Alcool : le "Dry January" revient, toujours sans soutien de l'Etat

Publié le 27/12/2023 - 10:00
Mis à jour le 28/12/2023 - 12:01

Le "Dry January", qui invite tout un chacun à ne pas boire d'alcool pendant un mois, aura de nouveau lieu en janvier 2024 à l'initiative d'une soixantaine d'organisations mais sans soutien de l'Etat, une absence persistante et regrettée par nombre d'addictologues.

"Malgré l'absence de soutien de l’État, le +Défi de Janvier+ (ou) +Dry January+ se prépare", ont annoncé les organisateurs de cette opération.

Lancé pour la cinquième année consécutive en France, sur le modèle d'opérations semblables dans le monde anglo-saxon et scandinave, le "Dry January" (qui signifie littéralement "Janvier sec") consiste à ne pas boire d'alcool pendant tout janvier.

La période est propice à une pause, après des fêtes souvent marquées par une importante consommation d'alcool. Mais le but n'est pas seulement de reposer son organisme, c'est faire soi-même l'expérience d'un quotidien sans alcool.

Ce type de campagne fait de plus en plus ses preuves en matière de santé publique. Au lieu de mettre l'accent sur les risques représentés par une substance - ici l'alcool -, on insiste sur les avantages à ralentir sa consommation. Les participants sont aussi stimulés par un défi qui rassemble simultanément de nombreuses personnes.

C'est le même principe pour le Mois sans tabac, organisé en novembre. Mais à la différence de celui-ci, le "Dry January" n'est pas officiellement soutenu par l'Etat, une situation regrettée chaque année par une partie du monde de la santé.

Un renoncement face au lobby de l'alcool ?

Les organisateurs comptent des associations, comme la Ligue contre le cancer, des municipalités, telles Paris ou Lyon, des organisations de médecins et des mutuelles, mais pas l'agence française de santé publique.

Santé publique France avait envisagé de s'y associer en 2020 mais y avait renoncé, un choix perçu par nombre d'experts comme un renoncement face au lobby de l'alcool, d'autant que le président Emmanuel Macron est régulièrement accusé de complaisance avec la filière viticole.

"La confiance envers le gouvernement pour mener une politique cohérente et résolue est sérieusement altérée", ont regretté en décembre une cinquantaine d'addictologues, dans un courrier révélé par le Parisien et adressé au ministre de la Santé d'alors, Aurélien Rousseau.

Aurélien Rousseau, qui a depuis démissionné pour désaccords sur la loi immigration, avait ensuite assuré qu'il participerait personnellement au "Dry January" mais avait exprimé son scepticisme quant au fait que l'Etat dise "comment vivre pendant un mois".

La consommation d'alcool est responsable directement ou indirectement de plus d'une soixantaine de maladies (cancers, maladies cardiovasculaires, digestives, mentales, etc). Elle est la première cause d'hospitalisation et la deuxième cause de mortalité évitable en France (après le tabac) avec environ 45.000 décès par an.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.85
couvert
le 01/03 à 15h00
Vent
3.63 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
62 %