Siège de région : Éric Alauzet en désaccord avec la nouvelle répartition

Publié le 21/06/2016 - 10:37
Mis à jour le 23/04/2019 - 17:13

Éric Alauzet, député du Doubs, « s’inquiète, à la veille de la délibération du conseil régional, de la remise en cause de la juste et logique répartition des directions de services de la région« . Délibération qui aura lieu ce vendredi 24 juin 2016. 

 ©
©

Dans un communiqué, le député met l'accent sur les directions de l'environnement, de la recherche et de l'enseignement supérieur. Services que Marie-Guite Dufay, la Présidente de région, citait publiquement le 30 mai 2016 : "ils ont pour vocation à avoir leur siège à Besançon". Une logique que suivait Eric Alauzet, et qui était selon lui "en cohérence avec la loi sur la délimitation des régions et avec la logique des blocs de compétence".

La Présidente aurait-elle parlé trop vite ? 

Or, la direction de ces services risque fort de se retrouver à Dijon. Une décision que "regrette" le député du Doubs, notamment pour sa "non-concordance avec les directions de l'Etat (DREAL, Rectorat de Région et COMUE)". En effet, les directions de ces services d'État (Université avec la Comue, Rectorat et Dréal) sont déjà installées à Besançon. Le député, toujours "dans une logique de blocs de compétence", aurait ainsi voulu voir les directions des services régionaux, comme l'enseignement supérieur, regroupées au même endroit. "Il faut éviter de renouveler la mésaventure de Pôle emploi, du service des études de l'INSEE et du Tribunal de Commerce spécialisé qui avaient été imposés à Dijon alors que la Direction Régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECTE) avaient été installée à Besançon" insiste-t-il.

Cette logique de blocs de compétence serait pour lui  "une des clefs de la réussite des fonctions métropolitaines de Besançon et Dijon", qui permettrait "d'assurer et de conforter l'identité respective des deux Anciennes Régions et capitales régionales".

Rappelons qu'Éric Alauzet, dans son communiqué du 30 mai 2016, saluait Marie-Guite Dufay et sa majorité pour avoir proposé d'installer le siège de région à Besançon. Ce geste était pour lui la "garantie attendue d'un équilibre du territoire." Une garantie qui n'aura finalement eu de valeur qu'une quinzaine de jours, avant d'être reléguée, pour certains bisontins, au statut de lot de consolation.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

fusion des régions

Fusion des régions Bourgogne Franche-Comté : « un résultat perdant-perdant » selon Alain Joyandet

Dans un communiqué du 7 décembre 2020, le président de la commission des Finances de la région Bourgogne Franche-Comté livre les résultats de son analyse de la gestion financière de la région au cours du mandat qui s’achèvera en 2021. Pour lui, la fusion des deux régions est « perdant-perdant » tandis que l’objectif était de réaliser une opération « gagnant-gagnant ».

Fusion Bourgogne-Franche-Comté : les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018

Trois régions sur treize ont réduit leurs dépenses de fonctionnement après la réforme territoriale de la fusion des régions. En Bourgogne Franche-Comté, les dépenses de fonctionnement – à périmètre constant – ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018.

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

A la veille de la visite de la secrétaire d’État en charge des collectivités territoriales en Bourgogne Franche-Comté pour parler de la fusion des régions et de la réforme territoriale, nous avons reçu du maire de Vuillafans (village de 800 habitants de la vallée de la Loue) cette prise de position sans ambiguïté aucune concernant les communes de la réforme territoriale en cours et de son impact sur les communes.

Philippe Gonon : la dérive de nos institutions locales

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. Philippe Gonon, vice président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) du Doubs craint un « court-circuitage » des instances locales. 

Politique

Tarification des transports dans le Grand Besançon : « trop de catégories sociales ont été oubliées » (N. Bodin)

Soumis au vote lors de la dernière assemblée communautaire de Grand Besançon, la question de la nouvelle tarification des transports a fait débat… Accordée pour les demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi, la gratuité totale n’a pas été approuvée pour les collégiens. Nicolas Bodin, à la tête du groupe PS au conseil municipal de Besançon au sein de la majorité de la maire EELV d’Anne vignot, estime que certaines catégories sociales n’ont pas été prises en compte. Il revient sur le sujet dans nos colonnes…

Emmanuel Macron charge Elisabeth Borne de former un « gouvernement d’action »

Dans un entretien à l’AFP ce dimanche 26 juin, Emmanuel Macron assure avoir demandé à la Première ministre, Elisabeth Borne, de lui présenter en fin de semaine prochaine des "propositions" pour "un nouveau gouvernement d’action" qui sera nommé "dans les premiers jours du mois de juillet". Soit, a priori, avant le discours de politique générale de la cheffe du gouvernement devant le Parlement annoncé pour le 5 juillet et l’adoption, le lendemain, du "paquet pouvoir d’achat" en Conseil des ministres.

Emmanuel Macron enjoint les oppositions réticentes à s’inscrire dans la voie de « compromis »

Les oppositions ont fraîchement accueilli l'allocution d'Emmanuel Macron ce mercredi 22 juin 2022 qui, avant d'entamer ce jeudi un marathon international, les a enjointes à "clarifier" dans les 48 heures la manière de "bâtir des compromis" pour résoudre la crise politique née des élections législatives.

Un groupe Nupes à l’Assemblée ? le PS, EELV et le PCF refusent la proposition de J-L Mélenchon

Mise à jour • "La Nouvelle union populaire écologique et sociale devrait se constituer comme un seul groupe" à l'Assemblée nationale, a "proposé" ce lundi 20 juin 2022 Jean-Luc Mélenchon, inquiet que l'obtention de 89 députés par le RN remette en cause son "statut" de première opposition à Emmanuel Macron. La proposition a été déclinée par le PS, EELV et le PCF...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.43
légère pluie
le 27/06 à 21h00
Vent
1.87 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
100 %

Sondage