Un cas de tuberculose isolé dans le Doubs

Publié le 28/09/2011 - 14:27
Mis à jour le 28/09/2011 - 14:27

Le 22 septembre 2011, l'Agence Régionale de Santé (ARS) a été informée d'un cas de tuberculose chez une personne travaillant dans une crèche rurale à une vingtaine de kilomètres de Pontarlier. Cette personne n’est pas hospitalisée et son état de santé est satisfaisant. Un traitement adapté lui a été prescrit.  

PUBLICITÉ

Cette tuberculose revêt une forme potentiellement contagieuse du fait de sa localisation pulmonaire. L’ARS a demandé au centre de lutte anti tuberculeuse (CLAT) du Doubs de mener une enquête d’entourage autour de ce cas. Cette enquête débutée dès le 23 septembre va permettre d’identifier toutes les personnes ayant été en contact étroit avec la malade, dans le cadre de son activité professionnelle et dans son entourage familial et amical.

Une réunion d’information à destination des parents des enfants et du personnel est programmée dès le mercredi 28 septembre au sein de la crèche.

La tuberculose est une maladie à déclaration obligatoire à l’ARS. En 2009, 5 276 cas ont été recensés en France d’après les statistiques de l’Institut national de Veille Sanitaire. En Franche-Comté, 74 cas ont été déclarés la même année.

Il s’agit d’une infection bactérienne (bacille de KOCH) à transmission directe de personne à personne par voie respiratoire et qui peut toucher de nombreux organes. Environ 10 % des personnes en contact étroit avec le malade peuvent développer une infection tuberculeuse latente (ITL) et une partie seulement de ces personnes ayant développé une ITL est susceptible de développer une tuberculose maladie.

L’infection tuberculeuse latente est une infection sans signe clinique avec une radiographie pulmonaire normale et qui n’est pas contagieuse.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.52
légère pluie
le 25/05 à 15h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.1 hPa
Humidité
71 %

Sondage