Anesthésiste soupçonné d'empoisonnements : plainte contres des policiers à Besançon

Publié le 29/03/2019 - 18:10
Mis à jour le 29/03/2019 - 18:11

Un anesthésiste mis en examen pour sept empoisonnements de patients à Besançon a déposé plainte contre des policiers qu’il accuse d’avoir modifié délibérément dans des procès-verbaux certains propos tenus lors de sa garde à vue, a-t-on appris ce vendredi 29 mars 2019 de source judiciaire.

Dr Péchier, le 29 mars 2019  © maCommune.info
Dr Péchier, le 29 mars 2019 © maCommune.info

Les avocats du médecin-anesthésiste Frédéric Péchier, Mes Randall Schwerdorffer et Ornella Spatafora, ont déposé plainte jeudi pour "faux et usage de faux" avec constitution initiale de partie civile afin d'obtenir la saisine d'un juge d'instruction, selon cette même source.

En novembre 2018, les conseils avaient fait un premier dépôt de plainte, alors rejeté par le procureur de la République, Etienne Manteaux. Le nouveau dépôt leur permet cette fois de contourner le parquet et de saisir un juge qui va instruire leur plainte. Celle-ci vise des enquêteurs de la police judiciaire de Besançon qui avaient entendu le médecin-anesthésiste en garde à vue, en mars 2017.

Pour les avocats, les enquêteurs auraient "délibérément" retranscrit sur procès-verbal, de façon "altérée et fausse", des propos du médecin lors de
cette garde à vue, selon la source judiciaire. Elle n'a précisé ni la nature de ces propos, ni dans quelle mesure ils avaient été altérés.

Il semble "compliqué d'obtenir une instruction impartiale" à Besançon (avocats)

Les avocats ont indiqué envisager le dépaysement de cette instruction. Il semble "compliqué d'obtenir une instruction impartiale" à Besançon, où le
parquet ne souhaite "pas ce type de procédure", ont-ils dit à l'AFP. Frédéric Péchier, 46 ans, qui clame son innocence, a été mis en examen en mai 2017 et placé sous contrôle judiciaire. Il est soupçonné par les enquêteurs de sept cas d'empoisonnement. Les patients avaient fait des arrêts cardiaques: deux sont morts et cinq ont pu être réanimés.

Selon les éléments de l'enquête, ils avaient reçu des doses létales de potassium et d'anesthésiques volontairement administrées. Praticien réputé localement, M. Péchier n'était pas en charge de ces personnes, mais avait été appelé pour ranimer certaines d'entre elles.

Le fait que l'anesthésiste ait exercé dans les deux établissements où les incidents opératoires se sont produits et qu'il ait parfois posé le bon diagnostic pour réanimer ces patients en arrêt cardiaque le désigne comme principal suspect aux yeux des enquêteurs. Ils le soupçonnent d'avoir sciemment modifié les poches d'injection de confrères afin de créer des incidents opératoires et de pouvoir ensuite exercer ses talents de réanimateur.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Affaire Péchier : l’anesthésiste conteste sa mise en examen dans trois cas supposés d’empoisonnement

Les avocats de Frédéric Péchier, médecin-anesthésiste soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels mais qui clame son innocence, ont contesté le 9 février dernier à Besançon sa mise en examen dans trois cas. La justice rend sa décision ce mercredi 30 mars 2022.

Tentative de suicide de Frédéric Péchier, l’anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements

Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, « a tenté de mettre fin à ses jours » dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021 ont annoncé ce mardi 5 octobre ses avocats, selon qui « son état est critique » et son « pronostic réservé« .

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas “les traits d’un tueur en série” selon une contre-expertise psychiatrique

D’après les conclusions d’un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d’avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas « les traits d’un tueur en série » dans sa personnalité.

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.73
couvert
le 14/06 à 3h00
Vent
5.25 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
51 %