Quand un patient demande à mourir : une étude menée depuis 2014 en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 23/05/2018 - 12:23
Mis à jour le 23/05/2018 - 14:35

Les états généraux de la bioéthique viennent de s’achever. Le Comité consultatif national d'éthique s'apprête à rendre en juin son rapport de synthèse pour aider l'exécutif à rédiger à l'automne un projet de loi de bioéthique. Il sera, entre autres, question de l'euthanasie. Dans la région l'étude DESA (demandes d'euthanasie et de suicide assisté) est portée par le CHRU de Besançon.

Choisir sa fin de vie ?

PUBLICITÉ

Régis Aubry est le chef du Pôle autonomie handicap du CHU de Besançon. Il conduit avec Aline Chassagne, Florence Mathieu-Nicot et Elodie Cretin, chercheures au CHU de Besançon, l’étude DESA visant à vise à décrire, caractériser et comprendre les demandes d’euthanasie, afin d’aider les professionnels et les proches dans l’accompagnement des patients en fin de vie.  

  • Menée depuis 2014 dans 11 unités de soins palliatifs en Bourgogne Franche-Comté et à Paris, l’étude porte sur les demandes d’aide à mourir explicitement exprimées par les patients. 

L’étude s’est appuyée sur 86 entretiens, réalisés en 2014 et 2015, auprès des malades demandeurs, de leurs proches et des soignants qui ont recueilli leur demande. Ces entretiens ont été conduits et répétés à différents moments au cours des deux semaines suivant la demande.

Ces entretiens mettent en évidence que la demande intervient à un moment bien particulier de la maladie, lorsque le rapport au corps est bouleversé et que le malade sait sa fin proche.

« Si donner la mort à autrui est interdit en France, le désir de mort est parfois exprimé par des personnes en fin de vie. L’analyse de cette parole n’avait jusqu’alors jamais fait l’objet d’une recherche en France » indique le CHRU de Besançon. « L’étude a permis d’analyser 31 demandes d’aide à mourir sur une période d’un an. Les patients rencontrés – 76 ans en moyenne – étaient principalement atteints de maladies néoplasiques et dans la plupart des cas, conscients de la proximité de leur mort« .

La demande d’euthanasie n’est « pas figée » 

Pourquoi souhaite-t-on mourir ? L’étude montre que les motivations sont davantage liées à la souffrance engendrée par la perte d’autonomie qu’à l’inconfort ressenti à ce moment-là. La mort est alors perçue comme une délivrance. « Les demandes d’euthanasie ou de suicide assisté prennent appui sur les représentations qu’ont les patients des conditions de la mort qu’ils jugent acceptables ou non » soulignent les chercheurs.  « Cependant, la demande d’euthanasie n’est pas nécessairement figée, bien au contraire : les demandes évoluent et se transforment. Parfois elles ne réclament plus l’intervention d’un tiers ou, plus rarement, elles ne sont pas répétées« .

Les interactions avec l’entourage, familial et soignant, et les évènements au cours de la maladie participent souvent à ces évolutions. « Pendant que les demandes varient, les patients sont souvent en prise avec un sentiment d’ambivalence, intrinsèque au désir de mort« .

Maitrise de sa vie, maitrise de la mort.

L’étude met en lumière que le désir d’euthanasie est fréquemment lié à la conception de l’autonomie. Les chercheurs émettent l’hypothèse que l’affirmation du souhait de mourir exprime aussi, pour certains patients, l’affirmation de leur autonomie et la volonté de conserver une part de maîtrise de leur vie. « Formuler une demande d’euthanasie est « une manifestation de soi », c’est aussi une manifestation de vie« . 

Info + 

Ciné-débat « Choisir sa fin de vie ? » 

Ciné-débat organisé par Régis Aubry, Aline Chassagne, Florence Mathieu-Nicot et Armand Dirand autour des questions posées par la fin de vie des malades. 

  • Vendredi 15 juin 2018 à 14h au Petit Kursaal à Besançon.

Débat animé par Régis Aubry , chef du pôle « autonomie et handicap » du CHU de Besançon et membre du Comité consultatif national d’Éthique,  et Danièle Leboul , psychologue à la maison médicale Jeanne Garnier, Paris. 

Le débat sera introduit par la projection du film d’Anne Kunvari « Le moment et la manière », qui retrace les derniers mois de vie de son amie Anne atteinte d’un cancer. La discussion qui s’ensuivra – ouverte à tous et en présence de la réalisatrice – sera alimentée, outre le film, par les résultats d’une recherche portant sur les «demandes d’euthanasie et de suicide assisté » (DESA) formulées par les malades en fin de vie2, portée par le CHU de Besançon et inscrite dans un axe de recherche à la MSHE Ledoux (Université de Franche-Comté).

Régis Aubry est chef du Pôle autonomie handicap du CHU de Besançon et membre du Conseil consultatif national d’éthique ; 

Aline Chassagne est sociologue au CHU de Besançon et chercheure associée au LASA (laboratoire de sociologie et d’anthropologie) de l’UFC. 

Florence Mathieu-Nicot est psychologue au CHU de Besançon et chercheure associée au Laboratoire de psychologie de l’UFC. 

Armand Dirand est philosophe à l’Espace de réflexion éthique Bourgogne Franche-Comté.

*L’étude DESA est soutenue par le CHU de Besançon, la Fondation de France, le Défenseur des droits et la Fondation Bettencourt Schueller.


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Pose de prothèse de genou en ambulatoire : la clinique Saint Vincent précurseur en Franche-Comté

Vidéo • La clinique Saint Vincent de Besançon est le seul établissement de Franche-Comté à proposer depuis 2017  la pose d'une prothèse de genou chirurgie ambulatoire avec un retour à domicile le jour même de l'opération. Auparavant, cette intervention nécessitait près de 10 jours d'hospitalisation. Comment est-ce possible ? Rencontre avec Valérie Fakhoury, la directrice de la clinique Saint Vincent et avec les chirurgiens orthopédiques d'un patient juste avant son opération.

Méningite à Dijon : une nouvelle campagne de vaccination pour les 17-24 ans

Après deux cas de méningite mortels fin 2016 et une vaste campagne de vaccination à l'université, la maladie est réapparue à Dijon, faisant un mort. Les autorités sanitaires ont lancé en septembre 2018 une nouvelle campagne de vaccination. Ce mois de février 2019, l'ARS (agence régionale de Santé) souhaite une nouvelle fois mettre en avant la vaccination. La campagne prendra fin en mars prochain.

Lanceurs de balles de défenses : un neurochirurgien de Besançon lance une pétition…

Le professeur Laurent Thines, neurochirurgien au CHRU de Besançon, a lancé une pétition qui a recueilli plus de 82 000 signatures ce 1er février 2019. Lancée il y a deux semaines, cette dernière a pour but d'alerter sur les dommages causés par les lanceurs de balles de défense(LBD) utilisés lors des manifestations en France.

De la fourche à la fourchette, « pour responsabiliser les jeunes à des pratiques alimentaires saines et respectueuses de l’environnement » à Besançon

Interview • Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et Cyril Devesa, adjoint au maire chargé de la santé, de l'hygiène et de la sécurité agroalimentaire, ont présenté "De la fourche à la fourchette, la santé en cuisinant"jeudi 31 décembre 2019, un projet élaboré avec la MJC Palente. Cyril Devesa répond à nos questions…

Energy Slim à Besançon, pour mincir naturellement grâce à la digitopuncture, au coaching et à un rééquilibrage alimentaire

Publi-info • Envie de perdre du poids pour retrouver forme et bien-être ? Oubliez les régimes classiques et inefficaces. Energy Slim propose un programme complet qui a fait ses preuves. Il allie digitopuncture, coaching et contrôle de l'alimentation. Delphine Huet, professionnelle de la minceur, vous accueille dans son cabinet détente et cosy, place de la Révolution à Besançon.

17.173 nouveaux cas de cancer tous les ans en Bourgogne Franche-Comté dont 57% chez l’homme

Cartographie des cancers • 17.173 nouveaux cas de cancer apparaissent chaque année dans la région, selon Santé Publique France* qui a étudié l'évolution des types de cancer par zone géographique de 2007 à 2016.  Le nombre de cas en Bourgogne-Franche-Comté ne se distingue pas par rapport à la moyenne nationale malgré quelques spécificités et notamment une sous-incidence* et donc moins de nouveaux cas dans la région pour le cancer du sein, colorectal et du poumon chez les femmes.

Fermeture de services à l’hôpital de Saint-Claude : la mairie des Hauts de Bienne organise un référendum

Pour soutenir l’action du Comité de Défense et de Soutien de l’Hôpital de Saint-Claude, la municipalité des Hauts de Bienne a souhaité organiser sur son territoire un référendum d’initiative populaire dont la question est : "Êtes-vous pour la réouverture de la maternité, de la pédiatrie et du service de chirurgie suivie d’hospitalisation au Centre Hospitalier Louis Jaillon de Saint-Claude ?" Il se déroulera le 26 janvier 2019.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.35
ciel dégagé
le 19/02 à 3h00
Vent
4.41 m/s
Pression
997.9 hPa
Humidité
79 %

Sondage