Don du sang : "la situation reste très difficile", selon l'EFS

Publié le 08/06/2022 - 16:30
Mis à jour le 08/06/2022 - 15:41

Impacté par la crise sanitaire, l'établissement français du sang (EFS) se trouve toujours dans une "situation très difficile" et espère renouveler ses stocks en juin, avant une période d'été pendant laquelle il est plus difficile de mobiliser les donneurs.

Archives - Don du sang  © Hélène Loget
Archives - Don du sang © Hélène Loget

L'établissement "continue à vivre les effets de la crise, les conséquences de la pandémie", a souligné mardi son président François Toujas, à l'occasion de la journée mondiale des donneurs de sang.

Annulations de collectes en entreprises et en universités, plus faible mobilisation des donneurs, difficultés de recrutement de personnel médical...: la crise sanitaire a considérablement affecté la collecte de sang.

"Aucun patient n'a manqué de poche de sang sur la période, mais cela a parfois été très tendu", a rappelé Hervé Meinard, directeur de la collecte, avec des périodes de stock "au plus bas", comme en février.

A l'approche de l'été, l'EFS voudrait "augmenter de 30.000" les poches de sang, pour approcher les 110.000 poches en stock, afin d'aborder la période estivale "dans des conditions moins difficiles", même si des collectes seront organisées sur les lieux de vacances des Français.

L'EFS a par ailleurs annoncé préparer un "plan plasma" afin d'accroître ses capacités d'approvisionnement au laboratoire français des biotechnologies (LFB), qui fabrique des médicaments dérivés du sang ou du plasma.

Le plasma est la partie liquide du sang dans laquelle circulent les cellules sanguines (globules rouges, globules blancs et plaquettes). Il contient des protéines d'un intérêt thérapeutique majeur pour les patients.

Personnes en réanimation ou en déficit immunitaire, grands brûlés, hémophiles... de très nombreux patients sont soignés chaque année grâce aux médicaments produits à partir des protéines extraites du plasma ou directement par des transfusions.

L'EFS se fixe un objectif "ambitieux": augmenter les prélèvements de 500.000 litres sur cinq ans. "Nous voulons mieux prendre en charge les patients, défendre notre modèle éthique et améliorer notre souveraineté sanitaire", a expliqué Cathy Bliem, directrice générale de la chaîne transfusionnelle, thérapies et développement. "Cela va nécessiter des investissements importants et un fort soutien de l'Etat", a-t-elle ajouté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.8
légère pluie
le 04/03 à 9h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
93 %