Alerte Témoin

Interdiction des pesticides au métam-sodium jusqu'en janvier 2019

Publié le 26/10/2018 - 14:50
Mis à jour le 26/10/2018 - 14:58

Le gouvernement a décidé de suspendre l'utilisation du métam-sodium jusqu'à la fin du mois de janvier 2019.

salade
© Manfredrichter via Pixabay

Le gouvernement suspend jusqu'à la fin janvier 2018 l'utilisation en France des produits contenant du métam-sodium, un pesticide utilisé notamment par les producteurs de mâche et pointé du doigt à la suite d'intoxications, dans l'attente de travaux de l'Agence nationale de sécurité sanitaire.

"L'utilisation des produits phytopharmaceutiques contenant la substance active 'métam' ou 'métam-sodium' est suspendue jusqu'au 31 janvier 2019", indique un arrêté pris jeudi par le gouvernement et publié vendredi au Journal officiel. Cette décision a été prise compte tenu de cas d'intoxication et des "doutes sur la possibilité d'utiliser les produits concernés de façon sûre selon les modalités actuellement en vigueur", indique l'arrêté.

L'utilisation du métam-sodium était déjà interdite en Maine-et-Loire où des dizaines de personnes ont récemment été intoxiquées par ce produit.

Une série d'intoxications

La suspension au niveau national est "une sage décision pour la santé des agriculteurs et des citoyens", ont réagi des députés LREM des Pays de la Loire, dont Matthieu Orphelin, dans un communiqué. "Il faut maintenant accompagner les acteurs dans le déploiement rapide des alternatives existantes".

L'Anses doit se prononcer sur l'utilisation de ce produit fin novembre, soulignent-ils. Jeudi, la préfecture de Maine-et-Loire avait fait savoir que la suspension dans le département était prolongée jusqu'au 31 décembre, notamment en raison de "la mauvaise maîtrise des techniques liées à l'utilisation du métam-sodium et le non-respect de la réglementation en vigueur".

Entre le 28 septembre et le 12 octobre, le Maine-et-Loire a connu trois épisodes d'intoxications liés à l'utilisation de pesticides à base de métam-sodium. Le 9 octobre, 61 personnes, des ouvriers agricoles pour la plupart, avaient ainsi été exposées à des produits provoquant des irritations des voies oculaires et respiratoires. Dix-sept personnes avaient été hospitalisées ce jour-là.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Où se baigner en toute sécurité en Bourgogne Franche-Comté ?

carte de baignade • L'Agence Régionale de la Santé de Bourgogne-Franche-Comté appelle les habitants de la région à la plus grande prudence en privilégiant les points de baignade surveillées pour se rafraichir durant les fortes chaleurs. Voici la liste de près de 80 points de baignade naturelle classées en fonction de la qualité de l'eau. 

Été et risque de noyade : les conseils pour votre baignade

Le ministère des Sports a lancé un appel à la vigilance pour sensibiliser les baigneurs aux risques de noyades et d'hydrocution. Les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’environ 1.000 décès et constituent la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans.Voici tous les conseils utiles et pratiques pour éviter les accidents de baignades.   

Que faire en cas de piqûre de guêpe ?

C'est la saison des guêpes  ! Cet été 2020, avec de très faibles précipitations, est propice à leur développement. De plus, la chaleur facilite la survie des insectes, première nourriture des guêpes. Alors quand il y a piqûre ? Que faire ?  Une piqûre de guêpe  doit être soignée. Pour les personnes allergiques, il faut réagir très vite, car une vulgaire piqûre peut être mortelle. Voici les conseils.

Canicule : interdiction de se baigner dans les lacs et les rivières

Rappel • Joël Mathurin, le préfet du Doubs et les sapeurs-pompiers appellent à la plus grande prudence suite aux récentes noyades survenues dans le département. Pour rappel, il est interdit de se baigner dans les lacs et rivières du Doubs "hors zones de baignades référencées et autorisées." Les pompiers invitent la population à respecter les consignes "pour éviter des drames".

L’agriculture intensive augmente les risques de pandémie (étude)

L'exploitation des terres pour l'agriculture intensive, qui rapproche des humains les animaux sauvages dont l'habitat est dérangé, rend plus probable la survenue de pandémies telles que celle du Covid-19, selon une étude publiée mercredi. Selon cette étude publiée dans la revue Nature, les maladies dont sont porteurs les animaux sauvages ont plus de risque d'être transmises aux humains en raison de l'évolution de l'usage des terres.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     24.54
    nuageux
    le 11/08 à 9h00
    Vent
    1.61 m/s
    Pression
    1016 hPa
    Humidité
    60 %

    Sondage