Coronavirus : dans le Grand Est les cas remontent, appel à la vigilance

Publié le 20/07/2020 - 14:37
Mis à jour le 20/07/2020 - 17:22

Les autorités du Grand Est ont appelé ce lundi 20 juillet 2020 à la vigilance et au respect des gestes barrière après avoir constaté ces derniers jours un certain relâchement et une augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans la région.

© DR ©
© DR ©

La directrice de l’Agence Régionale de Santé s’agace notamment de voir les gens se faire à nouveau la bise.

“Un relâchement a été observé un peu partout. Le virus circule encore”, a mis en garde la préfète du Grand Est, Josiane Chevalier.

Celle-ci en a appelé ”à la responsabilité individuelle: on ne réussira pas sans le civisme, la responsabilité de chacun”. “Un confinement coûte 10 milliards d’euros par semaine, d’où l’importance de la prévention”, a-t-elle ajouté.

Le Grand Est a été une des régions les plus touchées par l’épidémie de coronavirus et si la situation s’est nettement améliorée, les autorités sanitaires ont observé ces derniers jours une augmentation du nombre de cas.

Ainsi, le “R0”, qui mesure le nombre moyen de personnes contaminées par un malade, est monté ces trois dernières semaines de 0,72 à 0,84, puis à 0,98 vendredi dernier. “Il est vrai qu’en France il est largement au-dessus de 1 partout. Tous nos indicateurs étaient au vert dans la région, mais il nous apparaît quelques frémissements depuis le 14 juillet”, a souligné Marie-Ange Desailly-Chanson, la directrice de l’Agence régionale de santé (ARS) Grand Est.

“Il y a une chose que je vois réapparaître et qui est à bannir, ce sont les bises"

“On constate une évolution moins favorable, qui n’est pas catastrophique”, a de son côté précisé Michel Vernay, épidémiologiste et responsable de Santé publique France dans le Grand Est.

“Du 13 au 19 juillet, nous avons observé dans la région 298 nouveaux cas diagnostiqués, alors que la semaine précédente nous n’en avions eu que 156. Très clairement, on a un doublement la semaine dernière”, a-t-il ajouté, notant cependant qu’il n’y avait pas pour l’heure d’activité anormale au niveau des services de réanimation.

“Il y a une chose que je vois réapparaître et qui est à bannir, ce sont les bises: arrêtez de vous embrasser, c’est comme ça que le virus est transmis”, a encore insisté la directrice de l’ARS.

Et celle-ci aimerait que les jeunes fassent davantage attention: “Ne jouez pas à la roulette russe, cette maladie est dangereuse, vous pouvez vous retrouver en réanimation ou mourir même si vous êtes jeune”.

Au total, 31 clusters sont en cours d’investigation ou de suivi dans le Grand Est, les deux plus importants se situant dans les Vosges, l’un issu d’un rassemblement familial et l’autre dans un établissement médico-social. 

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour attirer et fidéliser les professionnels de santé

L’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté anime depuis un an, avec ses partenaires, un plan de mobilisation en faveur des métiers du social, du médico-social, et de la santé. Les mesures concrètes, de l’orientation à l’emploi, sont d’ores et déjà nombreuses. On fait le point.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.04
nuageux
le 19/04 à 0h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
93 %