Alerte Témoin

Besançon : pour tous vos achats, vos commerçants et artisans sont là !

Publié le 22/06/2020 - 06:59
Mis à jour le 30/06/2020 - 11:58

Depuis le 11 mai, les commerces peuvent de nouveau accueillir le public après deux mois de fermeture dus à la crise sanitaire du Covid-19. À Besançon, les clientes et clients étaient nombreux à revenir soutenir leurs commerces, malgré les mesures barrières à respecter. Un mois après, quel bilan font les commerçants ? Quel avenir pour le commerce de proximité ? Nous avons rencontré Olivier Lecossois, gérant de Vintage Corner, installé au centre-ville depuis 1994, pour un focus sur le prêt-à-porter.

Comment se portait le commerce au centre-ville avant le confinement ?

Olivier Lecossois : "Économiquement, il se redynamisait lentement depuis août 2019. Nous étions dans une progression. Là, évidemment, tout est remis en question.

Depuis plusieurs années, nous sommes en difficulté. Il y a eu, je le déplore, un centre-ville bashing souvent injustifié.

J'ai toujours porté le commerce de proximité bien sûr, mais de centre-ville en particulier. Nous sommes très attentifs à l’accueil de nos clients et nous prenons du temps pour la vente-conseil."

Quelles initiatives avez-vous mis en place pendant le confinement ?

Olivier Lecossois : "On a mis en place pour la première fois une souscription via un site internet national pour permettre à nos clients fidèles et amis de nous soutenir en achetant un bon d'achat. Cela générait de la trésorerie pour le commerçant pour les huit à dix jours qui suivaient. Cela a également permis de mesurer l'attachement de nos clients ! Ce qui nous a motivé pour leur réserver le meilleur accueil le jour J. "

Depuis le 11 mai, comment se passe le commerce au centre-ville ? Les clients osent-ils venir faire du shopping ?

Olivier Lecossois : "Dès le 11 mai, le monde a afflué, en particulier des clients fidèles qui arrivaient très enthousiastes. Ils avaient besoin et envie de renouer avec leurs commerçants de cœur, de proximité.

Quand on la chance d'avoir un lieu qui est grand, comme mon magasin, c'est un point positif. Les clients craignent moins la promiscuité. La distanciation physique est plus facile à respecter."

Et côté chiffre d'affaires ?

Olivier Lecossois : "Depuis la réouverture, globalement, c'est positif mais il va falloir que ça dure."

D'après vous, comment attirer le public au centre-ville ?

Olivier Lecossois : "Plus que jamais, il faut être professionnels, réactifs, à l'écoute de nos clients. Dans le prêt-à-porter, les mois de mars et avril étaient dédiés aux produits de transition (vestes en jean, pulls en coton, blouses, etc.) qui ne sont plus de saison à la réouverture. Aujourd'hui, nous sommes donc contraints de mettre en place des promotions sur quelques références.

J'organiserai des ventes privées la semaine avant les soldes, dédiées à mes clients qui intègrent le programme de fidélité ou aux personnes détentrices d'un ticket de caisse de moins de deux mois pour les remercier de nous faire vivre le reste de l'année."

Quelles mesures sanitaires avez-vous instaurées dans votre magasin ?

Olivier Lecossois : "Chaque secteur d'activité se doit d'être au courant de la législation en vigueur et de mettre en place les consignes sanitaires dans son commerce.

Nous avons calculé la jauge maximale, nous nettoyons toutes les surfaces qui ont été touchées, nous demandons aux clients de se laver les mains systématiquement à l’entrée de nos commerces, nous privilégions le paiement sans contact.

Ensuite, chaque commerçant est souverain dans son lieu pour préconiser ou exiger le port du masque pour sa clientèle. Pour ma part, je suis plutôt dans une attitude de laisser le choix aux clients : le masque est recommandé mais pas imposé.

Le totem de gel hydroalcolique installé à l’entrée du magasin est visible depuis l’extérieur donc rassurant pour la clientèle. Autre point : il a été acheté à une entreprise locale, tout comme le reste du matériel de protection mis en place !"

Selon vous, y aura-t-il des répercussions particulières sur votre façon de travailler, de faire du commerce ?

Olivier Lecossois : "Pour nous, pas vraiment. Nous continuons à proposer une qualité de service à nos clients, ce qui est essentiel. Nous le faisons avec bienveillance et avec le sourire… Tout en restant vigilants, il faut que faire du shopping reste un plaisir !

Par ailleurs, il est important que les clients consomment près de chez eux et n'achètent pas de manière dématérialisée en cédant à l’inquiétude. Nous passons de bons moments avec nos clients ! N’hésitez pas à vous rendre chez vos commerçants et à essayer vos habits pour l’été !"

Ensemble, soutenons le commerce local  ! Rendez-vous sur www.grandbesancon.fr/actualite/ensemble-soutenons-le-commerce-local 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Pas de festivités ni de feux d’artifice du 14 juillet à Besançon

En raison des contraintes sanitaires liées aux rassemblements de plus de 10 personnes, la Ville de Besançon a décidé de ne pas organiser de festivités pour la fête nationale du 14 juillet 2020. Seule une cérémonie en présence des forces militaires doit-être coorganisée dans la matinée par la préfecture du Doubs, la ville de Besançon et l'armée.

Covid-19 : l’Insee confirme une forte hausse des décès en Bourgogne Franche-Comté

La preuve par les chiffres • Entre le 11 mars et le 26 avril 2020, l’excédent de décès  a été le plus marqué en Bourgogne- Franche-Comté  avec 1.400 décès supplémentaires, "soit 36 % de plus que sur la moyenne des cinq dernières années" notent les auteurs d'une étude de l'Insee qui vient de paraitre.

Déconfinement : les clubs échangistes considérés comme… des salles de sport par le code du tourisme

Alors que les gérants de discothèques s'arrachent les cheveux parce qu'ils n'ont pas encore le droit de rouvrir leurs portes au public et que leur trésorerie rétrécit de jour en jour dans ce contexte de crise sanitaire liée au covid-19, les clubs libertins eux, ont pu rouvrir depuis juin dernier parce qu'ils sont considérés comme… des salles de sport. Pourquoi ?

Urssaf : des mesures exceptionnelles pour les entreprises touchées par le covid-19 du 5 juillet ou du 15 juillet

Afin de tenir compte de l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’activité économique, le réseau des Urssaf a déclenché des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises présentant de sérieuses difficultés de trésorerie. Dans le cadre de la reprise de l’activité économique, les modalités de report évoluent. Les entreprises doivent s’acquitter des cotisations sociales aux dates d’exigibilités. Les cotisations sociales sont donc exigibles au 5 et au 15 juillet 2020.

Coronavirus : quelle situation début juillet en Bourgogne Franche-Comté ?

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du virus reste faible. Conséquence, le nombre de formes graves nécessitant une hospitalisation continue de baisser dans la région : 132 patients contre 1.380 au plus fort de l'épidémie dans les hôpitaux le 17 avril 2020. Début juillet, moins de 10 patients étaient en réanimation en lien avec le Covid-19. En Bourgogne Franche-Comté, plus de 1.700 personnes sont mortes du Coronavirus.

Economie

Tabac : l’achat dans les pays voisins sera limité à une cartouche de cigarettes (contre quatre auparavant)

L’Assemblée nationale a voté ce mercredi 8 juillet 2020 en faveur d’une réduction de certains achats de cigarettes et de tabac autorisés dans les pays voisins avant de les ramener en France, dans le cadre de l’examen du troisième projet de budget de crise. Jusqu'à présent, il était possible de ramener quatre cartouches de cigarettes...

Un livre pour les vacances : « Le Loup et la Cigogne » lu par Maxence

Pour cet été 2020, dans la continuité des "Passeurs d'histoire" et du "club lecture des collégiens", l'académie de Besançon en lien avec maCommune.info propose des histoires et des fables à redécouvrir avec Jean De La Fontaine. L'occasion de lire et de faire passer quelques messages à nos enfants ! Aujourd'hui, voici "Le Loups et la Cigogne" lu par Maxence de l'école de Grandfontaine.

Soutien aux PME : la Bourgogne Franche-Comté, première région à mettre en place le « Prêt Rebond »

10 M€ de fonds européens • En réaction à la crise économique liée au Covid 19, la Commission européenne a proposé une "initiative d'investissement en réaction au coronavirus", visant à soutenir les Etats membres les plus touchés et l’économie européenne, en mobilisant notamment le levier des fonds européens. La Bourgogne-Franche-Comté est la première Région à mettre en œuvre le Prêt Rebond sur fonds européens, en lien avec Bpifrance, à hauteur de 10 millions d'euros de FEDER.

Sondage : Consommez-vous « local » pour vos courses alimentaires ?

En cette période de crise sanitaire et économique, les Françaises et les Français sont encouragés à s'approvisionner chez des producteurs locaux ou des magasins relayant leurs produits, pour les aider. Et vous, faites-vous vos courses plutôt dans les hyper et supermarchés ou plutôt chez les producteurs locaux ? C'est notre sondage de la semaine...
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     25.14
    ciel dégagé
    le 10/07 à 12h00
    Vent
    5.22 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    34 %

    Sondage