Affaire Daval : enquête pour violation du secret de l'instruction après des révélations dans les médias

Publié le 16/01/2019 - 20:03
Mis à jour le 18/04/2019 - 12:31

mise à jour à 20h • Le parquet de Besançon a décidé d’ouvrir une enquête préliminaire pour violation du secret de l’instruction après des révélations dans les médias avant la fin des confrontations le 7 décembre 2018 entre Jonathann Daval et sa belle-famille.

Qui a dévoilé des éléments à la presse avant la fin de la confrontation ? Grégory Gay, que Jonathann Daval accusait du meurtre d'Alexia avant son retour aux aveux du meurtre de son épouse devant la mère d'Alexia, avait appris à travers les médias que son beau-frère avait finalement craqué à genoux en larmes face à Isabelle Fouillot.

Une information que l'avocat Randall Schwerdorffer a donnée en partie à Martine Henry, la mère de Jonathann en lui expliquant lors d'une pause cigarette que son fil était très ému et qu'il était en train de pleurer.

L'avocat, qui devrait être entendu dans le cadre de cette enquête préliminaire pour violation du secret de l'instruction, se défend d'avoir donné une quelconque information aux journalistes et estime que le secret de l'instruction "protège l'enquête". Or, selon lui, le fait que la mère d'Alexia Daval montre à Jonathann une photo de sa fille et du chat Happy, ne fait pas partie de l'enquête.

Randall Schwerdorffer : "il y a des fuites phénoménales dans ce dossier"

Le 7 décembre, l'informaticien de 34 ans avait en effet reconnu être le meurtrier d'Alexia Daval, lors d'une confrontation avec la mère de la victime au tribunal de grande instance de Besançon. "J'ai appris qu'il y avait une enquête en cours pour violation du secret de l'instruction qui porterait sur ce que j'ai dit à la mère de mon client", le jour de la confrontation, a dit Me Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval.

L'échange entre l'avocat et la mère de Jonathann avait été relayé dans la presse locale. Quelques heures plus tard, à l'issue de la confrontation, le procureur de la République avait annoncé que Jonathann était passé aux aveux. "On me parle de violation du secret de l'instruction, qui est fait pour protéger l'enquête. Mais le fait de parler de l'état émotionnel de mon client à sa mère ne constitue pas une violation", s'est défendu l'avocat. Il renverse la vapeur et s'étonne qu'aucune enquête n'ai été diligentée par le parquet alors que le secret de l'instruction a été violé à plusieurs reprises selon lui au détriment de son client.  "Depuis le début de la garde à vue de Jonathann, il y a des fuites phénoménales dans ce dossier. À aucun moment, la justice n'avait déclenché de procédure".

Me Gilles-Jean Portejoie, avocat du beau-frère d'Alexia, Grégory Gay, accusé un temps par Jonathann d'être l'auteur du crime avant ses aveux, a affirmé que son client n'était pas à l'origine d'une plainte.

Le corps d'Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, avait été découvert le 30 octobre 2017, en partie brûlé, dans un bois en Haute-Saône non loin de la maison du couple. Après avoir avoué une première fois le meurtre, Jonathann Daval était revenu sur ses aveux en juin avant de reconnaître l'avoir tuée.

Détenu à la maison d'arrêt de Dijon, Jonathann Daval, mis en examen pour "meurtre sur conjoint", encourt la réclusion à perpétuité.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

affaire daval

“Je voulais qu’elle se taise”: sortie du livre de l’avocat de Jonathann Daval

Me Randall Schwerdorffer, l’avocat bisontin de Jonathann Daval, condamné pour le meurtre de sa femme Alexia, livre son récit et son analyse de « l’affaire Daval » dans un ouvrage coécrit avec le journaliste Frédéric Gilbert et qui paraît ce jeudi  14 octobre 2021.

Affaire Daval : plus de 800.000 euros réclamés par la famille d’Alexia

Mise à jour • La famille d’Alexia Daval a réclamé lundi 22 février 2021 devant la cour d’assises de la Haute-Saône plus de 800.000 euros de dommages et intérêts à Jonathann Daval, condamné à 25 ans de réclusion criminelle en novembre pour le meurtre de son épouse. La cour rendra sa décision le 25 mai 2021 à Vesoul.

La question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia examinée lundi

Affaire Daval • « Justifiées » pour les parties civiles, « disproportionnées » pour la défense : la justice est saisie ce lundi 22 février 2021 à Vesoul de la question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia à Jonathann Daval, condamné fin novembre à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son épouse.

Justice

Une mère et ses deux filles retrouvées mortes : un “dossier absolument dramatique“

Comme nous vous en informions mardi 28 novembre matin, une mère et ses deux filles, âgées de six ans, ont été retrouvées mortes lundi à leur domicile près de Pontarlier. Étienne Manteaux, procureur de la République de Besançon, a donné plus d’explications lors d’une conférence de presse mardi soir.

Meurtre de Théo Découchant : “Le procès pourrait avoir lieu dans un an”

Pour rappel, une enquête pour homicide volontaire avait été ouverte après la découverte le 6 décembre 2021 du corps d’un jeune homme d’une vingtaine d’années dissimulé dans un appartement de Oiselay-et-Grachaux, village de 400 habitants dans le secteur de Rioz en Haute-Saône. Une jeune femme de 20 ans est actuellement placée en détention.

Affaire Narumi Kurosaki : branle-bas de combat du côté des avocats de Zepeda à deux semaines du procès…

Me Julien Dreyfus annonçait, il y a tout juste une semaine, qu’il ne défendrait plus le jeune Chilien. Une situation délicate à moins d’un mois du procès, prévu le 4 décembre prochain aux assises de Vesoul. Selon une information de France Bleu Besançon, Nicolas Zepeda sera également défendu par Sylvain Cormier, un avocat lyonnais.

Le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti jugé pour “prise illégal d’intérêts”

C’est une première dans la Ve République : le garde des Sceaux en exercice, Eric Dupond-Moretti, s’assoit à partir de ce lundi 6 novembre 2023 sur le banc des prévenus d’un tribunal, accusé d’avoir abusé de ses fonctions de ministre pour régler des comptes liés à son passé d’avocat.

Un pédocriminel bisontin jugé actuellement devant la cour criminelle de Paris

Un Français de 55 ans originaire de Besançon est jugé ce vendredi 3 novembre par la cour criminelle de Paris pour six viols et 19 agressions sexuelles commis en Malaisie sur plus d’une vingtaine d’enfants et adolescents. Ce procès ne devrait être que le premier d’une longue série puisque l’homme est soupçonné d’avoir agressé et/ou violé au moins une cinquantaine d’enfants dans plusieurs pays d’Asie. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.43
légère pluie
le 30/11 à 18h00
Vent
0.5 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
96 %