Population rurale et accès à la santé : des résultats « choquants »

Publié le 27/04/2015 - 17:10
Mis à jour le 27/04/2015 - 17:10

GENÈVE Plus de 50% de la population rurale mondiale  est exclue des services de santé. C'est plus du double du chiffre observé dans les zones urbaines, selon un rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) publié ce lundi 27 avril 2015.

PUBLICITÉ

« Les résultats sont choquants« , a déclaré la coordinatrice des politiques de santé à l’OIT, Xenia Scheil-Adlung, lors de la présentation de ce rapport qui porte sur 174 pays. « L’absence de couverture légale, les effectifs insuffisants de personnels de santé, le financement inadapté (…) ont créé des inégalités qui peuvent mettre des vies en danger », affirme-t-elle.

 Ce rapport, le premier en son genre publié par l’OIT, révèle de grandes disparités d’accès à la santé entre les zones rurales et urbaines sur l’ensemble de la planète, mais surtout dans les pays en développement. Il montre que 56% des personnes habitant dans les zones rurales sont exclues des soins de santé essentiels, contre 22% dans les zones urbaines. 

C’est en Afrique que l’OIT a trouvé le nombre le plus élevé de personnes (83%) résidant en zone rurale non couvertes par les services de santé de base. Sans surprise, les pays les plus affectés sont aussi ceux qui sont confrontés aux plus hauts niveaux de pauvreté. 

Les plus fortes différences entre régions rurales et urbaines sont toutefois observées en Asie, selon l’OIT. Par exemple, en Indonésie, le pourcentage de personnes non couvertes est deux fois plus élevé dans les campagnes que dans les villes.

En Europe, les populations des zones rurales ayant le moins accès aux soins se trouvent en Italie, en Grèce, en Andorre et à Chypre. L’étude de l’OIT montre que même si l’accès à la santé est garanti par la loi dans de nombreux pays, les habitants des zones rurales sont souvent exclus des soins de santé parce que la législation n’est pas appliquée dans ces régions.

Cette situation est aggravée par la pénurie de personnels de santé qui frappe les régions rurales du monde entier. Car bien que la moitié de la population mondiale vive dans ces zones, seuls 23% des personnes de santé y travaillent.

L’OIT estime que parmi les 10,3 millions de travailleurs de la santé qui font défaut à l’échelle mondiale, 7 millions devraient être affectés dans les zones rurales. L’Afrique et l’Amérique latine sont les deux régions où le manque de personnels de santé se fait le plus sentir. Au Nigeria par exemple, plus de 82% de la population rurale est exclue des services de soins en raison du nombre insuffisant de travailleurs de la santé, contre 37% dans les villes. 

(Source :  AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.26
couvert
le 25/05 à 0h00
Vent
0.74 m/s
Pression
1015.65 hPa
Humidité
95 %

Sondage