Assassinat de Narumi : Nicolas Zepeda ne cède rien

Publié le 05/04/2022 - 18:44
Mis à jour le 06/04/2022 - 09:07

Malgré les cris d’épouvante, les images d’un rôdeur qui lui ressemble et sa jalousie maladive, Nicolas Zepeda a continué mardi, au sixième jour de son procès, de nier avoir assassiné son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki à Besançon en  décembre 2016. La journée de mercredi sera consacrée à l’audition des parties civiles.

 © MTPA
© MTPA

"Vous lui avez fait quoi à Narumi?", finit par attaquer frontalement Me Sylvie Galley, avocate de la famille de la victime, au bout de quatre heures d'un interrogatoire qui en durera sept au total. La réponse lapidaire du Chilien de 31 ans tombe immédiatement: "Rien".

"Alors qu'est ce qu'elle fait depuis cinq ans Narumi, si elle n'est pas morte?", insiste l'avocate. "J'aimerais bien le savoir", répond l'accusé, insaisissable et imperturbable.

Malgré une accumulation d'éléments à charge et de témoignages édifiants présentés aux jurés de la cour d'assises du Doubs ces derniers jours, Nicolas Zepeda a réfuté tout comportement suspect en amont de ses retrouvailles avec Narumi Kurosaki le 4 décembre 2016. Depuis, la jeune femme n'a jamais été revue, son corps n'a jamais été retrouvé.

Conservant son allure sérieuse, confortée par sa chemise et sa cravate serrée sur son col, le Chilien a répondu aux nombreuses questions avec une voix claire et ferme, mais aussi avec force circonvolutions et en reprenant régulièrement les interprètes qui assurent la traduction de l'espagnol au français.

"Est-ce que vous savez ce qu'est le déni, M. Zepeda?", lui lancera Me Randall Schwerdorffer, l'avocat d'Arthur Del Piccolo, petit ami français de l'époque de Narumi.

"Vous n'avouerez jamais"

L'avocat général Etienne Manteaux est revenu longuement sur tous les "mensonges" de Nicolas Zepeda. Point par point, il a souligné les incohérences de l'accusé, balayé les ambiguïtés et martelé les éléments à charge contre le Chilien qui est resté campé sur ses positions.

"M. Zepeda vous n'avouerez pas. Je suis persuadé que ce n'est pas votre intérêt , mais c'est votre droit", a-t-il fini par lâcher, visiblement énervé.

Dès le début de l'interrogatoire, le président de la cour Matthieu Husson avait confronté Nicolas Zepeda aux témoignages entendus lundi de deux étudiantes. Celles-ci l'ont formellement identifié comme étant l'homme qui se dissimulait dans la cuisine commune de la résidence universitaire de Besançon où Narumi Kurosaki logeait depuis l'été 2016.

"Je ne suis pas cette personne-là", a contesté le Chilien qui avait connu Narumi Kurosaki en 2015, à l'université au Japon, et avait mal vécu le départ de la jeune femme en France à l'été 2016 pour une année d'études à Besançon.

Depuis le début de son procès, Nicolas Zepeda a à peine varié sa version, celle de retrouvailles amoureuses, dont le souvenir l'a fait pleurer à l'audience, et d'un départ de Besançon le 6 décembre à l'aube, alors que Narumi était encore vivante. Tout juste a-t-il fini par admettre avoir fait preuve de "jalousie" à l'égard des nouvelles amitiés de l'étudiante en France et que son arrivée jusqu'au parking de la résidence étudiante n'était "pas un hasard". Des points que lui a fait confirmer mardi soir son avocate, Me Jacqueline Laffont.

Lundi, plusieurs étudiants qui occupaient des chambres proches de celle de Narumi Kurosaki ont décrit les "cris stridents" et le "râle" qui les avaient réveillés dans cette nuit du 4 au 5 décembre que Nicolas Zepeda reconnaît avoir passée avec Narumi.

De plus en plus de public

Seul et unique suspect, Nicolas Zepeda, a lui affirmé qu'il dormait et n'avait rien entendu. "Je pense qu'il faudrait continuer des recherches pour savoir ce qui s'est passé", a-t-il même suggéré. Des images de vidéosurveillance ont également révélé la présence d'un individu, portant cagoule et blouson noir, passé début décembre à treize reprises et prenant des photos à l'arrière de la résidence universitaire.

"Ce n'est pas moi", a réaffirmé l'accusé alors que la géolocalisation de sa voiture atteste qu'il se trouvait sur place. Autre question restée sans réponse: pourquoi s'est-il arrêté, avant et après son passage à Besançon, dans une zone boisée du Jura où, selon l'accusation, il se serait débarrassé du corps ? "Personne ne va là, sauf si on veut y aller exprès", a relevé le président de la cour.

Le président Matthieu Husson le confrontait à deux témoignages d'étudiantes entendues la veille et qui l'avaient formellement identifié comme celui qui se dissimulait dans la cuisine commune de la résidence universitaire de Besançon où Narumi Kurosaki logeait depuis l'été 2016.

L'épisode s'était produit quelques jours avant les retrouvailles entre l'étudiante japonaise et son ex-petit ami chilien, le 4 décembre. Narumi avait ensuite disparu et son corps n'a jamais été retrouvé. "La première fois que j’entre dans ce bâtiment, c’est avec Narumi", a-t-il maintenu, s'exprimant en espagnol et conservant son allure sérieuse, confortée par sa chemise et sa cravate serrée sur son col.

Depuis le début de son procès, il y a une semaine, Nicolas Zepeda laisse rarement poindre des signes d'émotion: il avait écrasé quelques larmes le premier jour face aux témoignages affectueux de ses parents venus du Chili et, jeudi, il a de nouveau pleuré en évoquant sa rencontre avec Narumi Kurosaki le 4 décembre, sur le parking de la résidence universitaire.

"Elle était surprise, elle était contente, c’est là que j’ai compris qu'on avait des choses à se dire", a-t-il déclaré.

En revanche, dès qu'il s'agit de s'expliquer sur les éléments qui l'accablent, Nicolas Zepeda retrouve son assurance. D'une voix claire et ferme, il répond, impassible mais avec force circonvolutions.

"Comme souvent, dans vos explications...", a soupiré le président de la cour.

"Râle"

Ces derniers jours, le jeune trentenaire, qui s'était mis en couple avec Narumi Kurosaki en 2015 au Japon, a fait face aux nombreux témoignages et éléments de l'enquête qui font de lui l'unique et principal suspect de ce qu'il qualifie toujours de "disparition".

La cour a examiné vendredi ses relevés téléphoniques ainsi que les données de géolocalisation qui, selon l'accusation, signent un piratage des réseaux sociaux utilisés par Narumi Kurosaki afin de convaincre ses proches qu'elle était toujours vivante après le 4 décembre.

Lundi, plusieurs étudiants qui occupaient des chambres proches de celle de Narumi Kurosaki ont décrit les "cris stridents" et le "râle" qui les avaient réveillés dans cette nuit du 4 au 5 décembre 2016 que Nicolas Zepeda reconnaît avoir passée avec Narumi. Un moment très douloureux pour la mère de l'étudiante qui, sur le banc des parties civiles, ne cesse de serrer contre elle le portrait de sa fille.

Prévu pour durer jusqu'au 12 avril, le procès de Nicolas Zepeda attire chaque jour de plus en plus de public au tribunal judiciaire de Besançon.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12
légère pluie
le 15/04 à 21h00
Vent
7.91 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
61 %