été fortement marqués par cette pollution à l’ozone.

Dans le cas de l’ozone, la réglementation fixe le seuil d’Information et de Recommandation à 180µg/m 3 /h et le seuil d’Alerte à 240µg/m 3 /h.

Les niveaux maximums enregistrés pour les stations en service, lors des étés les plus chauds, sont les suivants :

Eté 2003 :

  • 242µg/m 3 à Daix (15/07/03 13h00, Côte d’Or)
  • 240µg/m 3 à Mâcon (13/08/03 à 13h00, Saône-et-Loire)
  • 230µg/m 3 à Dambenois (06/08/03 à 14h00, Doubs)

Eté 2017 :

  • 184µg/m 3 à Mâcon (22/06/17 à 15h00, Saône-et-Loire)
  • 174µg/m 3 à Chailluz (19/06/17 à 15h00, Doubs)
  • 173µg/m 3 à Lons-le-Saunier ( 22/06/17 à 18h00, Jura)

Eté 2018 :

  • 197µg/m 3 à Daix (04/08/18 à 17h00, Côte d’Or)
  • 196µg/m 3 à Dijon Péjoces (04/08/18 à 17h00, Côte d’Or)
  • 194µg/m 3 à Montfaucon (04/08/18 à 20h00, Doubs)

Les bons gestes

L’ozone est un polluant dépendant essentiellement des conditions météorologiques : il est donc difficile d’influer sur sa formation. Il reste cependant possible d’agir en limitant les niveaux de ses précurseurs (NOx et COV) :

  • J’évite d’utiliser mon véhicule et préfère le covoiturage, les transports collectifs, le vélo voire la marche lorsque cela est possible ;
  • J’adopte une conduite apaisée, je coupe le moteur à l’arrêt, je limite l’utilisation de la climatisation, mon véhicule est entretenu ;
  • Je réduis ma vitesse si la limitation est supérieure ou égale à 70 km/h (sauf vignette CRIT’AIR zéro émission).
  • Je reporte l’utilisation d’outils à moteur thermique (tondeuse, groupe électrogène…).
  • J’évite d’utiliser des produits à base de solvants (white spirit, peinture, vernis…).
  • J’ai conscience que le brûlage à l’air libre des déchets (y compris les végétaux) est interdit.

Les recommandations sanitaires

De manière générale :

  • Il n’est pas nécessaire que je modifie mes habitudes ;
  • En cas de symptômes ou d’inquiétude, je prends conseil auprès de mon médecin ou de mon pharmacien ;
  • Je veille à ne pas aggraver les effets de cette pollution par d’autres facteurs irritants (tabac, usage de solvants, exposition aux pollens…) ;
  • Je ne modifie pas mes pratiques habituelles d’aération et de ventilation ;

Pour les personnes sensibles et vulnérables (femmes enceintes, nourrissons, jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, asthmatiques, personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution) :

  • Je limite les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux heures de pointe ;
  • Je limite les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur.

(Source : ATMO BFC)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

canicule juin 2019

Fin de la vigilance Orange « canicule » prévue lundi matin en Franche-Comté

jusqu'à lundi matin ! • Après six jours d'une canicule,  une bonne partie de la France retrouve des températures plus respirables dimanche avec un net rafraîchissement dans le nord-ouest où la vigilance orange a été levée. Ce dimanche 30 juin 2019, la vigilance orange canicule reste active sur 32 départements contre 75 samedi en fin de journée. La Champagne-Ardenne, la Lorraine et l'ouest de la Bourgogne sont sortis de la vigilance Orange dimanche matin mais la Franche-Comté reste concernée jusqu'à lundi. Les températures minimales la nuit prochaine seront encore élevées, comprises entre 18 et 24°C.

33,4°C à Besançon. Encore très chaud dimanche

Vigilance orange canicule • L'épisode de canicule se poursuit ce week-end. On relevait ce samedi à 18h 33,4°C à Besançon ce samedi après-midi et 34,6°C à Dijon. 75 départements sont en alerte orange contre 79 ce samedi matin. Dimanche sera encore très chaud avant une baisse des températures est prévue à partir de lundi...

Nature

Haute-Saône : interdiction de brûler ses déchets verts à l’air libre

La Préfecture a installé le vendredi 2 avril 2021 une sous- commission de la commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité (CCDSA), dédiée au risque incendie en forêt et dans les espaces naturels. Elle précise qu'il est désormais interdit de brûler à l'air libre ses déchets verts. Voici quelques solutions alternatives..

Enquête flore : tentez de repérer la cardamine des prés !

Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté et la Société botanique de Franche-Comté vous proposent de prendre part à la grande enquête participative autour des plantes printanières régionales, avec plus de 20 espèces ciblées, et un zoom régulier chaque semaine sur l'une de ces espèces... Ce week-end, zoom sur la cardamine des prés !

Réchauffement climatique en Bourgogne Franche-Comté : l’Ademe accompagne les territoires

Selon une publication récente d'Alterre Bourgogne Franche-Comté, le changement climatique est une réalité dans notre région et les estimations sur ces 70 prochaines années sont loin d'être réjouissantes. Afin d'accompagner les territoires engager dans l'adaptation aux conséquences des changements climatiques, l’Agence de la transition écologique (ADEME), établissement public sous la tutelle conjointe du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation porte de nombreux projets.

Enquête flore en Franche-Comté : tentez de repérer la corydale solide !

Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté et la Société botanique de Franche-Comté vous proposent de prendre part à la grande enquête participative autour des plantes printanières régionales, avec plus de 20 espèces ciblées, et un zoom régulier chaque semaine sur l'une de ces espèces... Cette semaine, zoom la corydale solide !
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.89
nuageux
le 16/04 à 18h00
Vent
3.39 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
37 %

Sondage