Apprenti guinéen menacé d'expulsion : la position d'Élisabeth Borne

Publié le 08/01/2021 - 15:30
Mis à jour le 12/01/2021 - 10:18

Dimanche 3 janvier 2021, Stéphane Ravacley, boulanger à Besançon a entamé une grève de la faim pour garder son apprenti guinéen, jeune majeur visé par une obligation de quitter le territoire français (OQTF) et menacé d'expulsion. En visite dans le Doubs, la ministre du Travail n'a pas souhaité s'exprimer sur l'affaire judiciaire en cours, mais a précisé la politique du gouvernement auprès des mineurs non accompagnés.

L'affaire suscite un certain émoi. Mardi, la maire EELV de Besançon a écrit au ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, pour lui demander de s'"opposer à cette expulsion et de régulariser la situation de Laye Fodé Traoré". Anne Vignot n'avait toujours pas reçu de réponse en cette fin de semaine. Le sujet a pour sûr été abordé lors du déjeuner de la ministre au Conseil régional à Besançon en présence de la maire de Besançon et de la présidente de Région.

"Dans le principe, ça ne devrait pas se passer comme cela… "

Interrogée par notre journaliste Alexane Alfaro sur l'affaire en marge de la signature de l’avenant de 29 M€ supplémentaires au pacte régional d’investissement dans les compétences pour la Bourgogne-Franche-Comté, Élisabeth Borne n'a pas souhaité commenter cette affaire sur le plan judiciaire. "Il y a une procédure qui est en cours avec une contestation. En l'occurrence, il y a une difficulté liée notamment aux déclarations que le jeune homme a pu faire. Je ne peux donc pas me prononcer sur cette affaire particulière" tout en précisant que la logique pour les mineurs non accompagnés s'engageant dans des formations est "qu'ils puissent" au bout de deux ans, "continuer à travailler en France si tout s'est bien passé… "

En novembre, la tutrice du foyer de Gray-la-Ville, qui suit le jeune homme a annoncé que l'apprenti, devenu majeur, faisait désormais l'objet d'une OQTF et devrait cesser de travailler auprès de lui.

"J'ai 50 ans, j'ai fait trois embolies pulmonaires en trois ans, mon médecin me dit que je suis fragile, mais je m'en fous, je sais que j'ai raison", Stéphane Ravacley, patron de la Huche à pain - Besançon

"Discret", mais avide d'apprendre le métier, Laye s'est immédiatement montré volontaire et travailleur, poursuit l'artisan qui oeuvre six jours sur sept de 03H00 du matin à 20H00, avec une pause en milieu de journée. "Il y a une place pour lui dans mon fournil", insiste le boulanger qui prévoyait de le prendre comme ouvrier au terme de sa formation.

Le boulanger a lancé une pétition sur internet. Cette dernière a recueilli près de 190.000 signatures et plus de 100.000 "j'aime" sur Instagram depuis que l'eurodéputé Raphaël Glucksmann (Place Publique) l'a relayée.

Le jeune Guinéen a saisi le tribunal administratif de Besançon sur le fond pour contester l'OQTF et le refus d'octroi de titre de séjour de la préfecture de la Haute-Saône. Son recours sera examiné le 26 janvier 2021. Il avait été débouté d'un premier recours en référé en décembre.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Boulanger Besançon : grève de la faim

Boulanger en grève de la faim à Besançon : le MRAP exige la régularisation de Laye Fodé Traoréiné

Dans un communiqué du 13 janvier, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon déclare son soutien au combat du boulanger Stéphane Ravacley en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fodé Traoréiné, et demande la régularisation de ce dernier.

Le boulanger en grève de la faim contre l’expulsion de son apprenti conduit aux urgences

Notre journaliste avait rencontré Stéphane Ravacley, boulanger de Besançon, ce lundi vers 17h00. Ce dernier qui se trouvait en forme hier, a fait un malaise ce mardi 12 janvier 2021 vers 8h30. Il a été conduit aux urgences après plus d'une semaine grève de la faim.

Boulanger de Besançon en grève de la faim depuis 9 jours : « Non, je ne suis pas suicidaire, je fais attention »

Après 9 jours de grève de la faim pendant lesquels Stéphane Ravacley s'est nourri exclusivement de bouillons, et 8kg en moins, nous lui avons rendu visite lundi 11 janvier dans son fournil de la rue Rivotte à Besançon pour prendre de ses nouvelles ainsi que celles de Laye Traoréiné, son apprenti guinéen.

Pour protester contre l’expulsion de son apprenti, le boulanger bisontin Stéphane Ravacley continue sa grève de la faim…

9e jour de grève de la faim • Depuis le 3 janvier 2021, Stéphane Ravacley, gérant de la boulangerie La Huche à pain à Besançon est en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen, Laye Fodé Traoréiné. Une information qui fait le tour de la France et au delà... jusqu'en Allemagne.

Boulanger de Besançon en grève de la faim contre l’expulsion de son apprenti guinéen : une affaire qui remonte jusqu’au ministère de l’Intérieur

Depuis le 3 janvier 2021, Stéphane Ravacley, le patron de la boulangerie La Huche à Pain au centre-ville de Besançon, est en grève de la faim suite à la menace d'expulsion de son apprenti guinéen, une information qui a fait le tour de la presse française. La maire de Besançon a par ailleurs écrit au ministre de l'Intérieur à ce sujet, apprend-on ce mardi 5 janvier.

Jeunesse

Un plan de 500.000 € du Crédit Agricole Franche-Comté en faveur des étudiants

En lien avec les principales fédérations étudiantes de la région, la banque régionale a décidé de décliner sur l'année 2021 un plan d'action en faveur des jeunes particulièrement touchés par les conséquences de la Crise sanitaire. Un plan en quatre volets : dons alimentaires et de produits de première nécessité, bien-être et santé mentale, emploi formation et accompagnement financier.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 24.64
légère pluie
le 27/07 à 15h00
Vent
3.15 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
17 %

Sondage