De la fourche à la fourchette, "pour responsabiliser les jeunes à des pratiques alimentaires saines et respectueuses de l’environnement" à Besançon

Publié le 31/01/2019 - 16:02
Mis à jour le 31/01/2019 - 16:09

Interview • Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et Cyril Devesa, adjoint au maire chargé de la santé, de l’hygiène et de la sécurité agroalimentaire, ont présenté « De la fourche à la fourchette, la santé en cuisinant »jeudi 31 décembre 2019, un projet élaboré avec la MJC Palente. Cyril Devesa répond à nos questions…

Cantine à Besançon. © Damien P.
Cantine à Besançon. © Damien P.

maCommune.info : Le projet "De la fourche à la fourchette, la santé en cuisinant", qu'est-ce que c'est ?

Cyril Devesa : "Elles permettent notamment de sensibiliser et de responsabiliser les jeunes et les adultes à des pratiques alimentaires saines et respectueuses de l’environnement, mais aussi de transmettre des repères nutritionnels appropriés. Notamment pour des raisons de profit certains ont fait évoluer l’alimentation des Français. L'élevage, la production, la transformation, la conservation, la tentation permanente associée à l’augmentation de la sédentarité favorisent le surpoids et l’obésité, à l’origine de nombreuses pathologies.

La Direction Hygiène Santé de la Ville de Besançon, actrice locale de politique préventive de santé publique, accorde une importance particulière à cette réalité qui relève d’une injustice sociale. En effet, pour des raisons d’environnement économique, culturel et informatif, le surpoids et l’obésité affectent en premier lieu des personnes au statut socio-économique faible.

C'est un parcours composé de six modules (connaissance des saisons et de la production ; atelier du goût ; atelier de cuisine ; découverte de la cuisine du monde ; équilibre alimentaire ; lutte contre le gaspillage) proposé à un public test à savoir des classes de CM de Clairs Soleils et des volontaires bénéficiant d'un accompagnement social." 

mC : Comment est-il né ?

Cyril Devesa : "J'ai inscrit le projet de travailler sur le rapport à l'alimentation, le gaspillage, le surpoids, etc. dans ma feuille de route du mandat. Je d'abord rêvé d'une cuisine éducative pouvant accueillir des publics très variés, sur des approches et des temps adaptés. La raison (financière) nous a incités à démarrer une expérience plus mesurée en nous appuyant sur des lieux existants. Nous avons réfléchi avec ma collègue Claudine Caulet, CMD restauration scolaire. Nous avons associé la MJC Palente pour porter techniquement le projet. La construction s'est faite en lien entre la nutritionniste de la DHS et les partenaires intervenants. Nous avons souhaité associer le CCAS pour nous adresser à des personnes bénéficiant d'un suivi."

mC : Quels sont ses objectifs ?

Cyril Devesa : "Les objectifs sont nombreux. Sensibiliser sur l'origine de la nourriture, son exploitation, l'élevage, l'origine, les composants..., éveiller au goût et créer le plaisir de manger, faire soi-même pour valoriser et inciter à produire maison, transmettre les notions d'équilibre alimentaire et décortiquer les messages publicitaires, découvrir d'autres cultures, et inciter aux bons gestes anti-gaspillage."

mC : Quand et où sera-t-il mis en œuvre ?

Cyril Devesa : "Le premier test a été mené en 2018 auprès de deux classes de CM. Nous reconduisons cette année auprès de classes, de personnes suivies par le CCAS et de l'école de production. Nous nous sommes inspirés des très beaux parcours culturels de la ville et souhaitons pour la suite que les moyens soient mis en œuvre pour démultiplier cette nécessaire formation."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.88
légère pluie
le 25/04 à 12h00
Vent
3.38 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
56 %