Alstom: réunion interministérielle à l'Élysée lundi matin autour de Hollande

Publié le 11/09/2016 - 14:11
Mis à jour le 11/09/2016 - 14:11

Une réunion interministérielle se tiendra lundi matin à l'Élysée autour de François Hollande et de Manuel Valls sur la situation d'Alstom, qui a annoncé l'arrêt de la production de trains à Belfort, une méthode jugée "inacceptable" par Manuel Valls, le Premier ministre.

atelier-de-finition-pour-lassemblage-des-motrices-et-locomotives..jpg
© alston transport
PUBLICITÉ

Outre le chef de l’État et le chef du gouvernement, le ministre de l’Économie Michel Sapin, le secrétaire d’État à l’Industrie Christophe Sirugue et le secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies seront présents, a-t-on indiqué ce dimanche 11 septembre 2016 dans l’entourage du président de la République, confirmant une information du Journal du Dimanche. « La méthode employée par Alstom est inacceptable. Nous l’avons dit cette semaine aux dirigeants d’Alstom », entreprise dont l’Etat est actionnaire minoritaire, a déclaré le Premier ministre lors de l’émission « Le grand rendez-vous » Europe 1/iTELE/Les Echos.

Mais, a-t-il souligné, « nous avons déjà sauvé Alstom et nous pouvons encore sauver Alstom, à condition que les dirigeants jouent pleinement leur rôle ». Et de lancer que « tous les jours, nous nous battons pour qu’Alstom gagne des marchés, notamment au plan international et européen ». Pour l’usine menacée, « nous connaissons bien sûr cette situation, nous savions les faiblesses qui pouvaient exister sur le site de Belfort ».

Le PDG d’Alstom Henri Poupart-Lafarge avait été convoqué à Bercy jeudi pour se voir imposer « une phase de négociation ». Il y avait été sermonné par le ministre de l’Économie, Michel Sapin, et son nouveau secrétaire d’État à l’Industrie, Christophe Sirugue, qui « lui ont fait part de leur incompréhension du caractère soudain et non concerté de cette annonce », avait indiqué Bercy dans un communiqué.

Hors de question pour l’exécutif d’entériner ce scénario à quelques mois de la présidentielle. D’autant plus que l’État siège depuis février au conseil d’administration d’Alstom et qu’il possède 20% des droits de vote. L’entreprise, confrontée à une pénurie de commandes, prévoit de transférer sa production de locomotives de Belfort à Reichshoffen (Bas-Rhin) d’ici 2018. Pas de fermeture de site, ni de plan social, assure Alstom, qui s’engage à soumettre aux 400 salariés concernés « une proposition de transfert, s’ils le souhaitent » vers ses autres usines dans l’Hexagone.

L’État, bien qu’actionnaire minoritaire, ne peut « empêcher » la fermeture du site de Belfort, décidée de façon « brutale » et « inattendue » par l’entreprise, a déclaré samedi à  l’ex-ministre de l’Économie Emmanuel Macron.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès «?Mon 1er toit comtois?», un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.29
partiellement nuageux
le 14/10 à 18h00
Vent
1.97 m/s
Pression
1010.13 hPa
Humidité
74 %

Sondage