Intoxications au monoxyde de carbone : en un an, 105 personnes intoxiquées et trois décès en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 15/12/2022 - 08:14
Mis à jour le 14/12/2022 - 17:54

Dans un communiqué du 14 décembre 2022, l'ARS Bourgogne Franche-Comté tient à rappeler les bons gestes pour éviter les dangers de ce gaz parfois mortel. Dans la région, en un an, 105 personnes ont été intoxiquées, trois sont décédées.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Les appareils utilisant des combustibles (gaz naturel, bois, charbon, fuel…), pour la production de chaleur ou de lumière, sont tous susceptibles, si les conditions de leur fonctionnement ne sont pas idéales, de produire du monoxyde de carbone (CO). Invisible, inodore et non irritant, ce gaz très toxique prend la place de l’oxygène dans le sang. Indétectable par l’homme, il peut être à l’origine de symptômes plus ou moins graves : maux de têtes, nausées, fatigue, et dans certains cas, coma voire décès.

Des admissions aux urgences et des décès

En Bourgogne-Franche-Comté, entre le 1er juillet 2021 et le 30 juin 2022, 105 personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone et admises aux urgences. Trois décès sont à déplorer. Les principales causes d’intoxication dans l’habitat sont liées à un défaut d’appareil ou de l’installation raccordée, une utilisation inadaptée ou un défaut de ventilation. Des mesures de prévention permettent d’éviter ces situations et l’ARS en appelle à la vigilance de tous, particulièrement en cette période de basses températures.

L'Agence rappelle que le contexte actuel ne doit pas conduire à utiliser des appareils qui ne sont pas prévus pour se chauffer en intérieur, type barbecue, brasero. Les groupes électrogènes doivent toujours être placés à l’extérieur. Le calfeutrage des entrées d’air du logement doit être proscrit.

Les bonnes pratiques

Quelques gestes simples permettent de limiter les risques d’intoxication au monoxyde de carbone dans l’habitat :

  1. Avant l’hiver, faire systématiquement intervenir un professionnel qualifié pour contrôler les installations :
  • Faire vérifier et entretenir chaudières, chauffe-eau, chauffe-bains, inserts et poêles. L'entretien annuel des chaudières est obligatoire.
  • Faire vérifier et entretenir les conduits de fumées. Le ramonage est obligatoire au moins une fois par an.
  1. Toute l’année et particulièrement pendant la période de chauffe, assurer une bonne ventilation du logement
  • Aérer le logement tous les jours pendant au moins 10 minutes, même quand il fait froid. De cette façon, l’air intérieur est renouvelé, sans pour autant refroidir le logement.
  • Ne pas obstruer les entrées et sorties d’air (grilles d’aération dans les cuisines, salles d’eau et chaufferies principalement).
  1. Utiliser les appareils à combustion de manière appropriée
  • Ne jamais faire fonctionner les chauffages d’appoint en continu. Ils sont conçus pour une utilisation brève et par intermittence uniquement.
  • Respecter scrupuleusement les consignes d’utilisation des appareils à combustion (se référer au mode d’emploi du fabricant), en particulier les utilisations proscrites en lieux fermés.
  • Ne jamais utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, barbecue…
  1. En cas d’installation de nouveaux appareils (groupes électrogènes ou appareils à gaz) :
  • Ne jamais placer les groupes électrogènes dans un lieu fermé (maison, cave, garage…) : ils doivent impérativement être installés à l’extérieur des bâtiments.
  • S’assurer de la bonne installation et du bon fonctionnement de tout nouvel appareil à gaz avant sa mise en service et exiger un certificat de conformité auprès de l’installateur.

"La prévention des intoxications passe prioritairement par la mise en œuvre de ces bonnes pratiques", souligne l'ARS BFC. En cas d’achat d’un détecteur de monoxyde de carbone, il convient de vérifier le marquage volontaire NF EN 50291 (ou NF 292), seule norme garantissant une mesure fiable.

Que faire en cas d’accident ?

En présence d’un appareil à combustion, des symptômes de type maux de tête, nausées, vomissements, doivent alerter. Si ces symptômes disparaissent en dehors de la pièce ou que plusieurs personnes les ressentent dans une même pièce, il faut :

  • Aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres
  • Arrêter si possible les appareils à combustion
  • Appeler les secours : le SAMU (15), les pompiers (18) ou le numéro unique d’urgence européen (112) (ou par sms au 114 pour les personnes malentendantes)
  • Evacuer les locaux et les bâtiments.
  • Ne pas réintégrer les lieux avant d’avoir reçu l’avis d’un professionnel du chauffage ou des sapeurs-pompiers.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’Assemblée vote l' "accès direct " des patients à des infirmiers : " un retour au XIXe siècle " selon des médecins à Besançon

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi l'ouverture d'un "accès direct" des patients aux infirmiers en pratique avancée (IPA), l'une des mesures d'une proposition de loi sur l'accès aux soins vivement critiquée notamment par le collectif Médecin pour demain à Besançon.

L’œil de la Diet : la galette de riz, est-elle si bonne pour la santé ?

CONTRIBUTION • On la croyait bonne, quoiqu'un peu "polystyrèné", on la croyait top pour la santé et la perte de poids, on la croyait efficace... Ce mois de janvier 2023, Valentine Caput, diététicienne à Besançon, nous parle de la galette de riz, ce trophée de l’innovation à la sauce… supercherie.

Hiver très doux : Atmo Bourgogne Franche-Comté commence déjà ses prélèvements polliniques dans l’air !

En raison d’un hiver particulièrement doux, certains arbres ont déjà démarré leur période de pollinisation en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers prélèvements pollinique ont donc démarré plus tôt que d’habitude pour Atmo BFC, avec la remise en service des capteurs le lundi 9 janvier dernier. Les premiers résultats sont attendus pour ce vendredi 20 janvier.

En BFC, les chutes des personnes âgées représentent près de 8.000 hospitalisations et 600 décès par an

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté et la Carsat sont mobilisés dans le plan antichute des personnes âgées, lancé officiellement à l’échelle régionale, ce jeudi 12 janvier 2023 à Dijon.

Médecins libéraux : la grève continue en cette " semaine du burn out "

La grève des médecins portée par le collectif Médecins pour Demain continue, selon un communiqué du 9 janvier 2023, sous la forme d'une grève de la PDSA (permanence des soins ou grève des gardes), dont on a moins parlé que la fermeture des cabinets. Elle dure depuis le début du mois de décembre 2022 et sollicite les services de l'Etat dans des processus de réquisition quotidiens.

Les arrêts maladie Covid sans jour de carence prolongés jusqu’à fin 2023

Les salariés positifs à la Covid-19 et qui ne peuvent pas télétravailler peuvent bénéficier d'arrêts maladie indemnisés sans vérification des conditions d'ouverture de droits et sans délai de carence. Les indemnités journalières pour ces salariés ainsi que pour les agents publics malades de la Covid-19 sont versées dès le premier jour d'arrêt et jusqu'au 31 décembre 2023 au plus tard.

Bourgogne Franche-Comté : le Covid se replie, la grippe et la bronchiolite restent en phase épidémique

Si le Covid, la grippe et les bronchiolites amorcent un ralentissement dans la région en cette première semaine de l'année 2023, le niveau de circulation de ces virus reste élevé. Dans un communiqué du 6 janvier, l'ARS Bourgogne Franche-Comté appelle la population à contribuer à réduire la pression sur le système de santé, "avec les gestes simples de la vie quotidienne et la vaccination".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.63
nuageux
le 28/01 à 0h00
Vent
3.03 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
83 %