Présidentielle : entre éclats de joie, soulagements et rébellions au Kursaal de Besançon

Publié le 07/05/2017 - 22:30
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:41

Les réactions sont mitigées au Kursaal de Besançon, ce 7 mai à 20h, après l'annonce de l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République.

PUBLICITÉ

Beaucoup se disent « soulagés » de ne pas voir le Front National gagner la présidentielle. Pour certains « cela a été un vote par dépit » et non un « réel choix ». D’un autre coté de la salle, la France Insoumise, accompagnée de Claire Arnoux scande « résistance ». Ce second tour de l’élection présidentielle aura mêlé joies, soulagements et un sentiment de contre-attaque au Kursaal de Besançon. 

« Une fierté de voir un président de 39 ans élu »

La satisfaction se lit sur le visage de Denis Baud, militant du mouvement « En Marche ». « C’est un mouvement citoyen qui n’avait rien à voir avec un parti politique classique » explique-t-il. « nous, qui sommes de la grande marche depuis avril 2016, nous sommes forcément fiers et heureux ». « Toute les équipes qui vont entourer Emmanuel Macron auront maintenant une responsabilité énorme ».

Le sentiment de satisfaction est également présent dans le discours de Marie-Guite Dufay, la présidente de région  » C’est une grande émotion parce que j’ai le sentiment que c’est un moment très très historique. La France est en train d’entamer quelque chose de très nouveau ».

« On se prépare à un quinquennat de lutte »

 Le contraste vient de la France Insoumise qui ne cache pas sa colère « c’est le résultat qu’on attendait c’est quand même désespérant que l’on se retrouve à choisir entre Emmanuel Macron qu’on avait déjà combattu dans les luttes sociales au moment de la loi Macron. Il est l’incarnation du libéralisme. On se prépare à un quinquennat de lutte. » se révolte Claire Arnoux, candidate à la deuxième circonscription du Doubs.

Après l’effervescence des premières minutes, le Kursaal s’est vidé pour laisser place ,dehors, à une manifestation d’une quarantaine de jeunes pour la plupart cagoulés. « La loi travail, on oublie pas » ont-ils scandés jusqu’au Pont-Battant. La manifestation a été encadrée par les forces de l’ordre.

Une vingtaine de militants et de syndicats FSU se sont également retrouvés Place de la Révolution. « nous sommes plûtot satisfait car nous avions appelés à voter contre Marine Le Pen mais malgré tout nous combattrons contre le programme d’Emmanuel Macron sur l’école« , indique un syndicat de la FSU.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

réaction 2e tour présidentielle

Présidentielle :  B. Romagnan salue la victoire de Macron même si elle « ne partage pas ses propositions »

Présidentielle : B. Romagnan salue la victoire de Macron même si elle « ne partage pas ses propositions »

La députée PS,  qui se représente aux prochaines élections législatives dans la première circonscription du Doubs,  salue la victoire d'Emmanuel Macron sur le Front National. Mais pour Barbara Romagnan, la progression du FN, le taux d'abstentions, le nombre de votes blancs et nuls, sont autant d'indicateurs d'une perte de confiance. "C’est en effet, une partie des laissés-pour-compte qui s’est exprimée par ce vote" précise-t-elle dans un communiqué. 

Présidentielle 2017 :  la réaction de Jean-Louis Fousseret

Présidentielle 2017 : la réaction de Jean-Louis Fousseret

A Besançon Emmanuel Macron arrive avec 77,81% des suffrages soit 33.348 voix. Une satisfaction pour Jean-Louis Fousseret. Le maire de Besançon est parti à Paris en fin de journée ce dimanche 7 mai 2017 pour fêter la victoire du "premier président de la Ve République issu d'un mouvement citoyen…". Au lendemain de l'élection, Jean-Louis Fousseret revient sur une page de l'histoire qui se tourne.  

Présidentielle 2017 : la réaction de Sophie Montel (FN)

Présidentielle 2017 : la réaction de Sophie Montel (FN)

La députée européenne et conseillère régionale Sophie Montel se dit satisfaite de voir les scores du FN continuer à augmenter "élection après élection" notamment en Bourgogne Franche-Comté. "Le front républicain est mort (…) les gens vont nous rejoindre" a-t-elle déclaré.

Dans la catégorie

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

L'eurodéputé Yannick Jadot (EELV) souhaite un "rapport de force écolo" qui soit "fort" dès le premier tour des élections municipales en mars 2020, se donnant pour objectif de "garder" Grenoble et en conquérir de nouvelles... comme Besançon où l'élue Anne Vignot devrait être tête de liste.

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le ministère du Travail a publié dimanche 28 juillet 2019 au Journal officiel le décret mettant en oeuvre la réforme vaste et controversée de l'assurance chômage annoncée le 18 juin. Ce texte de six articles comprend surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l'assurance chômage. Par ailleurs, une expérimentation est prévue en Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire "d'un journal de la recherche d'emploi" tenu par les chômeurs.  

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré l'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort de son "engagement total pour garantir la pérennité du site industriel", marqué par un plan de suppression d'un millier d'emplois, dans un courrier obtenu ce vendredi 26 juillet 2019 par l'AFP.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.54
ciel dégagé
le 15/09 à 18h00
Vent
1.41 m/s
Pression
1021.58 hPa
Humidité
76 %

Sondage