Fermeture de la prison de Lure : les annonces en "demi-teinte" de Christiane Taubira

Publié le 11/11/2014 - 10:54
Mis à jour le 11/11/2014 - 11:11

La ministre de la Justice a reçu une délégation d'élus ce lundi 10 novembre 2014 en soirée  pour aborder le sujet délicat de la fermeture de la prison de Lure. Christiane Taubira a déclaré qu'elle se rendrait prochainement en Haute-Saône. En attendant, rien n'est acté…

09DSC_3521.JPG
Christiane Taubira, ministre de la justice et garde des sceaux ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

L’inquiétude est perceptible à Lure. Lundi matin (10/11/14), 150 personnes se sont retrouvées devant la maison d’arrêt ppur protester contre la fermeture de l’établissement pénitentiaire.

Le soir même une délégation était reçue à Paris par la garde des sceaux. L’entretien a duré un peu plus d’une heure. Une délégation composée du maire de Lure Éric Houlley, du député PS Jean-Michel Villaumé, du sénateur UMP maire de Luxeuil Michel Raison, de l’adjoint au maire de Lure Stéhapne Fréchard et de Denis Mettetal pour l’association des usagers des services publics a été reçu en soirée par la ministre de la Justice. 

À la lecture du communiqué commun des élus (à l’exception du député PS Vuillaumé), on imagine la teneur de l’entretien. Bien sûr, la ministre est sensible aux arguments des élus et reconnaît le préjudice subi par le territoire Luron. D’ailleurs, Christiane Taubira propose à court terme « des modalités de compensation des pertes de dotation globale de fonctionnement pour les collectivités concernées« . Elle s’engage par ailleurs à maintenir le service local pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP). 

Une nouvelle unité carcérale à Lure ? 

En revanche, elle ne revient évidemment pas sur sa décision « justifiée » par les rapports techniques des experts qui mettent en jeu la sécurité de l’établissement. Quant à la question de la présence d’une nouvelle unité carcérale, les réponses ne sont pas à la hauteur des attentes des élus.  » La ministre souhaite en examiner les conditions techniques et budgétaires » Traduction : je ne peux pas vous répondre. 

La mobilisation continue

La délégation a bien reçu le message et fait une synthèse objective de la rencontre : « De cet entretien constructif, il ressort que rien n’est acquis. La mobilisation demeure plus que jamais nécessaire pour que Lure reste une ville d’implantation pénitentiaire. »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.95
légère pluie
le 18/10 à 21h00
Vent
1.31 m/s
Pression
1012.9 hPa
Humidité
93 %

Sondage