Pourquoi l'entreprise Créatech accueille des apprentis...

Publié le 06/07/2016 - 09:58
Mis à jour le 06/07/2016 - 12:06

Créatech, entreprise bisontine de dix salariés spécialisée dans la micromécanique, a pris sous son aile depuis 2 ans et demi un apprenti du CFAI de Besançon, Lucas Baekelandt. Elle va même s'occuper d'un deuxième à la rentrée de septembre 2016. Retour, dans cette période de baccalauréat et de choix d'avenir, sur les décisions qui ont mené les deux partis à coopérer

L'apprentissage en entreprise chez Créatech from maCommune.info on Vimeo.

Maître et Apprenti

Le directeur de Créatech, Denis Lyautey, explique clairement que les choix qui l'ont poussé à accepter au sein de son entreprise un apprenti "ne sont pas financiers." A l'inverse de l'emploi d'un salarié déjà qualifié, qui trahirait un besoin immédiat de main d'œuvre, la présence de Lucas "permet à un potentiel employé de se former à nos méthodes de travail, notre organisation." Le directeur souligne également qu'il "renforce la jeunesse de l'entreprise", un facteur qui lui paraît important dans une société aujourd'hui.

M. Lyautey note tout de même une contrainte à avoir un apprenti dans ses équipes : "il faut qu'il y ait, au moins au début, un tuteur qui soit disponible pour lui enseigner de vraies compétences. On ne veut pas en faire un presse-boutons, mais un vrai employé à part entière, et cela prend du temps" précise le directeur de l'entreprise.

Nicolas Daguey : "C'est du donnant-donnant"

Une situation qu'a vécu le tuteur de Lucas, Nicolas Daguey, responsable de l'atelier. "C'est sûr qu'avoir un apprenti demande un investissement conséquent. Le former, le guider, lui apprendre toutes les phases professionnelles de notre travail prend beaucoup de temps. Et il faut toujours faire attention à sa sécurité, on ne peut pas le laisser sur des projets trop dangereux." L'investissement en vaut tout de même la chandelle selon le tuteur. "Une fois ces contraintes passées, l'apprenti devient autonome. C'est vraiment une personne supplémentaire dans l'atelier. Au final, c'est du donnant-donnant, surtout avec un apprenti aussi motivé que Lucas" sourit le tuteur.

Et il est impossible pour lui de passer à côté de la satisfaction de transmettre son savoir-faire à un véritable apprenti dans un cadre favorable au jeune homme. "Mon premier stage avait été très décevant. Je ne voulais pas que Lucas ait à subir la même chose que moi. Je voulais le former et lui donner goût au monde professionnel. Je crois que l'objectif est atteint" réfléchit Nicolas.

Lucas Baekelandt : "Tout ça va m'être essentiel dans mes projets futurs"

L'objectif est en effet atteint selon Lucas, qui va continuer au sein de Créatech sa prochaine formation, un BTS CPRP de deux ans. "J'ai maintenant envie de travailler dans le domaine de la micromécanique" explique le jeune homme de 18 ans, qui a appris récemment l'obtention de son baccalauréat professionnel Technicien Usinage avec mention Bien. "Je vais changer de service, passer de l'usinage à la conception. Mais je vais toujours travailler dans le même domaine. Mon objectif serait de faire le produit de A à Z, de la conception à sa production" se projette l'apprenti.

Il précise cependant que toute son expérience, il la doit principalement à son tuteur. "Je n'avais pas l'impression d'être seulement un apprenti, mais aussi d'être utile. Il m'a consacré énormément de temps, m'a accompagné, m'a transmis son savoir, sa méthode de travail. Tout ça va m'être essentiel dans mes projets futurs" reconnaît Lucas, reconnaissant envers celui qui l'a guidé dans le monde professionnel.

A propos de Créatech

Créatech est une entreprise de micromécanique située à Besançon spécialisée dans la conception et production de pièces de précision destinées à l'horlogerie, au biomédical et un peu à l'aéronautique. Elle emploie dix salariés en août 2016, dont un apprenti. Elle a été créée en 1999, et réalise en 2014 un chiffre d'affaire d'un peu plus d'un million d'euros.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

cfai

CAP, Bac Pro, BTS… La rentrée est assurée au CFAI Franche-Comté

Jusqu'au 15 octobre 2017, les inscriptions sont ouvertes au CFAI Franche-Comté pour la rentrée 2017-2018. CAP, Bac Pro, BTS… Il reste pas moins de 255 contrats d'apprentissage à pourvoir. Nouveauté de la rentrée : la classe de seconde industrielle et ses multiples avantages.

Comment s’inscrire en apprentissage au CFAI Franche-Comté ?

Le CFAI Franche-Comté, Centre de formation d’apprentis de l’industrie, appartenant au Pôle Formation des industries technologiques membre du réseau UIMM, est à l’écoute des jeunes et des entreprises depuis plus de 35 ans. Il existe six centres de formation à travers la région (Exincourt, Vesoul, Belfort, Besançon, Dole et Gevingey) qui forment 1000 apprentis chaque année -à travers 31 formations par apprentissage en 3 CAP, 7 Bac Pro, 14 BTS et 7 diplômes d'ingénieur - et avec lesquels 600 entreprises partenaires collaborent. 

Études dans l’Industrie : « l’apprentissage utilise une pédagogie pour des jeunes qui ont une intelligence concrète »

Échec au baccalauréat, décrochage scolaire, pas d'idée d'avenir professionnel… Le CFAI Franche-Comté propose plusieurs possibilités de formations pour tous les niveaux dans l'industrie, un secteur dans lequel les offres d'emploi et d'apprentissage sont nombreuses. Actuellement, 477 offres de contrat d'apprentissage sont disponibles en Franche-Comté

L’industrie en fête au CFAI Franche-Comté à Besançon !

Mercredi 7 septembre 2016 de 10 heures à 18 heures, l'industrie sera en fête à Témis à Besançon. Un village d'une quarantaine de partenaires (intérim, formations, découverte des métiers, entreprises) accueillera les visiteurs. Des entreprises et des écoles (Femto-ST, Ensmm) ouvriront également leurs portes au grand public. Un second rendez-vous se déroulera le 21 septembre à Exincourt. 

Le CFAI Franche-Comté à Besançon ouvre une classe de seconde dès la rentrée !

Le CFAI Franche-Comté ouvre une classe de seconde dès la rentrée prochaine, le 3 octobre 2016 sur le site de Besançon. Contrairement aux autres formations proposées, il s'agira d'une classe à temps plein (sans alternance) dans laquelle seront accueillis les élèves de 3e ou des personnes ayant "décroché" du système éducatif souhaitant se remettre sur les rails de la formation. 

Orientation : et pourquoi pas l’industrie ?

Alors que la session 2016 du baccalauréat vient de démarrer, les six CFAI (centre de formation des apprentis de l'industrie) de Franche-Comté s'associent afin de promouvoir les 33 formations d'avenir existantes du CAP au niveau ingénieur. Dans la région, 500 postes sont proposés tous les ans, mais 150 à 250 ne sont pas pourvus.

Economie

Plan de relance « agriculture et agro-alimentaire » : 11 appels à projet déjà ouverts en Bourgogne Franche-Comté

Une réunion s'est déroulée entre des acteurs de l'agro-alimentaire et de l'agriculture de Bourgogne Franche-Comté le 22 janviers 2021 pour "souligner la pleine articulation entre les différents dispositifs Etat/Région" dans le cadre du plan de relance "agriculture et agro-alimentaire". Onze appels à projets ont été ouverts.

Une visite virtuelle personnalisée à 360° des commerces de Besançon

PUBLI-INFO • Pour donner un coup de pouce aux commerçants en ces temps difficiles, l'Union des commerçants de Besançon leur propose une solution marketing innovante leur permettant de gagner en visibilité et de se démarquer de leurs concurrents : la visite virtuelle à 360° en 3D… Découverte.

Sondage – Pensez-vous partir à la montagne pendant les vacances de février ?

Les nouveaux variants de la covid-19, un possible reconfinement et pas de réouverture des remontées mécaniques des stations de ski prévue n'encouragent pas les Françaises et les Français à prévoir des vacances au ski en février prochain. Pour autant, certains gardent la ferme intention d'y aller pour se promener, changer d'air, tester la raquette... Et vous, pensez-vous partir à la montagne pendant les vacances de février ? C'est notre sondage de la semaine...

Une nouvelle offre régionale de formation pour les personnes éloignées de l’emploi

Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté chargée de la formation professionnelle, a réuni le 19 janvier 2021 l’ensemble des partenaires de la formation pour lancer officiellement la nouvelle offre régionale de formation destinée aux personnes très éloignées de l’emploi : le Dispositif Amont de la Qualification (DAQ) 2.0.

L’entreprise Sophysa prévoit un nouveau bâtiment de 5.700 m2 d’ici 2022 à Temis

Sophysa : un nouveau bâtiment de 5.700 m2 d'ici 2022 à Temis • Spécialisée en valves neurologiques et en systèmes de monitoring de la pression intracrânienne, l'entreprise est installée depuis 2007 sur le site de Temis à Besançon. Cette dernière a prévu de s'agrandir avec la construction d'un second bâtiment de 5.700 m2, apprend-on ce mois de janvier 2021. Objectif ? "Tripler la capacité de production", selon Philippe Nègre, dirigeant de Sophysa.
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.19
légère pluie
le 28/01 à 18h00
Vent
5.56 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
97 %

Sondage