Après une saison difficile, les stations de ski françaises misent sur la neige de culture

Publié le 06/10/2017 - 07:52
Mis à jour le 18/04/2019 - 10:19

Après une saison « assez difficile » faute d’un enneigement suffisant, qui a vu la destination ski française rétrograder en troisième position mondiale, les domaines skiables hexagonaux misent sur la neige artificielle.

Avec 51,1 millions de journées-skieur cette saison, en baisse de 1,5% par rapport à l'an dernier, les stations de ski françaises pointent désormais derrière l'Autriche (52,1 millions, +4%) et les États-Unis (54,7 millions, +1,5%). La France avait déjà cédé la saison passée sa première place aux États-Unis.

 Cette saison "fait suite à deux autres saisons plutôt difficiles", a relevé Pierre Lestas, président de Domaines skiables de France (DSF), qui regroupe plus de 230 exploitants de remontées mécaniques, lors d'un point de presse tenu ce  jeudi 5 octobre 2017  en marge du congrès annuel de l'association à Beaune (Côte-d'Or).

"Nous gardons notre optimisme, car cela tient au fait que nous avons eu pas ou peu de neige, surtout dans les petites et moyennes stations, à Noël et jour de l'An, et que cette situation a perduré jusqu'à mi-janvier", a-t-il ajouté. Pour s'assurer un manteau blanc suffisant tous les ans, les domaines investissent dans les canons à neige: aujourd'hui, 35% de la surface des domaines skiables est couverte en France, contre 60% en Autriche et 70% en Italie, "ce qui crée un écart de compétitivité", a souligné Laurent Reynaud, délégué général de DSF.

  •  À Métabief, les 90 canons à neige permettent, quand le temps le permet (il faut une température d'au moins -3°C), "une assurance neige" sur un peu moins de 9 km de pistes sur les 37 du domaine. Des réflexions sont menées pour aménager le secteur de Piquemiette, mais des études sont toujours en cours.

Plus de 120.000 emplois dépendent chaque année de l'ouverture du domaine skiable, des écoles de ski aux hébergements en passant par l'activité commerciale. "Un hiver sécurisé garantit l'emploi. C'est un enjeu sociétal majeur", estime pour sa part Jean-Yves Rémy, président délégué de cet organisme.

En Auvergne-Rhône-Alpes, qui concentre plus de 70% des journées de ski en France, un peu moins de 30 millions d'euros de subventions ont été spécifiquement fléchés pour l'équipement en matériel d'enneigement artificiel sur la période 2016-1018, pour un investissement total de l'ordre de 100 millions d'euros.

 Les stations cherchent aussi à assurer le renouvellement de leur clientèle, avec une opération de charme lancée cette année en direction des jeunes, et à diversifier l'activité, sur les pistes ou après-ski. "Pour cela, il faut beaucoup de moyens", mais "ne pas investir, c'est sacrifier l'avenir de nos stations", a insisté le président Lestas, qui propose aussi d'étendre la "taxe loi montagne" des opérateurs de remontées mécaniques à tous les acteurs économiques ou encore de taxer les "lits froids", c'est à dire les résidences secondaires non occupées.

(AFP)

 Info + 

A l'occasion du congrès annuel 2017  des domaines skiables de France, la station de ski de Métabief a présenté la démarche "développement durable BIOM" pour laquelle elle a été pilote au sein de "domaines skiables de France". Métabief a obtenu un très bon score : 71% des dépenses générées par la station contribuent directement au développement durable local (lire notre article)

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

station métabief

Economie

Bientôt des panneaux photovoltaïques au stade Léo Lagrange de Besançon ?

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.95
légère pluie
le 20/06 à 0h00
Vent
2.36 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
90 %