Hacking Health à Besançon : "Il se passe quelque chose de magique ici" selon le fondateur

Publié le 18/10/2019 - 18:47
Mis à jour le 18/10/2019 - 17:28

Le rendez-vous devenu incontournable de l'innovation dans le domaine de la santé à Besançon Hacking Health a démarré ce vendredi 18 octobre 2019 dans les locaux de l'ancien hôpital St Jacques. Le fondateur de Hacking Health, Luc Sirois, est venu de Montréal (Québec) pour rencontrer les acteurs bisontins.

PUBLICITÉ

"Il se passe quelque chose de magique ici", a déclaré Luc Sérois entouré de Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, de Chantal Carroger, directrice du CHU de Besançon et des organisateurs de Hacking Health Besançon. "Le fait de venir du Québec et de voir l'intensité de la collaboration entre les lanceurs de défis et les participants, c'est assez fantastique, c'est un grand privilège d'avoir cette amitié entre Montréal et Besançon", a-t-il ajouté.

Hacking Health est un marathon de l’innovation ouverte en santé de 48 heures créé au Canada et qui s’est progressivement déployé dans le reste du monde y compris dans quelques villes de France comme Besançon. Son objectif : réunir des professionnels de santé et d’autres secteurs et des patients pour imaginer des solutions pour la santé de demain. Le Hacking Health réunit deux types d’acteurs : les lanceurs de défis apportant des problématiques issues de leur quotidien et les participants qui, pendant deux jours, mettent au profit leurs compétences pour "prototyper" des solutions de façon accélérée.

Des projets concrets qui se développent d'une édition à l'autre…

Dans le showroom ouvert au public ce week-end, sont présentés des prototypes, des innovations en matière de santé qui ont été proposées en 2018 et qui ont évolué jusqu'aujourd'hui. En exemples : un fauteuil roulant imaginé par Jean-Marc Bideaud en création d'une start-up pour motoriser des fauteuils roulants et le bras articulé permettant à des personnes en situation de handicap de pouvoir s'alimenter de manière autonome imaginé par Julien Oudin, ergothérapeute bourguignon.

  • L'exemple du fauteuil roulant motorisé…

Accompagnant son fils en situation de handicap, le pari de Jean-Marc Bideaud était de concevoir une motorisation universelle adaptable sur n’importe quel fauteuil roulant tout en conservant ses qualités (léger, pliable…) Avec son équipe, Jean-Marc Bideaud est parvenu à produire un prototype en 48 heures lors du Hacking Health 2018. Une deuxième solution a suivi confirmant l’intérêt de la solution proposée.

Grâce au prix Grand Besançon du projet le plus prometteur, Jean-Marc Bideaud a pu financer un troisième prototype et progresser sur plusieurs aspects de son projet.

Repéré par l’incubateur Deca BFC lors du Hacking Health, il suit le parcours de pré-incubateur, ce qui l’a convaincu de s’inscrire dans un vrai projet de création d’entreprise. Sa start-up devrait voir le jour début 2020.

Actuellement, le dispositif de fauteuil roulant motorisé permettant de recharger la batterie lorsqu'il roule en descente coûte 6 000€. L'objectif pour Jean-Marc Bideaud est de réduire son coût à 3 000€ pour, à terme, arriver atteindre 2 500€. "Il faut que les personnes qui auront besoin de fauteuil roulant leur reste zéro euro à charge", nous précise-t-il.

  • L'exemple d'un bras robotisé pour aider à l'alimentation…

Ergothérapeute de profession, Julien Oudin suivait une jeune femme ayant des difficultés pour s'alimenter seule. Refusant d'être aidée, Julien avait essayé différentes aides techniques, couverts adaptés et autres adaptations, mais sans succès. Passionné de fabrication numérique et ayant inclus ses techniques depuis quelques années dans sa pratique, il s'est dit qu'il devait être possible de réaliser un robot d'aide à la prise des repas accessible et à bas coût. Cette idée, il l'a portée à l'édition 2018 de Hacking Health de Besançon. La formation d'une équipe de 17 personnes (étudiants, ingénieurs en mécanique, génie biomédical, électronique et un autre ergothérapeute) a permis de passer d'une idée à un projet, projet récompensé par la Région Bourgogne Franche-Comté.

L'idée de Julien Oudin est qu'un maximum de personnes puisse accéder à cette solution d'aide à la prise des repas. Cette aide devra être facilement reproductible, personnalisable, réparable et réalisée à partir de matériaux issus de grande surface de bricolage, de pièces imprimées en 3D et de matériel électronique Open source. "Aujourd'hui, nous avons des prototypes de démonstration qui ne sont pas encore fonctionnels dans le cadre d'un repas, il y a encore beaucoup d'améliorations techniques à faire, mais ça avance", nous explique Julien Oudin. Et d'ajouter : "le plus important c'est qu'on a développé une communauté d'utilisateurs et de contributeurs autour de notre projet parce que les plans sont en libre accès sur internet en Open source."

Côté coût, le prototype actuel et les suivants ne devront pas excéder 250€, contrairement à la solution commercialisée qui existe déjà et "qui fonctionne très bien" selon Julien, mais qui coûte 6 500€.

Infos +

  • Hacking Health est ouvert au public du 18 au 20 octobre 2019 à l'hôpital St Jacques
  • Le showroom est ouvert et des conférences sont proposées gratuitement
  • Suivre l'actualité et le programme sur www.facebook.com/BesanconFrenchTech

 

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide à Nans-Sous-Sainte-Anne : un appel au soutien du maire devant le tribunal administratif ce jeudi à Besançon

Le maire de Nans-Sous-Sainte-Anne Emmanuel Cretin, a publié un arrêté anti-pesticide en octobre 2019 voté au conseil municipal à l'unanimité. Le préfet du Doubs a très rapidement saisi le tribunal administratif de Besançon. Le maire de la petite commune est convoqué par le juge des référés le 14 novembre prochain…

Une trentaine d’infirmier.eres de bloc opératoire manifeste au CHU de Besançon

Suite à l'appel à la grève nationale de l'Union syndicale des associations d'infirmie.eres de bloc opératoire diplômé.es d'Etat (Unaibode) dont le Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), une trentaine d'infirmier.eres de bloc opératoire (Ibode) s'est rassemblée jeudi 7 novembre 2019 sur le parvis du CHU de Besançon. Pourquoi les Ibode sont-ils en grève ? Réponses…

#MoisSansTabac : l’ANPAA mobilisée en Bourgogne-Franche-Comté pour aider les fumeurs à « relever le défi »

Pour la quatrième année consécutive, les équipes de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) sont mobilisées en Bourgogne- Franche-Comté pour l’opération Moi(s) sans tabac qui se déroule tout au long du mois de novembre 2019. Cette opération encourage tous les fumeurs, "à travers une approche positive et collective", à relever le défi d’un arrêt du tabac pendant au moins 30 jours.

Pollution de l’air : une journée européenne du radon

Le 7 novembre 2019 est la journée européenne consacrée au radon. Cette journée, instaurée le jour de l’anniversaire de la naissance de Marie Curie, a pour objectif de sensibiliser le public sur un polluant de l’air intérieur, "seconde cause de cancer du poumon après le tabac et avant l’amiante", indique ATMO Bourgogne Franche-Comté.

« Pour défendre notre système de santé », un rassemblement devant l’ARS à Besançon le 14 novembre 2019

Les organisations syndicales représentatives médicales et paramédicales CFDT, CGT, Solidaires ( ou SUD) et UNSA du Doubs appellent à un rassemblement de tous les salarié-es et usag-è-r-e-s pour jeudi 14 novembre 2019 pour défendre notre système de Santé et d’Action Sociale.

4ème édition du #MoisSansTabac : un village pour aller à la rencontre des fumeurs et de leur entourage

Le Ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France ont lancé la 4ème édition de #MoisSansTabac en partenariat avec l’Assurance Maladie. Depuis 2016, 580 982 inscriptions au grand défi de l’arrêt du tabac ont été comptabilisées, dont 23 290 en Bourgogne-Franche-Comté. Ce dispositif propose aux fumeurs un accompagnement au sevrage jour après jour. Ce rendez-vous annuel a débuté dès le mois d’octobre 2019 pour les participants, invités à s’inscrire via la plateforme dédiée

Le Pôle métropolitain Nord Franche-Comté, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté et leurs partenaires s’engagent dans un contrat local de santé

Le Pôle métropolitain Nord Franche-Comté, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté et leurs partenaires s’engagent pour la première fois dans un contrat local de santé (CLS) signé le 21 octobre 2019 à Montbéliard "pour mener des actions cohérentes et complémentaires déclinées au plus près des habitants."

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.44
couvert
le 15/11 à 0h00
Vent
1.46 m/s
Pression
996 hPa
Humidité
94 %

Sondage