2.000 manifestants pour les "Alsthommes" à Belfort (police)

Publié le 15/09/2016 - 10:45
Mis à jour le 15/09/2016 - 14:31

Un peu plus d’une semaine après l’annonce brutale de la suppression de la production de trains d’ici 2018 pour le transfert des activités vers Reichshoffen en Alsace, une « grande manifestation » est organisée pour ce jeudi 15 septembre soutenir les salariés. 400 emplois sont menacés sur le site historique de Belfort. « Alstom c’est Belfort, Belfort c’est Alstom. Alstom vivra » pouvait-on entendre et lire dans les rangs des manifestants.

Alors que le conseil municipal de Belfort, présidé par le maire LR Damien Meslot, a voté mercredi soir à l'unanimité une motion demandant le "maintien d'Alstom" sur son site historique de Belfort, une grande manifestation de soutien est organisée. La mobilisation contre la loi travail s'est transformé en mobilisation pour les Alsthommes.

Ils étaient 1.000 selon la CGT  (700 selon la police) au départ du site d'Alstom ce jeudi 15 septembre 2016 vers 9h30 pour rejoindre le cortège qui est parti de la maison du peuple de Belfort. Selon les chiffres de la police, près de 2.000 manifestants au total déambulent depuis 10h dans les rues de Belfort. 

Parmi les manifestants, certains étaient en tenue de travail, casquette vissée sur la tête et veste rouge et grise aux couleurs du constructeur ferroviaire. "La plupart des salariés d'Alstom sont dehors aujourd'hui, même ceux qui n'ont pas l'habitude de manifester", expliquait Pierre, plus de 30 ans passés à l'usine. "Nos familles vont nous rejoindre, il y a aussi beaucoup de retraités". 

"On veut travailler !" 

En ce jour de manifestation nationale contre la loi travail, "il faut marquer le coup", confiait cet employé. "On est quand même près de 500 salariés, le TGV est sorti de nos murs. Ils ne peuvent pas fermer Alstom Belfort comme ça", poursuivait-il, avouant garder espoir, sans croire pour autant au miracle. "On attend une commande publique qui puisse nous sauver, ajoutait-il. On se mobilise pour montrer aux politiques et aux dirigeants qu'on veut travailler". Des dirigeants, qui espèrent que la SNCF les sortira d'une crise potentiellement explosive, à huit mois de la présidentielle, en commandant des TGV. "On nous utilise pour faire un bras de fer avec le gouvernement afin d'avoir des commandes pour Alstom, ce qui n'empêchera pas la fermeture de Belfort", balayait, pessimiste, Gilles, employé au bureau d'études. 

Un sentiment partagé par beaucoup, qui se sentent pris en otage par ces négociations médiatiques et organisées dans l'urgence, alors que "le gouvernement n'a pas eu de politique industrielle depuis plusieurs années", dénonçait Francis Kronenberger, 37 ans chez Alstom. 

Depuis sa fenêtre, Simone, 87 ans, encore drapée dans sa chemise de nuit, regardait passer le cortège. "Y'a du travail à Alstom, alors pourquoi ils veulent fermer le site ? Qu'est-ce qu'ils vont devenir ces gens-là ? Si Alstom ferme, qu'est-ce que Belfort va devenir ?". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l’avenir d’Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d’Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d’un rapprochement « entre égaux ». L’État français n’est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l’Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

La SNCF confirme la commande de 15 TGV à Alstom

Le conseil d’administration de SNCF Mobilités a approuvé ce jeudi 23 février 2017  la commande au constructeur Alstom de 15 rames TGV, annoncée en octobre par le gouvernement pour sauver le site de Belfort, a indiqué la SNCF

Alstom : des élus demandent à François Hollande “d’user de toute son influence pour déclencher les commandes”

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de « rassurer » les salariés d’Alstom en usant « de toute son influence pour déclencher » les commandes citées dans le plan de sauvetage de l’État. Une lettre qui prépare la visite du président à l’usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Economie

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

En 2024, le salon Micronora fêtera ses 75 ans, ”l’heure du renouveau”

Thierry Bisiaux, président de Micronora et Fanny Chauvin, directrice de Micronora ont présenté mardi 26 avril 2024 la prochaine édition du salon des microtechniques Micronora qui se tiendra du 24 au 27 septembre à Micropolis à Besançon. Le thème de cette année : les microtechniques intelligentes. Déjà 90% des espaces exposants sont réservés…

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.99
nuageux
le 19/04 à 0h00
Vent
1.31 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
93 %