Deuxième tour de l'élection municipale : les réactions s'enchaînent à Besançon...

Publié le 23/05/2020 - 19:48
Mis à jour le 23/05/2020 - 19:48

Plusieurs candidats du premier tour de l'élection municipale de Besançon et des élus ont souhaité réagir suite à l'annonce du Premier ministre indiquant un deuxième tour des municipales le 28 juin prochain.

 © ALF
© ALF

Après avoir d'abord brigué l'investiture LREM, c'est finalement sous la liste sans étiquette "Ensemble !" , soutenue par le maire sortant qu'Alexandra Cordier s'était présentée à l'élection pour la mairie de Besançon. Elle avait recueilli à l'issue du premier tour 4,5% des voix. Voici sa réaction :

Yves-Michel Dahoui, adjoint en charge de l'éducation à la Ville de Besançon :

"La décision d'organiser les élections municipales le 28 juin est une absurdité. On restreint l'accès à tout sauf aux urnes.... Entre ceux qui sont pressés de remporter la victoire et ceux qui sont pressés d'en finir pour préparer les prochaines élections présidentielles l'intérêt du peuple apparaît accessoire.... Pourtant à au moins deux reprises dans l'histoire récente ( municipales et cantonales) les élections avaient été reportées d'un an pour des motifs moins graves et impérieux qu'aujourd'hui !... On ne peut que s'interroger sur la sincérité d'un scrutin pour lequel ne se déplaceront pas les personnes à risques dont, notamment, les personnes âgées. Il est très probable que les recours se multiplieront.... Un sondage vient en outre de constater qu'une large majorité des Français était hostile à la date du 28 juin... Mais qui se soucie de leur avis ? "

Pour la liste BesanPlusieurs candidats du premier tour de l'élection municipale de Besançon et des élus ont souhaité réagir suite à l'annonce du Premier ministre indiquant un deuxième tour des municipales le 28 juin prochain.çon Verte et Solidaire menée par Claire Arnoux et soutenue par la France Insoumise (qui a récolté 8% des voix lors du premier tour de l'élection municipale de Besançon) le constat est clair :

"Edouard Philippe annonce un second tour des élections municipales le 28 juin prochain (tout en précisant que c’est une décision réversible). Pour que la campagne ne soit pas « un facteur de circulation du virus », il faudrait « privilégier les campagnes numériques ». Or, une élection ne se résume pas à l’organisation d’un jour de scrutin. Une élection est la possibilité pour les citoyennes d’être informées des diverses offres politiques, de débattre, de faire porter leur parole ; une campagne doit permettre d’entraîner la conviction.  Or nous savons toutes et tous que les campagnes numériques ne touchent que par cercles de proches.

L’exécutif continue une fuite en avant suite à son « péché originel », à savoir le maintien du premier tour en pleine épidémie, alors que tous les signaux d’alarme étaient au rouge. L’abstention avait été importante le 15 mars dernier. Qu’en sera-t’il si le deuxième tour a lieu le 28 juin, quand un sondage indique que seules 27% des Françaises sont favorables à cette date ? Quelle sera la représentativité d’une telle élection ?

Et comment avoir confiance en ce gouvernement, qui depuis le début de cette crise n’a cessé de montrer son improvisation, son incompétence et s’est distingué par des mensonges répétés notamment concernant les masques (inutiles, obligatoires, jamais en pénurie…) ? La tenue de ce second tour dans de telles conditions pose de réels problèmes démocratiques. Une élection ne devrait jamais être une formalité administrative à accomplir au plus vite."

Jean-Philippe Allenbach, candidat pour la liste "Les Régionalistes" a obtenu  2% des voix à l'issue du premier tour de l'élection municipale de Besançon. Voici sa réaction transmise par communiqué :

"Le scrutin a été largement  faussé  du fait de l’appel à rester chez soi lancé par le gouvernement juste avant le scrutin, avec pour conséquence directe une abstention à plus de 50%  des électeurs de plus de 50 ans. Et ce, largement au détriment du candidat régionaliste qui  avait constaté lui-même sur le terrain que c’était précisément cette catégorie de l’électorat  qui était la plus favorable à ses idées

Pour le 2ème tour, il appelle à ne voter en aucun cas pour Anne Vignot car incarnation même de l’écologie la plus radicale et la plus intrusive.

Et, en plus,  soutenue par  cette vieille alliance « écolo-socialo-communiste »  au pouvoir dans la ville depuis plus de 20 ans et donc pleinement responsable du  bilan désastreux, notamment sur les plans démographique, économique, et sécuritaire. Sans oublier la perte par Besançon de son statut de capitale régionale.

Et enfin dont le programme visant à  concentrer au maximum les habitants dans des immeubles collectifs et les transports en commun apparaît aujourd’hui comme  particulièrement obsolète au vu du nouvel impératif sanitaire de distanciation sociale.

Étant en excellents termes à la fois avec Ludovic Fagaut et Eric Alauzet, il va par ailleurs œuvrer activement et sans plus attendre à la constitution  d’une alliance réunissant  républicains, macronistes et régionalistes, dans une liste d’ « Union pour Besançon » laquelle, à son avis,  "ne fera qu’une bouchée" de la vieille alliance naphtalineuse « écolo-socialo-communiste ».

Mieux vaut partager le pouvoir, que se retrouver dans l'opposition ! "

1 Commentaire

Quelle légitimité a cette brave dame pour donner son avis ?
Publié le 22 mai 2020 à 17h46 par grlulu • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach "inéligible" pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Politique

Régionales en Bourgogne Franche-Comté : les candidats et la fusion des régions

Depuis 2015, la Bourgogne et la Franche-Comté font destin commun. Une fusion qui n'est pas pour autant acceptée par tous les habitants. Certains y voient une perte d'identité et de visibilité. Comment les candidats aux élections régionales voient-ils cette rivalité entre les deux ex régions et entre Besançon et Dijon ?

Régionales et Départementales 2021 : déplacement de trois bureaux de vote à Besançon

Dans le cadres des élection régionales et départementales de 20 et 27 juin 2021, la Ville de Besançon a essayé de maintenir les bureaux de vote à leur adresse habituelle mais trois d’entre eux ont dû être déplacé. Ces élections ont la particularité d’être un double scrutin simultané et nécessitent une organisation particulière, le nombre de bureau de vote passant de 68 à 136.

Poutine salue un sommet « constructif » avec Biden mais n’annonce rien

Le président russe Vladimir Poutine a jugé mercredi 16 juin 2021 que son premier sommet avec son homologue américain Joe Biden avait été constructif, "sans animosité", mais n'a pas annoncé d'initiative concrète. Les deux hommes se sont retrouvés à Genève pour essayer d'apaiser les tensions très fortes entre les deux pays.

Régionales en Bourgogne-Franche-Comté : quel candidat répond le mieux à l’urgence climatique ?

+ Réaction EELV • Le Réseau Action Climat a publié ce jeudi 17 juin une analyse des programmes des quatre principaux candidats pour la Région Bourgogne-Franche-Comté, au regard de leurs propositions pour faire face à l’urgence climatique et sociale. Alors que Marie-Guite Dufay (PS-PCF) et Denis Thuriot (LREM) proposent "des programmes insuffisants", Gilles Platret (LR) et Julien Odoul (RN) "sont largement à la traîne et ne tiennent visiblement pas compte de l’urgence climatique", selon l'étude.

Régionales 2021 : Gabriel Attal à Besançon en soutien au candidat LREM

Pour remplacer la venue de Jean Castex, c'est le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal qui vient soutenir Denis Thuriot, candidat de la majorité présidentielle aux élections régionales en Bourgogne Franche-Comté lors d'un meeting à Besançon ce vendredi 18 juin 2021. Une dizaine de gilets jaunes se sont rendus sur place afin d'attendre l'arrivée du porte-parole du gouvernement.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.45
nuageux
le 20/06 à 12h00
Vent
3.56 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
22 %

Sondage