Détenu tué sur l'A35 : le gendarme obtient le statut de témoin assisté

Publié le 29/08/2014 - 08:54
Mis à jour le 15/04/2019 - 12:02

Un gendarme ayant tué un détenu durant son escorte sur l'autoroute A35 près de Colmar a obtenu le statut de témoin assisté dans cette affaire, contrairement aux réquisitions du parquet qui demandait sa mise en examen, a-t-on appris jeudi 28 août de son avocat.

1213717914_gendarmerie_004.jpg
Image d'illustration ©carvy
PUBLICITÉ
« Le juge n’a pas prononcé la mise en examen demandée par le procureur et conféré le statut de témoin assisté » au gendarme, a précisé son avocat, Me Thierry Moser.
« Dans l’esprit du juge il y a donc très peu d’éléments à charge (contre le gendarme), voire aucun » a-t-il ajouté, se disant « très heureux de ce résultat« .
Le procureur de Colmar Bernard Lebeau avait requis sa mise en examen pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner« , avec la circonstance aggravante que ces violences avaient été commises par un dépositaire de l’autorité publique. Ces qualifications faisaient risquer au gendarme jusqu’à 30 ans de prison.
Mardi après-midi un détenu de 23 ans a été tué par le gendarme sur l’A35, alors qu’il avait été extrait de sa cellule à Strasbourg pour être entendu par un juge d’instruction à Colmar dans une affaire de vols à main armée.
Selon le procureur, le détenu a soudainement agressé la gendarme assise avec lui à l’arrière et « voulait à toute force lui prendre son arme de service« . Le gendarme conducteur a alors arrêté le véhicule sur la bande d’arrêt d’urgence, puis tenté de maîtriser le détenu avec son bâton de défense.
Tandis que l’homme et la gendarme luttaient pour s’emparer de l’arme à feu, tombée sur le bitume, le gendarme a décidé de tirer pour neutraliser l’agresseur, estimant qu’il y avait un « péril imminent pour lui et sa collègue », selon le procureur.
« L’obtention d’un non-lieu est chose possible parce que je pense que la légitime défense est constituée« , a réagi Me Thierry Moser, l’avocat du gendarme mis en cause.
Pour l’avocat de la victime, Me Renaud Bettcher, « il faut que cette instruction, comme d’autres, soit un message lancé aux forces de l’ordre pour leur dire qu’elles ne peuvent pas rester dans l’impunité« .
(Source AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.13
ciel dégagé
le 14/10 à 3h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1014.8 hPa
Humidité
88 %

Sondage