Armement de la police municipale : Romagnan soutient le maire de Besançon

Publié le 09/08/2016 - 15:25
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:11

Pour la députée du Doubs, l'armement de la police municipale est une "’illusion sécuritaire".

dsc_8963.jpg
© aa
PUBLICITÉ

Faut-il ou non armer la police municipale ? Jean-Louis Fousseret a  de nouveau exprimé son opposition sur le sujet alors que le contexte terroriste relance le débat, les policiers étaient particulièrement exposés.

Si la députée PS du Doubs Barbara Romagnan dit comprendre le sentiment d’un traitement inégalitaire et d’insécurité chez les agents municipaux, elle rejoint la position du maire de Besançon. « Armer la police municipale revient à remettre en question sa vocation originelle: celle de la proximité. C’est en effet prendre le risque de glisser progressivement vers le terrain de la répression, et ce au détriment d une présence rassurante (…)un travail de terrain qui permet une relation de qualité et de confiance avec la population. Autant de missions pour lesquelles la possession d armes ne semble ni utile ni souhaitable » explique-t-elle dans un communiqué tout en s’interrogeant sur la baisse des effectifs de la police nationale depuis 2002 à Besançon.

« On est en droit d’attendre, comme le souligne Jean-Louis Fousseret, une remise à niveau et une augmentation des effectifs de la police nationale. Il me semble également nécessaire de rappeler que la protection des citoyens est un devoir régalien de l’Etat. La police municipale ne saurait se substituer à la police nationale et pallier au désengagement de l’Etat »’.

Sur la question de la protection des agents municipaux, Barbara Romagnan s’interroge de l’efficacité d’une rame face à des armes de guerre. « Enfin, augmenter le nombre d’armes à feu en circulation et celui des personnes amenées à s’en servir augmente les risques d’accidents parfois mortels des porteurs de ces armes, comme de la population. Ce n’est pas anodin« . 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 30.23
couvert
le 25/06 à 15h00
Vent
2.01 m/s
Pression
1018.84 hPa
Humidité
52 %

Sondage