"Fermetures" des établissements scolaires : comment vont se dérouler ces prochaines semaines pour les élèves ?

Publié le 13/03/2020 - 18:34
Mis à jour le 24/03/2020 - 12:32

Suite à l’annonce du chef de l’État, jeudi soir de la « fermeture » des écoles, collèges et lycées du pays, le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, a convoqué la presse vendredi 13 mars pour donner des détails quant au déroulement de ces prochaines semaines pour les élèves et leurs parents.

D'emblée, Jean-François Chanet a insisté sur le fait que le mot "fermeture" est à mettre en guillemets puisque "le service public de l'Éducation nationale, qui est le plus grand service public de la nation, continue sous des modalités différentes, il ne s'interrompt pas (…) ce ne sont pas des vacances." Il ajoute qu'il s'agit plutôt d'une "cessation de l'activité d'accueil des élèves".

Selon le recteur, le premier défi sera lundi matin avec deux difficultés :

  • "Réussir lundi à faire ce qui nous est demandé, qui n'est pas simple, et qui comprend des nuances"
  • "L'installation dans une certaine durée dont nous ne connaissons pas le terme".

"Il est évident que lundi, nous ne pouvons pas attendre, il serait déraisonnable d'attendre que tout marche à la perfection partout et pour tout le monde" précise Jean-François Chanet. "Personne ne peut exiger cela, même si nous nous y sommes préparés depuis plusieurs jours si ce n'est plusieurs semaines."

Enseignants, agents, chefs d'établissements… Tout le monde à son poste ! 

Puisqu'il ne s'agit pas d'une "fermeture" pure et simple des établissements, les personnels enseignants et administratifs travailleront. "Les chefs d'établissement seront à leur poste, les agents seront à leur poste et les enseignants seront et doivent être à leur poste", souligne le recteur.

Leur poste peut être, "là où c'est le plus utile", devant un ordinateur chez soi à assurer la continuité d'un service pédagogique distancié, soit dans les établissements pour profiter des outils numériques à disposition. "Il y aura une continuité du service y compris dans les établissements : je ne dis pas que les professeurs vont tous faire leurs heures de service, même s'ils n'ont pas d'élèves, je dis qu'il faudra un service minimum qui exigera la présence des enseignants et des professionnels selon des modalités variables." Il ajoute que "se posera également à eux la question de la garde de leurs propres enfants en tant que parent d'élèves." 

Les établissements accueilleront certains élèves…

"Il faudra que lundi, pour tous les personnels soignants qui n'auront pas trouvé de solution de garde pour leurs enfants, soit assuré l'accueil de leurs enfants", a précisé Jean-François Chanet. L'identification des besoins est en cours.

Comment poursuivre la continuité pédagogique ?

L'idée de la continuité pédagogique est de "maintenir du lien éducatif, social et affectif afin d'éviter l'isolement et une inquiétude supplémentaire à cette situation déjà anxiogène", a déclaré Nathalie Découlet, déléguée régionale au numérique pour l'éducation. Le plan de continuité pédagogique "a été préparé au plus près du terrain et on sait sur quels leviers agir et sur lesquels il va falloir porter une attention particulière", ajoute-t-elle.

La première intention de l'éducation nationale est portée sur les familles "éloignées" de l'école. "Il ne s'agit pas d'avoir un enseignement nouveau au cours duquel on perdrait des élèves, surtout pas !" souligne Nathalie Découlet. Des fiches contact des parents ont été réalisées par les chefs d'établissement. "On pense à tous ceux que l'on pourrait perdre du fait de cet évènement, on pense aussi aux familles qui n'ont pas accès aux supports numériques ou qui ont un débit faible chez eux, on met donc en place des systèmes pour que les élèves qui ne puissent pas avoir des cours à distance et puisse récupérer les leçons par tous les moyens de communication possibles, y compris par téléphone : le contact est essentiel, le retour sur ce qu'ils vont faire est également essentiel." Les éléments de cours peuvent également être récupérés dans les établissements.

Pour les élèves en maternelle : le lien avec la famille sera effectué pour "conseiller des jeux de manipulation à faire à la maison par exemple, il est évident que ces enfants ne vont pas rester 4 heures derrière un écran", souligne Nathalie Découlet.

Le dispositif "Ma classe à la maison" du CNED est également un support de cours avec des exercices en ligne pour les classes de la grande section de maternelle à la terminale. Les enseignants s'organiseront avec leurs élèves.

Les classes virtuelles à distance via la plateforme du CNED seront également proposées par des enseignants.

Les élèves auront des devoirs à faire et à rendre qui pourront être évalués, "mais les conditions d'évaluation seront différentes", précise Nathalie Découlet.

Et pour le bac, comment ça va se passer ? 

Pour le recteur, "ça va dépendre en grande partie de la durée de la période dans laquelle nous entrons. Il a été dit par l'Éducation nationale qu'il fallait envisager que cette durée aille jusqu'aux vacances de printemps, et encore faudrait-il bien définir quelles zones seront concernées… Il est certain qu'il y aura des aménagements à apporter, des assouplissements viendront, mais il est encore trop tôt pour les préciser."

Du jamais vu, y compris pendant la Première Guerre mondiale 

Le recteur, historien de profession, a déclaré que la situation que vit l'Éducation nationale aujourd'hui est "inédite" en France, "même pendant la Première Guerre mondiale, dont nous savons que la mobilisation des enseignants en 1914 massive avait dû être tant bien que mal remplacée, les écoles n'ont jamais fermé."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Education

UTBM : 50 heures pour créer un court-métrage lors du festival Film d’un jour

Organisé par les étudiants de l’université de technologie de Belfort-Montbéliard, la 19e édition du festival Film d’un jour revient cette année dans l’Aire urbaine pour une 19e édition du 9 au 11 mai 2024. Durant ce festival, les étudiants sont réunis autour d’un même objectif commun, parvenir à créer un court métrage de A à Z en 50h maximum.  

Une équipe UTBM en finale nationale des Entrep’

L’équipe Modul’ de l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) a décroché la victoire au concours des Entrep’ de Franche-Comté face à 17 autres équipes de la région. En promouvant une nouvelle définition de la productivité axée non pas sur l'augmentation des heures de travail, mais sur leur optimisation, apprend-on mercredi 24 avril 2024.

Gabriel Attal appelle la Nation à se mobiliser contre la violence des jeunes

+ Nouvelles mesures • "Mobilisation générale" et "sursaut d'autorité", Gabriel Attal a promis une réponse rapide de son gouvernement, avant l'été, à l'"addiction à la violence" d'une partie de la jeunesse, lors d'un déplacement jeudi 18 avril 2024 dans la ville de Viry-Châtillon (Essonne) pour son centième jour à Matignon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.26
pluie modérée
le 18/05 à 18h00
Vent
1.27 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
65 %