Covid-19 : les autotests, comment ça marche, combien ça coûte ?

Publié le 12/04/2021 - 18:15
Mis à jour le 13/04/2021 - 15:49

Questions •

 © D Poirier
© D Poirier

Un outil de plus contre le coronavirus. Les Français vont pouvoir vérifier eux-mêmes s'ils ont le Covid-19 avec des "autotests" en vente à partir de ce lundi 12 avril 2021 dans les pharmacies. Ils aideront à renforcer la lutte contre l'épidémie mais ne sauraient se substituer aux tests PCR effectués par des professionnels.

Autotest Covid-19  : Comment ça marche ?

Les tests à domicile se présentent sous la forme d'une sorte de coton-tige. On le passe dans son nez, on le place dans un tube rempli d'une solution et, si le test est positif, une bande colorée apparaît. Le résultat est rapide, moins d'une demi-heure.

Le principe de base est le même que pour les tests "antigéniques" jusqu'à présent effectués en pharmacie. Mais pour les autotests, il n'est pas nécessaire de fouiller aussi loin au fond de son nez.

Les autorités sanitaires françaises estiment qu'un test doit aller au moins à trois centimètres pour être efficace, bien que certains fabricants assurent qu'il n'y a qu'à rester à la surface des narines.

Comme l'ensemble des tests antigéniques, ils se distinguent, par ailleurs, des tests PCR, bien plus précis et réalisés en laboratoires: ce sont ces derniers qui servent de base au suivi de l'épidémie.

Où peut-on en acheter ?

Le ministère de la Santé vient d'autoriser par arrêté leur vente en pharmacie à partir de ce lundi. Les autotests "vont se déployer progressivement dans des milliers d'officines tout au long de la semaine", a indiqué le ministre Olivier Véran dans un entretien au Journal du dimanche.

Alors qu'il était question d'une vente en supermarchés, ce qui est par exemple le cas en Allemagne, elle sera finalement réservée aux pharmacies.

Le secteur revendiquait fermement cette exclusivité et le gouvernement a finalement accédé à leur demande, la justifiant par la nécessité de pouvoir disposer des conseils d'un professionnel de santé.

Combien ça coûte ?

Le prix est encadré: il ne pourra excéder 6 euros jusqu'au 15 mai, puis au-delà 5,20 euros. Mais la Sécurité sociale ne les remboursera pas, sauf dans quelques cas particuliers.

Ils seront ainsi délivrés gratuitement, sur justificatif et avec un plafond de 10 autotests par mois, aux salariés à domicile intervenant auprès de personnes âgées ou en situation de handicap, ainsi qu'aux proches accompagnant ces personnes.

Qui les fabrique ?

Sept kits sont pour l'heure homologués en France. Quatre sont produits par des groupes chinois, deux par la même entreprise suisse, Biosynex, et l'un par une société française, AAZ.

Y a-t-il un risque de pénurie ?

En Allemagne, les supermarchés ont été dévalisés dès le premier week-end d'autorisation, suscitant quelques critiques politiques.

En France, "les grossistes répartiteurs devraient disposer dès lundi d'un nombre d'autotests suffisant pour que les pharmaciens d'officine commencent à en délivrer aux patients", a assuré dans un communiqué une fédération de pharmaciens, la FSPF.

Quelle fiabilité ?

Un autotest doit être sensible à 80% pour être autorisé en France, ce qui laisse un risque élevé de ne pas être repéré même en étant porteur du virus.

Qui plus est, ces tests sont particulièrement peu sensibles pour les personnes sans symptôme, alors que c'est d'abord à ce public qu'ils sont destinés: en cas de symptôme, un PCR est la règle.

Quel intérêt contre l'épidémie ?

Les partisans des autotests y voient un moyen de mieux limiter la circulation du virus en donnant la main aux particuliers.

Les autotests "sont simples d'utilisation, ils donnent un résultat immédiat", contrairement aux PCR, et "peuvent être diffusés largement", énumérait en mars à l'Assemblée nationale le député Cyrille Isaac-Sibille (Modem).

Mais les autotests ne permettent pas aux autorités de suivre l'épidémie, contrairement aux tests par des professionnels qui font ensuite remonter les résultats.

En cas de résultat positif, un test PCR sera donc indispensable pour le confirmer et permettre ce suivi, insistent les autorités sanitaires.

En fin de compte, ces tests sont "un outil de plus", estimait en mars Jérôme Salomon, directeur général de la santé, y voyant d'abord le moyen "de se rassurer", par exemple avant de voir des proches.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.33
légère pluie
le 21/05 à 3h00
Vent
1.03 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
99 %