La réclusion à perpétuité requise contre Nicolas Zepeda pour l'assassinat de Narumi Kurosaki

Publié le 11/04/2022 - 17:53
Mis à jour le 11/04/2022 - 18:11

L’avocat général Etienne Manteaux a requis lundi devant la cour d’assises du Doubs la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Nicolas Zepeda, jugé pour l’assassinat en 2016 de Narumi Kurosaki, son ancienne petite amie japonaise dont le corps n’a jamais été retrouvé.

Extradé de son pays à l’été 2020, le Chilien aura, comme le veut la règle, la parole en dernier mardi avant que les jurés ne se retirent pour délibérer et rendre leur verdict.

"Je requiers que Nicolas Zepeda soit déclaré coupable de l'assassinat de Narumi Kurosaki et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité", a déclaré M. Manteaux. Une interdiction du territoire français à sa libération a également été demandée.

Pendant deux heures de réquisitions, listant les nombreux éléments de l'enquête qui accablent l'accusé, le représentant du ministère public a insisté sur son "choix délibéré de s'enferrer dans le déni", alors que "dans ce dossier, tout, absolument tout ramène à la responsabilité de Zepeda".

"C'est rarissime d'avoir un tel faisceau de preuves", a insisté Etienne Manteaux, selon qui Nicolas Zepeda a "tué délibérément son ex compagne avec préméditation", faute d'avoir réussi à la reconquérir.

Sur le banc des accusés, masqué et portant toujours une cravate, Nicolas Zepeda, qui clame son innocence depuis neuf jours, est resté impassible à l'énoncé des réquisitions. Son père, assis au premier rang du public, a désapprouvé de la tête.

La cour doit désormais entendre les plaidoiries des avocates de la défense, Mes Jacqueline Laffont et Julie Benedetti.

© AA

"Immersion dans le Doubs"

Dans la matinée, les avocats des parties civiles avaient également demandé à la cour de reconnaître la culpabilité de Nicolas Zepeda, malgré les dénégations du Chilien qu'ils qualifient de "menteur""Ce sont les larmes pudiques de la partie civile que vous devez privilégier en condamnant celui qui est dans le box, Nicolas Zepeda", a plaidé Me Sylvie Galley, l'avocate de la famille de Narumi.

Mercredi, le témoignage déchirant de la mère de la jeune fille avait bouleversé le prétoire. Venue de Tokyo, Taeko Kurosaki avait longuement exprimé sa douleur, exacerbée par l'incertitude qui demeure sur le sort de Narumi, dont le corps n'a jamais été retrouvé.

Selon Etienne Manteaux, le Chilien avait prémédité son crime en achetant un bidon de produit inflammable et des allumettes avant de rejoindre l'étudiante japonaise de 21 ans à Besançon. M. Manteaux pense qu'il a "immergé le corps de Narumi dans le Doubs" après l'avoir étouffée ou étranglée.

Quand Me Galley a évoqué la disparue, "muette à jamais", Taeko Kurosaki s'est recroquevillée sur la photo de sa fille, soigneusement enveloppée dans un tissu à fleurs et qu'elle tient serrée contre elle depuis le début du procès. "La mort de Narumi aurait pu (...) allonger la liste des féminicides", mais "la disparition de son corps" a fait basculer le scénario "dans l'horreur absolue", a poursuivi l'avocate, devant un public venu en nombre.

"Menteur, manipulateur, toxique", a accusé Me Randall Schwerdorffer, avocat d'Arthur Del Piccolo, le petit ami français de l'étudiante japonaise au moment de sa disparition.

Selon l'avocat, le Chilien a perpétré "un crime de sang froid", prémédité, comme le montre l'achat d'un bidon de cinq litres de combustible et une boîte d'allumettes avant la disparition de Narumi. "Monsieur Zepeda fait tout pour dissimuler sa responsabilité", a-t-il regretté.

"La main de Nicolas Zepeda n'a pas tremblé et je demanderai à cette cour d'assises de ne pas trembler quand elle prendra sa décision", a conclu l'avocat.

Verdict mardi

En force ou en douceur, le pensant acculé par les nombreux éléments à charge et les témoignages, tous les acteurs du procès ont tenté d'obtenir les aveux de Nicolas Zepeda, y compris sa propre avocate. Mais la question reste entière: qu'est-il arrivé à Narumi Kurosaki dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016, dans cette chambre d'une résidence universitaire de Besançon ?

L'"audience particulièrement forte en émotions" vendredi, selon les mots du président de la cour Matthieu Husson, n'aura pas apporté de réponse: Nicolas Zepeda a nié de bout en bout toute responsabilité dans la disparition de son ex-petite amie. "Je n'ai pas tué Narumi ! Moi aussi je veux savoir !", a-t-il fini par hurler, en larmes.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.03
couvert
le 24/07 à 06h00
Vent
1.35 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
92 %