Mars Bleu : le cancer colorectal est "très fréquent" et "se développe lentement"

Publié le 01/03/2017 - 11:23
Mis à jour le 06/03/2017 - 12:13

Le cancer colorectal est la seconde cause de mortalite? en France, avec 43 000 nouveaux cas et pre?s de 18 000 de?ce?s estime?s en 2015. L’ADECA-FC invite tous les deux ans par courrier les hommes et les femmes de 50 à 74 ans à consulter leur médecin traitant pour recevoir le test de dépistage. Pendant l’opération Mars Bleu, plusieurs actions (dépistage, animations…) sont organisées en Franche-Comté jusqu’au 31 mars 2017. Dr Raouchan Rymzhanova, médecin à l’ADECA, nous explique ce qu’est ce cancer et donne des conseils de prévention…

 ©
©

"Le cancer colorectal est très fréquent et a un développement assez long et qui n'est pas très agressif", nous explique Dr Raouchan Rymzhanova, médecin à l’ADECA. "Le depistage permet de détecter de petites lésions qui saignent pré-cancereuses et donc de réagir rapidement", ajoute-t-elle. 

Les personnes de 50 a? 74 ans sont invitées a? consulter leur me?decin traitant 

Le programme de de?pistage organise? du cancer colorectal s'adresse aux femmes et aux hommes de 50 a? 74 ans dont le niveau de risque est conside?re? comme "moyen". En effet, il survient majoritairement apre?s 50 ans (5 % de cas de cancers colorectaux avant cet a?ge). Tous les deux ans, l’Association pour le de?pistage des cancers en Franche-Comte? (ADECA-FC) invite donc les personnes de 50 a? 74 ans a? consulter leur me?decin traitant pour faire e?valuer leur niveau de risque et, si elles sont e?ligibles, a? se faire remettre un kit de de?pistage. Les personnes non participantes sont ensuite relance?es a? 3 mois puis a? 6 mois. Si le patient n'a pas rec?u son invitation, il peut directement s'adresser a? l’ADECA-FC pour obtenir un duplicata. 

Le programme de de?pistage organise? se de?roule en deux temps :

• un test de recherche de sang occulte dans les selles pour toutes les personnes e?ligibles ;

• une coloscopie pour les personnes ayant un re?sultat positif. 

Le test immunologique : "plus fiable et plus simple" 

Depuis 2015, le test immunologique permet de réaliser le dépistage de manière "plus simple et plus fiable" que l'ancien test, selon le médecin de l'ADECA. En effet, il nécessite plus qu'un seul prélèvement de selles contre six avec l'ancien test. De plus, il est pris en charge à 100% sans avance de frais. Dr Raouchan Rymzhanova  ajoute que ce test est plus "performant" car il a une sensibilité supérieure à l’ancien test et permet une meilleure détection des cancers et des lésions précancéreuses. Enfin, ce nouveau test est "plus fiable" grâce à l’utilisation d’anticorps, il ne peut pas être confondu avec la présence d’hémoglobine animale issue de l’alimentation comme le boudin noir par exemple. Et "la lecture automatisée de ce test permet également une meilleure fiabilité" ajoute le médecin de l’ADECA. 

Le taux de participation en Franche-Comté en 2016 était de 47% contre 40% en 2015. "On espère atteindre les 50% cette année", précise Dr Rymzhanova. 

Comment prévenir du cancer colorectal ? 

Les conseils de Dr Raouchan Rymzhanova, médecin à l’ADECA, pour prévenir du cancer colorectal sont :

  • Avoir un mode de vie sain (manger équilibré et faire du sport)
  • Eviter les graisses animales
  • Manger plus de légumes et de fruits pour l'apport en fibre qui améliore le transit intestinal
  • Penser à consommer des produits laitiers
  • Ne pas fumer ou arrêter de fumer, qui est un facteur à risque pour la plupart des cancers

Une promenade dans un colon géant à Besançon…

Cette année 2017, le colon géant de 12 mètres de l'ADECA s'installera au CHU de Besançon le 9 mars (et à Montbéliard le 8 mars). Il sera ouvert au public pour des visites afin de connaître davantage cette organe et le cancer colorectal. "Des professionnels de santé expliqueront de manière ludique l'histoire naturelle de ce cancer et comment on détecte les polypes", précise le médecin de l'ADECA. En 2016, 900 visiteurs étaient au rendez-vous. 

S'ajoute à cet événement, une trentaine de manifestations (animations, concert, dépistage…) en Franche-Comté jusqu'au 31 mars. Toutes les infos dans notre agenda www.macommune.info/evenement/mars-bleu .

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.73
couvert
le 02/03 à 21h00
Vent
0.56 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
83 %