Carte grise : MG Dufay très à cheval sur l'égalité entre Bourgogne et Franche-Comté

Publié le 11/04/2016 - 19:05
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:37

La commission finances du conseil régional a adopté ce lundi 11 avril 2016 l’alignement de la taxe sur les certificats d’immatriculation la Franche-Comté (36 € le cheval fiscal) à ceux de la Bourgogne (51 €). C’est 17 M€ de recettes supplémentaires pour la Région. Le chef de file de l’opposition parle d’un matraquage fiscal et une pétition en ligne a déjà réuni plus de 10.000 signatures. La question, ô combien houleuse, sera débattue en session plénière le 29 avril 2016 à Dijon.

 ©
©

La présidente de Région est "fâchée". Elle ne cache pas son mécontentement suite à une "indiscrétion malvenue" qui a provoqué une levée de boucliers début avril. La majorité socialiste prévoirait un alignement non pas progressif, mais immédiat, dès 2017, de la taxe des cartes grises. Interrogée, Marie-Guite Dufay confirme que la recette supplémentaire serait bien de 17 M€, mais elle ne souhaite pas en dire plus avant les débats du 29 avril prochain. "Je suis présidente d'une assemblée. Le minimum démocratique est que l'on discute au sein de celle-ci avant qu'on ne puisse décider quoi que ce soit. Vous verrez ma position à ce moment-là. Le débat ne doit pas se passer par médias interposés, mais entre les élus… "

"On n'a pas le choix !"

Sur les raisons de cette harmonisation, Marie-Guite Dufay explique que la Région n'a pas vraiment le choix. "On ne va pas voir les Bourguignons qui paient 51 € par cheval fiscal et puis les Francs-Comtois qui paient 36 € ! La hausse envisagée représenterait 0,3% du coût d'un véhicule. À l'achat d'une voiture de 12.000 euros, c'est 70 € de plus à payer" tente-t-elle de minimiser.

Sauvadet : "Halte au matraquage fiscal !"

À l'issue de la commission des finances qui s'est tenue ce lundi 11 avril, François Sauvadet, président du groupe de l'union des républicains, de la droite et du centre s'est opposé avec force "à cette décision injuste et injustifiée". "Dans le contexte actuel de crise, ce n'est pas au contribuable de payer les économies que la Région se refuse à faire. Le recours à l'impôt est une solution de facilité. La responsabilité politique c’est de faire mieux, avec moins. Cela passe par une baisse des crédits de fonctionnement du Conseil régional. Pas par faire les poches du contribuable !" déclare-t-il dans un communiqué.

Et il en profite pour attaquer la "cuisine budgétaire" de la présidente de Région. " Nous sortons d’un débat d’orientations budgétaires sans cap, sans proposition, un déballage de bonnes intentions et de flou artistique total (…) L'organisation des services de la nouvelle région se fait cruellement désirer. La répartition des rôles entre Dijon et Besançon est aux oubliettes. À tous les niveaux, l'impréparation règne… "

Marie-Guite Dufay le sait. Cette augmentation, lissée ou non, sera impopulaire. Une pétition en ligne depuis une semaine a déjà récolté près de 11.000 soutiens. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

carte grise

Taxe sur les cartes grises : le FN trouve “révoltant” de faire payer les Francs-Comtois

Le sujet, ô combien épineux, sera débattu lors des questions budgétaires de la de l’assemblée plénière du 29 avril 2016 au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Il est question d’harmoniser la taxe sur la carte grise entre la Franche-Comté (31 € le cheval-vapeur) et la Bourgogne (56 €). Qu’en sera-t-il réellement ? Marie-Guite Dufay dit réfléchir. En attendant, les esprits s’échauffent, notamment au FN.

Carte grise : les Francs-Comtois menacés par une augmentation de 41%

Le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté soumettra au vote en assemblée plénière fin avril l’alignement du tarif de la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules de la Franche-Comté sur celui de la Bourgogne. Actuellement, cette taxe est de 36 euros pour les Francs-Comtois, elle atteindrait 51 euros à partir du 1er janvier 2017. Si cette décision est votée, il s’agira d’une promesse de campagne non respectée de Marie-Guite Dufay

Carte grise par voie postale : la préfecture du Doubs fermera chaque mercredi dès le 1er septembre

Depuis le 1er janvier 2014, la pre?fecture du Doubs a valide? plus de 10.000 dossiers de demandes d’immatriculation de particuliers adresse?s par voie postale. Le nombre de dossiers ainsi traite? est donc en hausse de pre?s de 15 % et est plus important que le nombre de dossiers traite?s aux guichets. Pour accompagner cette e?volution et garantir des de?lais de traitement satisfaisants des dossiers envoye?s par courrier, le service immatriculation de la pre?fecture sera de?sormais ferme? le mercredi toute la journe?e. Ce dispositif entrera en vigueur a? compter du lundi 1er septembre.

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.56
couvert
le 03/03 à 3h00
Vent
1.77 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
88 %