Humanitaire tuée au Burundi en 2007: un juge d'instruction bourguignon enquête sur place

Publié le 02/03/2015 - 17:15
Mis à jour le 02/03/2015 - 17:15

Un juge d'instruction de Chalon-sur-Saône s'est rendu au Burundi pour enquêter sur le meurtre en 2007 d'Agnès Dury, une jeune volontaire bourguignonne d'Action contre la faim (ACF), a-t-on appris lundi 2 mars 2015 de sources concordantes.

Capturedcran2013121816.50.03.png
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Cette psychologue de 31 ans, originaire de Saône-et-Loire et en mission au Burundi pour le compte d'ACF, avait été tuée le 31 décembre 2007, lorsque la voiture d'ACF à bord de laquelle elle circulait avait été la cible de tirs dans la ville de Ruyigi, dans l'est du pays. Une infirmière nutritionniste avait également été blessée, deux autres occupantes du véhicule étaient sorties indemnes. 

"Le juge d'instruction Aurélien Bailly-Salins se rend aujourd'hui (lundi) sur le terrain pour deux semaines d'enquête. Il est accompagné d'un officier de l'OCRVP, le service de police français chargé de l'enquête depuis le début de la procédure", a précisé l'ONG dans un communiqué. "L'efficacité de l'enquête dépendra cependant de l'effectivité de la coopération des autorités burundaises qui sont sollicitées depuis déjà plusieurs années pour mettre à disposition des armes perquisitionnées et des procédures connexes pouvant éclairer le dossier", ajoute-t-on.

En septembre 2010, deux policiers français s'étaient rendus au Burundi pour procéder à une enquête de terrain, après un premier déplacement infructueux en 2008. Leur rapport d'enquête, mettant en cause un policier burundais, avait
été remis en octobre 2010 à une juge d'instruction de Mâcon, Pascale Sappey-Guesdon, qui avait été dessaisie de l'affaire en octobre 2013 au profit de deux juges d'instruction de Chalon-sur-Saône. En février 2011, un mandat d'arrêt international avait été délivré à l'encontre de ce policier, toujours recherché. 

"J'éspère que cette visite va bousculer un peu l'enquête", a déclaré à l'AFP l'avocat des parties civiles, Me Benoît Chabert. "Le magistrat a décidé de reprendre l'enquête à zéro et de se rendre sur place. Ca n'a pas été simple. J'ai le sentiment que les autorités locales burundaises freinent la manifestation de la vérité. On le sent depuis le début de l'enquête", a-t-il poursuivi.

Fustigeant "la non-volonté de faire de la justice française" pendant plusieurs années et, côté burundais, une "justice fantoche", la soeur d'Agnès Dury, Séverine Dury, est persuadée "qu'au Burundi, on sait qui, pourquoi et comment". "Le juge français n'étant pas impliqué dans les intérêts locaux, des choses peuvent peut-être se dire maintenant", espère la jeune femme.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.19
partiellement nuageux
le 23/10 à 12h00
Vent
1.07 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
63 %

Sondage