Présidentielle : entre éclats de joie, soulagements et rébellions au Kursaal de Besançon

Publié le 07/05/2017 - 22:30
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:41

Les réactions sont mitigées au Kursaal de Besançon, ce 7 mai à 20h, après l’annonce de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République.

Beaucoup se disent "soulagés" de ne pas voir le Front National gagner la présidentielle. Pour certains "cela a été un vote par dépit" et non un "réel choix". D'un autre coté de la salle, la France Insoumise, accompagnée de Claire Arnoux scande "résistance". Ce second tour de l'élection présidentielle aura mêlé joies, soulagements et un sentiment de contre-attaque au Kursaal de Besançon. 

"Une fierté de voir un président de 39 ans élu"

La satisfaction se lit sur le visage de Denis Baud, militant du mouvement "En Marche". "C'est un mouvement citoyen qui n'avait rien à voir avec un parti politique classique" explique-t-il. "nous, qui sommes de la grande marche depuis avril 2016, nous sommes forcément fiers et heureux". "Toute les équipes qui vont entourer Emmanuel Macron auront maintenant une responsabilité énorme".

Le sentiment de satisfaction est également présent dans le discours de Marie-Guite Dufay, la présidente de région " C'est une grande émotion parce que j'ai le sentiment que c'est un moment très très historique. La France est en train d'entamer quelque chose de très nouveau".

"On se prépare à un quinquennat de lutte"

 Le contraste vient de la France Insoumise qui ne cache pas sa colère "c'est le résultat qu'on attendait c'est quand même désespérant que l'on se retrouve à choisir entre Emmanuel Macron qu'on avait déjà combattu dans les luttes sociales au moment de la loi Macron. Il est l'incarnation du libéralisme. On se prépare à un quinquennat de lutte." se révolte Claire Arnoux, candidate à la deuxième circonscription du Doubs.

Après l'effervescence des premières minutes, le Kursaal s'est vidé pour laisser place ,dehors, à une manifestation d'une quarantaine de jeunes pour la plupart cagoulés. "La loi travail, on oublie pas" ont-ils scandés jusqu'au Pont-Battant. La manifestation a été encadrée par les forces de l'ordre.

Une vingtaine de militants et de syndicats FSU se sont également retrouvés Place de la Révolution. "nous sommes plûtot satisfait car nous avions appelés à voter contre Marine Le Pen mais malgré tout nous combattrons contre le programme d'Emmanuel Macron sur l'école", indique un syndicat de la FSU.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

réaction 2e tour présidentielle

Présidentielle : B. Romagnan salue la victoire de Macron même si elle “ne partage pas ses propositions”

La députée PS,  qui se représente aux prochaines élections législatives dans la première circonscription du Doubs,  salue la victoire d’Emmanuel Macron sur le Front National. Mais pour Barbara Romagnan, la progression du FN, le taux d’abstentions, le nombre de votes blancs et nuls, sont autant d’indicateurs d’une perte de confiance. « C’est en effet, une partie des laissés-pour-compte qui s’est exprimée par ce vote » précise-t-elle dans un communiqué. 

Présidentielle 2017 : la réaction de Jean-Louis Fousseret

A Besançon Emmanuel Macron arrive avec 77,81% des suffrages soit 33.348 voix. Une satisfaction pour Jean-Louis Fousseret. Le maire de Besançon est parti à Paris en fin de journée ce dimanche 7 mai 2017 pour fêter la victoire du « premier président de la Ve République issu d’un mouvement citoyen…« . Au lendemain de l’élection, Jean-Louis Fousseret revient sur une page de l’histoire qui se tourne.  

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.86
partiellement nuageux
le 25/02 à 0h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
86 %